Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
14/09/2016

Belgique: détention des délinquants souffrant de problèmes mentaux


Dans son arrêt-pilote rendu le 6 septembre 2016, la Cour européenne des droits de l’homme a estimé que le système belge d’internement était structurellement source de violations de l’interdiction des traitements inhumains ou dégradants, du droit à la liberté et à la sûreté et du droit à un recours effectif.


Photo (c) Dieter G.
Photo (c) Dieter G.

wd_contre_belgique.mp3 WD contre Belgique.mp3  (1.69 Mo)


Cet arrêt concernait un homme, W.D., arrêté pour attentat à la pudeur sur un mineur de moins de 16 ans. En 2006, la justice belge considérant que W.D. était irresponsable en raison de son trouble mental, il fût interné dans l’aile psychiatrique d’une prison. Différents rapports psychiatriques ont ensuite indiqué qu’il devait intégrer un centre d’hébergement, mais les démarches entreprises en vue d’un placement à l’extérieur de la prison n’ont pas abouti. Au moment du jugement, le requérant résidait donc depuis près de neuf ans dans la prison.


Une prise en charge insuffisante qui équivaut à un traitement dégradant

La Cour rappelle tout d’abord que l’insuffisance de la prise en charge des personnes délinquantes atteintes de troubles mentaux est un réel problème au niveau international. Elle précise notamment que les ailes psychiatriques ne sont pas des lieux de détention adaptés pour ce type de personnes en raison de l’insuffisance de personnel, de la mauvaise qualité des soins et de la surpopulation.

En ce qui concerne en particulier la situation de W.D., la Cour estime que son maintien en aile psychiatrique durant une longue période sans espoir de changement et sans suivi médical approprié constituait pour lui une épreuve pénible excédant le niveau de souffrance inhérent à la détention. La Cour conclut donc à un traitement dégradant et dit qu’il y a eu violation de l’article 3 de la Convention, qui interdit de tels traitements.

Une rupture du lien entre le but de la détention et ses conditions

La Cour relève que la prise en charge du requérant à l’extérieur de la prison était envisagée depuis 2009, mais que les démarches pour réaliser ce transfert se sont révélées infructueuses en raison du refus des centres d’hébergement d’admettre le requérant. Or, elle estime que l’internement de W.D. dans un lieu inadapté à son état de santé depuis 2006 a rompu le lien requis par l’article 5 §1 e) de la Convention européenne des droits de l'Homme entre le but de la détention et les conditions dans lesquelles celle-ci a lieu. Elle conclut donc à la violation du droit à la liberté et à la sûreté garanti par cet alinéa de l'article 5, qui concerne "la détention régulière d’une personne susceptible de propager une maladie contagieuse, d’un aliéné, d’un alcoolique, d’un toxicomane ou d’un vagabond".

L’absence de recours effectif contre sa détention

La Cour constate qu’en l’absence d’une réelle possibilité de prise en charge par un établissement extérieur, il était inutile pour les autorités d’ordonner son transfert vers un tel centre. Elle explique que c’est le manque de personnel qualifié en prison, couplé au manque de places adaptées dans le circuit extérieur, qui sont à l’origine de l’ineffectivité des recours. Ainsi, la Cour conclut que W.D. ne disposait pas d’un recours effectif susceptible de redresser la situation dont il était victime. Elle conclut dès lors à la violation de l’article 5 §4 (légalité de la détention) et de l’article 13 (droit à un recours effectif) combiné avec l’article 3 de la Convention.

Une situation particulière née d’un problème structurel

La Cour estime que la situation de l’espèce est due à un dysfonctionnement structurel du système belge d’internement et décide donc de faire de cet arrêt un "arrêt pilote". Cela signifie qu’en attendant l’adoption de mesures de redressement par le gouvernement belge, la Cour ajourne la procédure dans toutes les affaires analogues pendant deux ans à compter du jour où cet arrêt sera devenu définitif. Durant ce temps, la Belgique devra remédier à ce problème général, ainsi qu’à la situation particulière des requérants qui ont porté leurs requêtes devant la Cour avant le prononcé de cet arrêt ou qui saisiront la Cour ultérieurement.

Lire l'intégralité de l'arrêt sur HUDOC

"La nef des fous": un reportage sur l'incarcération des personnes déclarées irresponsables de leurs actes en Belgique



Par (dernière modification le 13/09/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :