Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
17/09/2016

Burkini: panique morale sur les plages de France


La polémique autour du burkini qui a agité la France tout l’été, semble être une parfaite illustration d’un phénomène appelé "la panique morale".


Illustration (c) Jean-Jacques Beltramo
Illustration (c) Jean-Jacques Beltramo

burkini_panique_morale.mp3 Burkini panique morale.mp3  (2.22 Mo)


Selon le sociologue Stanley Cohen, la panique morale est la réaction qui peut avoir lieu face à un élément perçu comme un danger pour une valeur ou une norme défendue par la société, ou mise en avant comme telle. Il explique que la médiatisation de cette réaction tend à la légitimer et à faire apparaître le problème comme bien réel et plus important qu'il n'est.

C’est en 2004 qu’Aheda Zanetti, une Australienne d’origine libanaise, a l’idée d’une tenue de bain adaptée à la pudeur religieuse. Elle imagine alors le "burkini" - contraction entre burqa et bikini -, qui se compose d’un voile, d’une tunique et d’un pantalon.
En France, c’est à l’été 2016 que l’on commence à parler de ce mot-valise qui marque par son antagonisme. Partie de la volonté d’une association de femmes musulmanes de privatiser une piscine pour s’y baigner dans des tenues couvrantes, la polémique gonfle rapidement. En quelques jours, plusieurs villes décident d’interdire le burkini sur leurs plages.


Une violente stigmatisation de l’islam

La plage de Villeneuve-Loubet. Photo (c) Mossot
La plage de Villeneuve-Loubet. Photo (c) Mossot
C’est dans ce contexte que la commune de Villeneuve-Loubet (06) adopte un arrêté interdisant l'accès aux plages "à toute personne ne disposant pas d'une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et du principe de laïcité".
Or, si le principe français de laïcité implique une séparation entre l’Église et l’État, il garantit parallèlement la libre expression religieuse dans l’espace public. C’est pourquoi, comme l’a rappelé l’Observatoire de la laïcité, le seul caractère religieux du burkini ne peut justifier son interdiction. La tenue controversée ne contrevient pas non plus à la loi sur le voile intégral, car elle ne couvre pas le visage.

Il semble donc que ce ne soit pas la loi qui ait justifié cette vague d’arrêtés, mais plutôt un sentiment islamophobe, que les élus attisent en faisant l’amalgame entre burkini, islam et terrorisme. Le maire de Cannes David Lisnard a ainsi expliqué que le burkini était un "symbole de l’extrémisme islamiste", dans un contexte "d'actes terroristes".
Certains commentateurs comme Jean-Louis Harouel, professeur à l'Université Paris Panthéon-Assas, sont allés jusqu’à dire qu’il était "indécent" d’afficher ainsi sa foi "alors que de terribles massacres venaient d'être commis en France par des musulmans au nom de leur Dieu", qualifiant les femmes voilées de "militantes (…) d'un djihadisme civilisationnel en train d'opérer la conquête feutrée de notre pays".
Face à ce genre de propos, le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme a réagi en indiquant que les arrêtés municipaux tendaient "à alimenter l’intolérance religieuse et la stigmatisation des personnes de confession musulmane".

La prévention par l’exclusion des victimes potentielles

La laïcité n’étant pas une base juridique pertinente, c’est la notion de "troubles à l’ordre public" qui a été avancée par certains maires pour interdire le burkini. L’arrêté cannois expliquait ainsi: "Une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse, alors que la France et les lieux de culte religieux sont actuellement la cible d’attaques terroristes, est de nature à créer des risques de troubles à l’ordre public (…) qu’il est nécessaire de prévenir".
Le Professeur Jean-Louis Harouel partage cet avis: il explique que ce qu’il appelle le "djihadisme civilisationnel" constitue "en soi une insulte à l'ordre public français et qu’il risque toujours de déboucher sur des incidents violents".
Mais cet argument n’a pas su convaincre le Conseil d’État, qui a suspendu, le 26 août 2016, l’arrêté pris à Villeneuve-Loubet. La plus haute juridiction de l’ordre administratif a en effet estimé que l’arrêté avait "porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d'aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle".
Les arrêtés similaires sont depuis lors annulés sur la base de cette jurisprudence lorsqu’ils sont attaqués. Comment justifier, en effet, l’interdiction du port d’un vêtement au motif qu’il risque de créer des réactions violentes de la part d’autres membres de la société? Cela reviendrait à interdire le port de la minijupe pour prévenir le viol.

Une tentative hypocrite de légitimation féministe

Il est d’ailleurs plutôt cocasse de constater que les adeptes de l’interdiction du burkini se fassent soudain porte-paroles du féminisme. En effet, nombre d’entre eux ont affirmé que la religion musulmane était profondément discriminatoire envers les femmes et que le burkini constituait un retour en arrière dans leur processus d’émancipation.
Pour le politologue Olivier Roy, spécialiste de l'islam, c’est au contraire un pas en avant: selon lui, le burkini permet aux femmes voilées de trouver un compromis entre leur foi et leurs activités. Interdire le burkini revient donc de facto à les marginaliser.
Il est d’autant plus consternant de voir l’islam pointé du doigt comme étant intrinsèquement machiste alors que notre modèle occidental de société, patriarcal et hyper-sexualisé, continue d’objectiver le corps de la femme. Si le féminisme a jusqu’ici consisté à revendiquer, notamment, la liberté pour les femmes de s’habiller comme elles le souhaitaient, pourquoi cette liberté ne pourrait-elle pas consister à se couvrir davantage?


Reportage France 24: "Bikini ou burkini, laissez les femmes porter ce qu'elles veulent"



Par (dernière modification le 14/09/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 14




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :