Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
08/10/2010

DES CARMELITES A L'OPERA DE NICE


La saison 2010-2011 s'ouvre avec Dialogues des Carmélites, opéra en trois actes et douze tableaux de Francis Poulenc, une des grandes œuvres du XXe siècle, créée en italien le 26 janvier 1957 à la Scala de Milan.


Sainte Thérèse d'Avila, réformatrice du Carmel. Tableau de Pierre-Paul Rubens, 1615, au Kunsthistorisches Museum à Vienne
Sainte Thérèse d'Avila, réformatrice du Carmel. Tableau de Pierre-Paul Rubens, 1615, au Kunsthistorisches Museum à Vienne
A la base il y a un fait réel. Le 14 septembre 1792, les seize religieuses du Carmel de Compiègne fondé en 1641, sont expulsées et se regroupent ailleurs. Elles sont arrêtées le 22 juin 1794, emprisonnées jusqu’au 12 juillet, puis transférées à la Conciergerie le lendemain. Le matin du 17 juillet, après un procès mené par Fouquier-Tinville, elles sont conduites sur l'actuelle place de la Nation et guillotinées dans l’après-midi. La plus jeune, une novice, avait 29 ans et la plus âgée 78. Leurs corps sont jetés dans la fosse commune du cimetière de Picpus. Une dizaine de jours plus tard, le 28 Juillet 1794, Robespierre était guillotiné à son tour et la Terreur cessait. En 1906, le pape Pie X béatifiait les Carmélites de Compiègne. Une seule des religieuses, Soeur Marie de l'Incarnation, échappa au massacre, étant absente lors de l'arrestation. Quand elle mourut en 1836, on trouva dans ses papiers le récit de ces tragiques événements, il fut publié par un libraire de Sens. Il inspire la romancière allemande Gertrud von Le Fort qui publie en 1931 sous la forme d'une longue lettre, une nouvelle intitulée Die Letzte am Schafott, La Dernière à l'échafaud, dans laquelle elle crée le personnage de Blanche de la Force. En 1947, Philippe Agostini et le Révérend Père Bruckberger décident de réaliser un film dont ils écrivent le scénario, ajoutant au passage le rôle du chevalier de la Force. Ils s'adressent à Georges Bernanos pour les dialogues. Mais le film ne verra pas immédiatement le jour, en raison de la mort de l'écrivain le 5 juillet 1948. Son éditeur Albert Béguin fit alors publier l'œuvre en un prologue et cinq tableaux sous le nom de Dialogues des Carmélites. Elle est immédiatement portée à la scène par Jacques Hébertot qui la donne avec succès, le 23 mai 1952 dans son théâtre de l'avenue des Batignolles à Paris.

Un succès constant

Plaque en mémoire des 16 Carmélites de Compègne au cimetière de Paicpus, dans le XIIe arrondissement de Paris. Photo du 28 mai 2010
Plaque en mémoire des 16 Carmélites de Compègne au cimetière de Paicpus, dans le XIIe arrondissement de Paris. Photo du 28 mai 2010
Francis Poulenc qui avait retrouvé la foi chrétienne lors d'une visite à Rocamadour en 1936, ne pouvait rester insensible à ce sujet que l'éditeur milanais Ricordi lui proposa pour la Scala. Il s'attache à la composition d'août 1953 à septembre 1955 et termine l'orchestration au mois de juin 1956. La première a lieu le 26 janvier 1957 à la Scala, dans la version italienne de Flavio Testi, la mise en scène était de Marguerite Wallmann et les décors de Georges Wakhéwitch, l'orchestre était placé sous la direction de Nino Sanzogno. Quant à la version française, elle est donnée à l’Opéra de Paris le 21 juin 1957, dans des décors de Suzanne Lalique et dirigée par Pierre Dervaux. L'opéra de Poulenc a très vite connu le succès dans de nombreux pays. Le critique musical Claude Rostand écrivait dans le journal le Monde "Il faut retourner à l'origine des mots grandeur, simplicité, noblesse, si médiocrement employés d'ordinaire, pour comprendre tout ce que la création de M. Francis Poulenc a d'exceptionnel et de rare...". Quant au film, Le Dialogue des Carmélites, production franco-italienne, il sera finalement réalisé en 1960 par Raymond Léopold Bruckberger et Philippe Agostini, il réunissait entre autres Jeanne Moreau, Alida Valli, Madeleine Renaud, Pierre Brasseur et Jean-Louis Barrault.
Francis Poulenc est né le 7 janvier 1899 à Paris, son nom est lié au groupe des Six dans les années 1920. Il compose notamment de nombreuses mélodies, Le Concert champêtre, œuvre pour clavecin et orchestre, le Concerto pour deux pianos qu'il créa avec Jacques Février, un Stabat Mater, Les mamelles de Tirésias, opéra-bouffe et La voix humaine, tragédie lyrique. Il est mort à Paris le 30 janvier 1963.
Trois noms restent attachés à cette oeuvre. Denise Duval qui fut la cantatrice préférée de Francis Poulenc, elle créa l'héroïne des Mamelles de Tirésias, le 3 juin 1947 à l'Opéra-Comique puis plus tard celle de la Voix humaine le 6 février 1959 dans la même salle. Entretemps, elle avait créé le rôle de Blanche de la Force à l'Opéra de Paris. Régine Crespin, qui lors de la création française était la seconde Prieure et fut la première Prieure quand l'opéra fut représenté en anglais au Metropolitan Opera de New York, en mars 1977, sous la direction de Michel Plasson. C'est le même chef, ardent défensur de la musique française en tous lieux, que l'on retrouve à Nice pour cette production néerlandaise mise en scène par Robert Carsen et représentée pour la première fois en France.

Opéra de Nice
4 et 6, rue Saint-François de Paule
06300 Nice
Standard
Tél. 04 92 17 40 00
Location – Renseignements
Tél. 04 92 17 40 79

Dialogues des Carmélites, opéra en trois actes et douze tableaux.de Francis Poulens

Direction musicale : Michel Plasson

Mise en scène : Robert Carsen

Décors : Michael Levine

Costumes : Falk Bauer

Lumière : Jean Kalman

Chorégraphie : Philippe Giraudeau

La marquis de La Force : Jean-Philippe Lafont

Blanche : Karen Vourc'h

Le chevalier : Frédéric Antoun

L'aumônier du carmel : Paul Agnew

Geôlier : Jean-Philippe Lafont

Madame de Croissy : Sylvie Brunet

Madame Lidoine : June Anderson

Mère Marie de l'Incarnation : Sophie Koch

Sœur Constance de Saint Denis : Hélène Guilmette
Mère Jeanne de l'Enfant Jésus : Julia Brian
Sœur Mathilde : Bérengère Mauduit

Officier : Richard Rittelmann

Premier commissaire : Thomas Morris

Second commissaire : Bernard Imbert

Thierry : Ioan Hotensche

M. Javelinot : Thierry Delaunay

Orchestre Philharmonique de Nice et Chœurs de l'Opéra de Nice
La première a eu lieu le jeudi 7 octobre à 20h

Autres représentations : dimanche 10 à 15h, mercredi 13 et samedi 16 octobre à 20h


extrait_dialogues_carmelites_poulenc.mp3 extrait_Dialogues_Carmelites_Poulenc.mp3  (436.77 Ko)




Par (dernière modification le 08/10/2010)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: ragondin, raie, raton laveur... Ragondin...



Le Podcast Journal sur :