Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
15/03/2016

Cameroun: la diversification, une solution face à la baisse des cours mondiaux des produits agricoles


Face à la baisse récurrente des prix des denrées d'origine agricole, des coopératives agropastorales pourtant florissantes ont disparu de certaines filières.


Photo (c) REM
Photo (c) REM

commerce_diversification.mp3 Commerce diversification  (1.06 Mo)


Dans la plupart des pays africains, quand on parle d’économie cela concerne surtout le secteur rurale. Le secteur tertiaire n’a pas encore atteint l’envergure que l’on connait dans les pays européens. Avant les indépendances, les colons se sont enrichis avec les produits du sol et du sous-sol. Sur le plan agricole, nombre d’entre eux ont fait fortune en cultivant et en commercialisant le cacao, le café, le caoutchouc, l’ananas, le tabac… d’autres ont gagné beaucoup d’argent en exportant des fleurs exotiques.

Au Cameroun ou en Côte d’ivoire, les producteurs sont aujourd’hui suspendus aux cours mondiaux. C’est le marché qui fixe les prix. De 1980 à 2000, certains ont perdu jusqu’à 80% de leur pouvoir d’achat. Si depuis lors, on assiste à une embellie soutenue pour la filière cacao, les planteurs du café quant à eux continuent à boire le calice. C’est dur d’être planteur de café au Cameroun aujourd’hui. Certains planteurs le savent désormais à leurs dépens. La crise des années 1980 a laissé beaucoup de traces. Des coopératives agricoles alors florissantes ont disparu de la filière. Des usiniers portés par l’espoir d’une reprise inéluctable avaient englouti toutes leurs économies dans la construction d’usine à café.

Les planteurs africains ont donc retenu la leçon si durement apprise. Grâce aux formations diffusées avec l’accompagnement de l’Union européenne (U.E), ils ont appris à se redéployer vers d’autres spéculations comme le bananier plantain et le maïs. Une parcelle de 30 ha de plantain peut rapporter jusqu’à 12 082 000 Fcfa (environ 22 000 euros). Le palmier à huile dont l’huile brute, obtenue après la trituration des noix de palme est très demandée par les populations et les industries.

La diversification des productions peut mettre les producteurs de café camerounais à l’abri du besoin... mais pour combien de temps?



Par (dernière modification le 15/03/2016)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 11





Dans nos blogs :

ORGANISATIONS TERRORISTES ET GEOPOLITIQUE : l’avenir potentiel de la mouvance de daech dans la geopolitique contemporaine

Depuis 2014, la France et le monde essuient de plus en plus fréquemment le sang des victimes de Daech, auto-proclamé « Etat Islamique »....



Le Podcast Journal sur :