Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
18/12/2011

Edito: Ecoutez un regard décalé


Le temps passe, les témoins du passé désertent la scène. L'ancien président de la Tchécoslovaquie puis de la République tchèque, Vaclav Havel, vient de tirer sa révérence.


Edito: Ecoutez un regard décalé

edito_podcast_journal_18_decembre_2011.mp3 Edito Podcast journal 18 décembre 2011.mp3  (3.89 Mo)


Avec cette disparition, c'est un acteur et un témoin capital d'une époque désormais révolue qui s'en va. Ancien dissident – terme aujourd'hui qui n'a plus la même connotation que dans les années de la guerre froide – l'homme incarnait volontairement ou non, ces intellectuels qui ont résisté à la pression du communisme, résistance payée par plusieurs années d'emprisonnement. Son parcours personnel reste typique de ces figures de proue du XXe siècle. Né dans une famille cultivée et aisée de l'entre-deux-guerres, il vécut la fin de la Seconde Guerre mondiale et surtout la mise en place du régime communiste en Tchécoslovaquie dont il fut victime. Interdit d'étudier les sciences humaines à l'Université à cause de ses origines sociales, il devint néanmoins un écrivain et dramaturge reconnu. A travers ses écrits, il manifesta très tôt ses convictions politiques et fut l'un des fondateurs de la Charte 77. A l'époque, ce document était symbolique mais reste représentatif du courage et des convictions politiques de celui qui d'abord s'engagea lors du Printemps de Prague en 1968, puis fut ensuite l'instigateur de la "Révolution de velours" en 1989, lorsque la Tchécoslovaquie, tout comme ses voisins, osa quitter le giron communiste. Il faudra surtout retenir de l'homme sa clairvoyance intellectuelle. Lui, qui pendant ses longues années de dissidence, fut un fervent amateur de culture occidentale, n'en était pas moins un de ses plus grand critiques. Il savait que la liberté politique et économique se payait à coups d'égoïsme et d'individualisme et que ses concitoyens comme ses voisins ne pourraient pas échapper au danger de cette liberté recouvrée.
Sans surprise, il ne s'entendait guère avec son successeur Vaclav Klaus, anti-tout et européen en particulier. Vaclav Havel disparaît ainsi 22 ans après la chute du mur de Berlin et en pleine tourmente politico-économique européenne. Son décès, espérons-le, pour quelques instants, doit être l'occasion de se rappeler le chemin parcouru depuis l'entre-deux guerres en Europe centrale et de se convaincre de l'intérêt de l'Union européenne, malgré tout. De se souvenir des valeurs qui ont nourri Vaclav Havel, mais aussi tous ces dissidents politiques centre-européens qui ont lutté contre l'enfermement politique, économique et intellectuel du communisme. Se souvenir tout simplement que l'Union européenne vaut la peine de se battre, même s'il est vrai, les moyens utilisés et la réalité des motivations, laissent parfois perplexe. Chapeau bas au "président-philosophe", dont la vie a été qualifiée d'"œuvre d'art" par un autre Tchèque célèbre Milan Kundera.
La Pologne voisine quant à elle, termine sa présidence européenne. Avec ses succès et ses échecs. En politique étrangère et d'élargissement, elle aura été la présidence qui a vu la Croatie signer son traité d'adhésion. Mais c'est un succès qu'elle doit partager avec la Hongrie, qui 6 mois plus tôt, a elle aussi, beaucoup oeuvré pour ce dossier. En revanche, rien de concret en ce qui concerne la politique du partenariat oriental. On avait retiré le dossier des mains de la Hongrie, mais la Pologne n'a pas su ou pu relever le défi d'amadouer l'Ukraine ou la Biélorussie. Il est vrai que la chose n'est guère facile et peut-être la Pologne trop impliquée et trop proche de ces pays, n'était peut-être pas la mieux placée. Pourtant, son intérêt était un facteur dont auraient dû profiter ces pays sollicités, intérêt qu'ils ne retrouveront peut-être pas avant longtemps sous une présidence européenne dirigée par un pays occidental.


Par (dernière modification le 19/12/2011)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 11




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :