Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

ACTUS DE HONGRIE


Un avenir prometteur
Une diva hongroise
Célébration du Bauhaus


Un avenir prometteur

ACTUS DE HONGRIE
Début décembre à Paris, le pianiste marocain Marouan Benabdallah a été récompensé par le 2e prix du Concours international de piano "Automobile Club France". Il a interprété en finale des œuvres de Jean-Sébastien Bach dont la Partita en ré majeur ainsi qu'Etude en forme de valse de Camille Saint-Saëns. La ompétition réunissait plus de 200 candidats de différents pays, c'est le Coréen Tae-Hyung Kim qui a reçu le premier prix. Né à Rabat en 1982 d'un père marocain, physicien de profession, et d'une mère hongroise professeur de musique, Marouan Benabdallah s'intéresse au piano dès l'âge de trois ans et naturellement prend ses premières leçons avec sa mère. A 13 ans, il quitte le Maroc pour poursuivre ses études musicales en Hongrie, d'abord au Conservatoire Béla Bartok de Budapest, puis à l' Académie Franz Liszt d'où il passera cinq ans et en sortira diplômé en 2007. Sa carrière internationale commence en 2003 quand il remporte le deuxième Prix du Concours de la Radio hongroise puis le Grand Prix au Concours international de piano d'Andorre. L'année suivante on lui décerne le deuxième Prix du Concours international de Naples et en 2005, le Premier Prix du concours Andor Foldes de Budapest. En 2006 c'est le Deuxième Prix au Concours international de Gorizia. Cette même année, il a obtenu une bourse du gouvernement français. Héritier de la grande tradition pianistique hongroise, il se produit en Allemagne, Autriche, Espagne, Etats-Unis, France et Italie notamment, dans les salles les plus prestigieuses et accompagnés des plus grands orchestres. Son répertoire s'étend de Scarlatti à Bartok, durant les mois qui viennent il est attendu au Maroc, en France, Chine, Suisse, Inde et Hongrie.

Une diva hongroise

Du 25 octobre au 12 novembre derniers s'est déroulée au Grand Théâtre, la 64e édition du Concours de Genève fondé en 1939. Il mettait à l'honneur cette année la percussion et le chant et a attiré des jeunes artistes venus du monde entier qui se sont présentés devant un jury prestigieux où figurait la basse hongroise László Polgár. Pour le chant il y avait une trentaine de candidats et lors de la finale il n'y en avait plus que 6 dont trois Coréens. C'est la soprano Polina Pasztircsák qui a remporté le Premier prix, le Prix du Public ainsi que les Prix spéciaux Cercle du Théâtre et Coup de coeur Breguet. Elle a interprété un air d'Alcina de Georg Friedrich Haendel et un des quatre derniers lieder de Richard Strauss. Née à Budapest il y a 27 ans, d’une mère russe et d’un père hongrois, elle a commencé très jeune le chant et la flûte. Plus tard, elle a aussi suivi des études universitaires avant de se consacrer entièrement au chant, en particulier auprès de Mirella Freni en Italie ainsi qu'au conservatoire de Ferrare. Elle se perfectionne avec ses compatriotes Adrienne Csengery et Bernadette Wiedemann, le grand mezzo de l'Opéra de Budapest. Elle remporte en 2004 le concours de chant Josef Simandy à Szeged et en 2007 est demi-finaliste au concours Renata Tebaldi de Saint-Marin. La même année elle fait ses débuts au Théatre de Modène dans un opéra de Lorenzo Ferrero.

Célébration du Bauhaus

Le Musée d'art moderne de New York présente actuellement et jusqu'au 25 janvier prochain une exposition consacrée au Bauhaus, cette école fondée à Weimar en 1919 qui mêle art et industrie. Installé d'abord dans cette ville, il s'établit ensuite à Dessau avant d'émigrer à Berlin et finalement fut dissous en 1933 par le nouveau régime auquel il déplaisait particulièrement. Ses membres partirent alors pour la plupart aux Etats-Unis. Outre Walter Gropius qui en fut le premier directeur et par ailleurs le second mari d'Alma Mahler, Vladimir Kandinsky ou Paul Klee entre autres, on trouve les Hongrois Marcel Breuer né le 21 mai 1902 à Pécs et mort le 1er juillet 1981 à New York, il participa au projet du bâtiment de l'Unesco à Paris et László Moholy-Nagy né à Bácsborsód le 20 juillet 1895 et mort le 24 novembre 1946 à Chicago est très connu comme photographe.
Il ne faudra pas manquer à Pécs du 15 août au 15 octobre prochains, dans le cadre des manifestations qu'organise cette ville capitale de la Culture 2010, l'exposition Des Hongrois dans le Bauhaus. Elle présentera les diverses réalisations de l'école, peintures, plans d'architecture, meubles, décors et costumes, créations de nombreux artistes originaires de Pécs, Marcell Breuer, Ernõ Forbát, Hugó Johan, Farkas Molnár, Henrik Stefán, Andor Weininger, Etel Fodor.


19/12/2009




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :