Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Lea Raso della Volta
30/10/2009

Bernard Deloupy, l'un des maîtres du polar azuréen


L'écrivain azuréen, Bernard Deloupy, auteur de la trilogie Crim', se livrera le 31 octobre prochain, de 13:00 à 17:00, à une séance de dédicaces, à l'espace livres de Cap 3000, de son dernier roman Crim' sur la Côte paru aux éditions Giletta ; une occasion pour les fans de la trilogie de retrouver son héros, le détective Garri Gasiglia.


Bernard Deloupy, l'un des maîtres du polar azuréen
Une enseigne de vaisseau qui tente d’échapper à ses poursuivants et que l’on retrouve crucifié à l’arbalète, cours Saleya à Nice, au même moment à quelques kilomètres de là un commando neutralise les gendarmes qui gardent Fort de Brégançon et s’emparent du Président de la République.

Bien vite le lecteur comprend que l’assassinat et le kidnapping sont liés et que l’enjeu est l’arme nucléaire, dont un groupe aux motivations militaro-politico-religieuses souhaite s’emparer afin de défier les fous d’Allah et déclencher un conflit planétaire. C’est un détective niçois, Garri Gasiglia, qui avec l’aide d’un commissaire ch’ti et d’un archiviste farfelu mais terriblement efficace, va dénouer cet écheveau à la fois local et international.

Son enquête va l’amener à sillonner une Côte d’Azur tour à tour initiatique, scintillante, sordide ; mais aussi à fréquenter les antichambres du Vatican et les lieux les plus secrets de la force de dissuasion nucléaire française.

Un polar pour "tordre le cou" aux thèses de Samuel Huntington

Bernard Deloupy aborde dans ce troisième roman un sujet brûlant qui colle à l’actualité immédiate : la menace nucléaire, qu’il traite en professionnel de l’information, en évitant de tomber dans les clichés véhiculés par les media. Il pend notamment le contre-pieds de la thèse défendue par le politologue Samuel Huntington, dont l’ouvrage le choc des civilisations a guidé la politique étrangère américaine de ces dix dernières années, en proposant une lecture manichéenne du monde, qui veut que l’humanité soit partagée entre l’axe du Bien et l'axe du Mal.

Mais pour l’auteur de Crim’ sur la Côte, les choses sont bien plus compliquées et transcendent cette vision bipolaire du monde ; c’est ce qu’il entend démontrer dans ce troisième ouvrage dans lequel le lecteur décèle une situation complexe, aggravée par un intégrisme, qui n’est pas unilatéral puisque les «"fous de Dieu et extrémistes de tout poil" sont aussi bien issus du camp occidental qu’oriental ; comme l’explique Bernard Deloupy : "à l’origine de ce troisième roman, il y a l’entretien secret entre Georges Bush et Jacques Chirac, le premier demandant au second de s’engager dans la guerre contre l’Irak en prenant bien soin de lui expliquer que la prophétie de Gog et Magog était en train de s’accomplir au Proche-Orient ; Jacques Chirac ignorant cet aspect biblique des relations internationales aurait fait appel à ses conseillers qui lui expliquèrent que Gog et Magog incarnaient le Mal ; il se serait alors écrié : "mais ce type est complètement fou" ; à l’évidence le président américain avait épousé les thèses de Huntington et faisait de ce conflit, une croisade contre l’axe du Mal".

Le désir de démontrer que l’avenir de notre planète ne tient qu’à un fil, que le danger peut venir de n’importe quel camp, va inciter l’auteur à démonter les mécaniques d’un drame qui sera évité de justesse. Car derrière l’histoire baignée par les flots de la Méditerranée transparaît la crainte de l’écrivain de voir le " feu nucléaire" entre les mains d’un seul homme, avec une question qui ne cesse de le tarauder : "qu’adviendrait-il si le président se retrouvait victime d’un chantage sur sa vie ou sur celle de ses proches ?"

Un Polar cent pour cent Nissart ou presque !

Après un prologue à la Dan Brown, Bernard Deloupy réussit à traiter sur un mode léger, un sujet grave et complexe dont l'issue pourrait mettre en péril l’avenir même de la planète, tout en l’habillant d’une touche de fantaisie, qui laisse à penser au lecteur que le roman est un magnifique jeu de piste à travers des lieux connus de la Côte d’Azur…ce qui serait une erreur de jugement car l’auteur l’a voulu "sérieux, informatif et distrayant" ; un roman typiquement méditerranéen qui oscille entre esprit débonnaire et gravité, au point que l’on pourrait parfois oublier qu’un homme est retenu prisonnier et que cet homme détient la clé de notre survie.

Le roman qui ne laisse pas une minute de répit au lecteur est aussi centré sur le personnage du détective qu’incarne Garri Gasiglia, un personnage que l’auteur lui-même qualifie de Colombo Pissaladière, en apparence peu fiable, un peu alcoolique et pas très fidèle en amour ; et qui se présente comme un condensé de plusieurs détectives célèbres tels Guido Brunetti, cher à Donna Leon ; Giuseppe Corbucci, limier niçois imaginé par Patrick Raynal ou bien encore Pepe Carvalho, héros de Montalban, aussi attaché à sa ville de Barcelone que l’est Gasiglia à Nice et dont Bernard Deloupy dit : "qu’il est un mélange de pleins de gens, tantôt démiurge, qui se plaît à transgresser les codes ; dont le père fut contremaître à la manufacture des Tabacs et dont la mère est issue de la noblesse française ; un personnage qui porte en lui des paradoxes criants, dans lesquels chacun peut se retrouver, mais qui au final se révèlera d’une efficacité redoutable".

Le livre qui se veut solidement ancré dans la réalité est un hymne à Nice et à ses alentours, qui a chaque page fait référence à des lieux connus : Nice, Vence, Grasse, la Colle-sur-Loup, sans oublier Gourdon, où le livre s’achève ; avec en prime des termes niçois que pratiquement personne n’a jamais vu écrits mais que tout le monde a entendus une fois au moins, en se promenant dans le vieux Nice, et qui nous rappellent que si Nice n’est pas le centre de l’univers il est bien en train de devenir la patrie du roman policier, avec chaque année en septembre un festival du Polar qui se tient à Drap, et qu’il possède aussi ses étoiles de la littérature noire dont fait partie Patrick Raynal, qui bien que parisien de naissance célèbre dans ses romans, Nice et sa région et qui a vécu dans les années quatre-vingts à la Colle-sur-Loup ; le Vençois Philippe Leroy, qui met à l’honneur dans ses romans Nice et ses environs, l’Italien Giorgio Faletti qui a situé son roman Je tue à Monaco et à Nice, et Bernard Deloupy, dont la fiction est solidement ancrée dans ce terroir et qui au travers de sa langue chante la beauté de la culture régionale.

Clip vidéo du premier titre de la trilogie



Par Lea Raso della Volta (dernière modification le 29/10/2009)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Angers Likes Metal - 05/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 71




Dans nos blogs :

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...

L’Amérique post-Trump [Revue de presse]

Trois semaines après l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, le monde entier s’étonne encore de ce résultat inattendu....



Le Podcast Journal sur :