Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
03/05/2016

Belgique: les manifestants du 1er mai dénoncent le projet de loi travail


Après la France, c’est au tour de la Belgique d’organiser sa réforme de l’organisation du travail. A l’occasion de la fête du 1er mai 2016, de nombreuses voix se sont fait entendre contre le projet de "loi travail" annoncé par le ministre belge de l’Emploi.


La flexibilité du travail, une "innovation sociale" selon le ministre de l’Emploi

Kris Peeters. Image du domaine public
Kris Peeters. Image du domaine public

belgique_loi_travail.mp3 Belgique loi travail.mp3  (1.88 Mo)


Début avril, Kris Peeters annonçait le dépôt d'un projet de "loi travail" au Conseil des ministres avant les vacances d'été. Selon le vice-premier ministre et ministre de l'Emploi, une réforme de l’organisation du travail permettrait d’offrir plus de flexibilité aux entreprises et constituerait une réelle "innovation sociale".

En ce sens, Peeters propose tout d’abord de généraliser l’annualisation du temps de travail. Celui-ci ne sera dès lors plus calculé par semaine mais par année, avec tout de même un maximum de 9 heures par jour, de 45 heures par semaine (au lieu des 38 heures actuelles), et de 143 heures par trimestre. Le projet de loi prévoira également un stock d’heures supplémentaires qui seront payées plutôt que récupérées, ainsi qu’une réglementation du télétravail occasionnel pour les victimes d'accidents du travail. Ces dispositions, d’application générale, seront susceptibles de dérogations en fonction des secteurs et d’éventuelles conventions collectives.

Parallèlement à ce socle commun, la future loi prévoira des mesures à la carte pour les différents secteurs professionnels. Ces mesures seront divisées en deux catégories. La première d’entre elles portera sur le "travail maniable", et sera destinée à améliorer la flexibilité du marché de l’emploi. Dans ce cadre, une réforme globale de la durée de travail permettra l’allongement des carrières durant certaines périodes et la "simplification" du travail à temps partiel. Le ministre de l’Emploi souhaite également instaurer un contrat de travail intérimaire à durée indéterminée et favoriser les groupements d'employeurs.

La seconde catégorie de mesures vise ce que le ministre appelle le "travail faisable" et se donne pour objectif de réduire le stress et le burnout, de rendre possible l'allongement des carrières et d’améliorer la compétitivité des entreprises. Pour ce faire, le projet de loi mettra en place un compte-carrière qui pourra être alimenté en jours de congé, en heures supplémentaires et en primes de fin d'année. Il permettra également aux travailleurs de faire don de leurs congés à leurs collègues si ceux-ci ont des enfants gravement malades (sic). Le crédit-temps pour soins sera augmenté de trois mois et le congé palliatif d'un mois. Enfin, une dérégulation des heures de début et de fin de journée de travail est à prévoir.


"Un bond en arrière d'un siècle" pour les travailleurs

Depuis l’annonce du ministre de l’Emploi début avril, de nombreux mouvements de protestation se sont fait entendre et sur Facebook, la page Bloquons la semaine de 45 heures réunit près de 2.500 personnes. Le 1er mai, jour de célébration des acquis sociaux, a donc eu cette année une signification toute particulière puisqu’il a permis aux militants d’exprimer leur désapprobation face à ce projet de réforme, qui selon eux soumet encore davantage la vie des travailleurs et travailleuses aux impératifs de l’entreprise.

Pour Thierry Bodson, secrétaire général de la FGTB wallonne, ce projet constitue même "un bond en arrière d’un siècle". Le porte-parole national du Parti Travailleur de Belgique, Raoul Hedebouw, a quant à lui profité de cette occasion pour faire part de son désaccord avec la politique du gouvernement en matière d’emploi. Il a rappelé que les jours de travail étaient limités à 8 heures depuis 1921 et que la semaine des 40 heures avait été obtenue en 1936. Preuve s’il en est que les droits que nous prenons pour acquis ne le sont jamais réellement.



Par (dernière modification le 03/05/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...

L’Amérique post-Trump [Revue de presse]

Trois semaines après l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, le monde entier s’étonne encore de ce résultat inattendu....



Le Podcast Journal sur :