Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Démantèlement d’une cellule terroriste au Maroc


Le 27 janvier 2017, le ministère de l’Intérieur du Maroc a annoncé dans un communiqué qu’un attentat lié à Daesh a été déjoué.


Abdelhak Khiame, chef du BCIJ. Photo (c) Murakush
Abdelhak Khiame, chef du BCIJ. Photo (c) Murakush
daesh_maroc.mp3 Démantèlement Maroc.mp3  (305.92 Ko)

La cellule terroriste démantelée par le Bureau central d’investigation judiciaire se composait de sept suspects et s’étendait sur plusieurs villes: Salé, El Jadida, El Gara ainsi que Boulaouane (province d’El Jadida) et Douar Maâta Lah (province de Taza). Le repère des sept suspects se situait dans la ville côtière d’El Jadida, au sud de Casablanca.

Le 29 janvier 2017, Abdelhak Khiame, chef du BCIJ, a exposé les armes et les explosifs retrouvés au domicile du concerné lors d’une conférence de presse. Un pistolet mitrailleur ainsi que sept armes de poing proviennent de la Libye et sont entrés par la frontière algérienne.
La BCIJ informe que le chef de cette cellule est un agriculteur célibataire âgé de 20 ans, vivant entre Taza et El Jadida. Il entretenait des contacts avec Daesh en Irak, en Libye et en Syrie. Les six autres membres sont âgés de 20 à 29 ans.
Les sept suspects, activement recherchés, ciblaient des personnalités politiques, des ambassades et des sites touristiques.

Selon Le360, qui cite des "sources sûres", le supposé leader du groupe était déterminé à commettre un attentat. Une vidéo de quatre minutes, célébrant son projet criminel, aurait été découverte dans sa maison. Abdelhak Khiame confirme également que le groupe était décidé à commettre l’attentat, car les armes et les gilets explosifs étaient opérationnels.

Un communiqué du ministère de l’Intérieur rappelle aux propriétaires de logements meublés l’obligation de déclarer l’identité de leurs locataires aux autorités. Dans le cas contraire, les propriétaires seront considérés comme complices des suspects.

"Suite au démantèlement de cellules terroristes et de bandes criminelles, il est apparu que leurs membres louaient des logements à des particuliers sans que les propriétaires n’en avisent les autorités locales de telles méthodes touchent directement à la sécurité du pays", signale le ministère de l’Intérieur.

Pour rappel, le leader de la cellule terroriste et un de ses complices avaient loué un appartement il y a tout juste une quinzaine de jours pour y peaufiner leurs sombres projets.



03/02/2017




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 62





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :