Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
02/05/2016

Dysturb expose le photojournalisme dans la rue


Dysturb est un collectif international regroupant une multitude de photojournalistes indépendants. L’objectif est de rendre visible leur travail sur les murs des villes du monde entier, à travers des sujets difficiles comme l'Irak, la Centrafrique, l'Ukraine... Dysturb en anglais signifie "troubler, déranger", cherche à faire passer un message en utilisant la rue comme support de communication.


L'origine du projet

expo_photojournalisme.mp3 Expo photojournalisme.mp3  (582.71 Ko)


Dysturb est un collectif de photographes né en mars 2014 en France, à l’initiative de Pierre Terdjman, photojournaliste. Au retour d’un voyage en République Centrafricaine et touché par la situation de ce pays en guerre, il décide donc de publier à travers une série de photos, les conditions de vie des populations africaines et souhaite les faire partager. Il décide alors d’exposer ses photos dans la rue.

Son objectif? Montrer la réalité et l’actualité au public. "L’idée, c’est d’interpeller le public parce que les gens ne veulent pas savoir ce qu’il se passe dans le monde, alors on leur impose des images qu’ils ne vont pas chercher par eux-mêmes."

Dysturb est maintenant présent dans plusieurs grandes villes du monde, dont New York et Melbourne. Confrères et amis ont vite rejoint le mouvement. Deux ans après, on compte plus d'une centaine de photos collées avec le logo Dysturb, de Paris à Sarajevo en passant par Montréal...

L'info descend dans la rue

Le regroupement vise un idéal photojournalistique "sans influence commerciale", peut-on lire sur le site Web. "Le photojournalisme a le pouvoir de véhiculer d'importantes informations pouvant combattre les stéréotypes, provoquer une discussion et de conscientiser la population sur de grands enjeux."

Selon Pierre Terdjman, coller des photos géantes est un bon moyen de rendre visible le travail des photographes reporters qui partent souvent plusieurs mois dans des pays dangereux et qui, par la suite, publient peu de clichés dans les magazines. A travers cette initiative, Dystrub propose un autre média, une autre façon de s’informer avec une actualité étrangère importante, comme les droits de l’hommes, et qui n’est pas forcément assez relayée. "Quelque part, c'est une démarche d'utilité publique", ajoute le reporter.

Le mode opératoire est bien rodé: une équipe de photographes déterminent un emplacement stratégique, déboulent en scooter, surveillent les alentours, puis collent clandestinement des tirages géants sur les murs des villes.

Le collectif se défend de faire du vandalisme ou d’endommager le domaine public. Ils assurent qu’ils n’utilise que des adhésifs à base d’eau. "De toute façon les images ont des durées de vie éphémères: quand elles ne sont pas retirées dès le lendemain par les services de nettoyage, elles se font recouvrir par des œuvres de street art ou des affiches politiques. Clairement, on fait chier plein de monde. C'est le but du jeu", assume Pierre Terdjman.




Par (dernière modification le 02/05/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Angers Likes Metal - 05/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 71




Dans nos blogs :

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...

L’Amérique post-Trump [Revue de presse]

Trois semaines après l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, le monde entier s’étonne encore de ce résultat inattendu....



Le Podcast Journal sur :