Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Jeanne Voisin
24/08/2015

Capa en couleurs


Jusqu'au 20 septembre 2015, le Centre Capa* de Budapest, sa ville natale, présente une exposition consacrée aux photos en couleurs de Robert Capa. Quelques mois après celle de New York et pour la première fois en Europe.


Robert Capa en 1937. Photo (c) Gerda Taro
Robert Capa en 1937. Photo (c) Gerda Taro

sans_titre_1_zone_3138.mp3 Capa en couleurs  (126.94 Ko)


On le connaissait pour ses photos en noir et blanc et l'on découvre là, dans la ville où il vit le jour le 22 octobre 1913 sous le nom de Endre Ernő Friedmann, un aspect peu connu du célèbre photographe. C'est ainsi que nous est proposée une série de sujets apparemment moins sérieux que ceux auxquels il nous avait habitués. Plages de Biarritz ou de Deauville, courses dans cette dernière station, acteurs tels Humphrey Bogart, Orson Welles ou encore Ava Gardner se maquillant sur le tournage de "La comtesse aux pieds nus" de Joseph L. Mankiewicz, Ingrid Bergman, ou bien Pablo Picasso sur la plage, Truman Capote et Jennifer Jones, Ernest Hemingway et son fils Gregory, des mannequins arborant des tenues de chez Dior, des soirées à Rome style Dolce vita. On peut voir aussi des marins sur un convoi de la Royal Navy en plein Atlantique, une touchante famille laponne en Norvège ou des skieurs en Autriche, dont le prince Bernhard et sa fille la future reine Beatrix.
En somme, nous voilà donc bien loin d'Omaha beach ou de la guerre d'Espagne où avait péri sa compagne Gerda Taro le 26 juin 1937, durant la bataille de Brunete. Pour Cynthia Young, commissaire de l'exposition et conservatrice des archives de Robert et Cornell Capa "Capa s'est réinventé en tant que photographe quand il ne couvrait pas les guerres ou les conflits politiques".

Ces photos en couleurs se trouvent à l'ICP, International Center of Photography, de New York, sur la Vie Avenue, fondé par Cornell, le frère de Capa, quelque 4.200 dont 136 sont montrées à Budapest. István Viragvölgyi du Centre Robert Capa explique cette découverte "Les éditeurs refusaient les photos en couleur car ils ne les jugeaient pas assez nobles. Ils ne prenaient que celles en noir et blanc". Et prenant pour exemple une photo de 1943 avec des méharistes sur leurs chameaux dans le désert tunisien, se détachant sur un ciel d'un bleu intense, il précise "En noir et blanc, cette photo aurait été assez fade. Mais ici la couleur renforce l'effet. Elle ne distrait pas l'œil du spectateur, un reproche qui lui a souvent valu d'être jugée inférieure au noir et blanc". Cornell Capa lui-même avait privilégié les photos noir et blanc qu'il trouvait plus artistiques. Ce que souligne Cynthia Young "L'idée que Capa ait utilisé la couleur de façon régulière et pas juste occasionnellement dès 1941 peut paraître surprenante, voir choquante pour certains". En 1947, Capa adopte la nouvelle pellicule Ektachrome, plus commode à développer, aussi aura-t-il toujours deux appareils, l'un pour le noir et blanc et l'autre pour la couleur. Dans une de ses lettres de 1953, il écrivait "Biarritz, Deauville, les films bigarrés, c'est fini. Je ne sais pas encore où ni comment, mais je suis prêt à reprendre mon vrai travail". Il le reprit effectivement et cela nous donne les quelques photos prises le 25 mai 1954, entre Nam dinh et Thai binh, au Tonkin, avant qu'il ne saute sur une mine, il avait quarante ans.

D'autres renseignements

L'exposition est ensuite programmée du 20 novembre 2015 au 15 mai 2016 au château de Tours, en France.
25 avenue André Malraux 37000 Tours, du mardi au dimanche de 14 à 18h.

Après cette visite, il ne faut pas manquer la projection de "Robert Capa: In Love and War", un document de 90 minutes réalisé par Anne Makepeace et sorti le 28 mai 2003.

Il ne faut pas manquer non plus "Valahol Franciaországban - 1944 nyara" ("Somewhere in France - The Summer of ’44"). Une trentaine de photos en noir et blanc de John G. Morris. Ce vieux monsieur de 98 ans, un des derniers sans doute à avoir bien connu Robert Capa, nous livre le quotidien de petites villes normandes à la fin de la guerre. Il était éditeur de photographies et là a utilisé un appareil, pour notre plus grand intérêt.

* Robert Capa Center
, Nagymező utca 8. 1065, Budapest
Jusqu'au 20 septembre, tous les jours de 11 à 19h et le vendredi jusqu'à 21h. Cliquez ici pour accéder au site


Par Jeanne Voisin (dernière modification le 23/08/2015)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Angers Likes Metal - 05/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 71




Dans nos blogs :

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...



Le Podcast Journal sur :