Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
08/10/2014

Figures publiques

Écoutez un regard décalé


Rien de telle qu'une recherche scientifique sur un sujet actuel pour remettre les choses à leur place. Non, la célébrité telle que nous l'entendons aujourd'hui ne date pas de l'invention des médias de masse. Les "people" existaient déjà au XVIIIe siècle. C'est presque décevant n'est-ce pas? Faut-il désormais comparer Kim Kardashian et Nabilla à Jean-Jacques Rousseau et Ferenc Liszt?


figures_publiques.mp3 Figures publiques.mp3  (480.37 Ko)


Antoine Lilti, directeur d'études à l'EHESS vient de publier un excellent livre sur le concept de la célébrité, "Figures publiques". Spécialiste de l'époque des Lumières, celui-ci commence par conséquent son histoire au milieu du XVIIIe siècle, en 1750 et nous entraîne sur une centaine d'années, faisant fi des périodes historiques, jusqu'en 1850. Les règles ne sont intéressantes que lorsqu'elles sont transgressées. L'évolution d'une société ne se coince pas forcément entre deux dates, entre les grands événements historiques. Mais ce n'est pas le sujet.
De nombreux personnages sont cités dans ce livre, mais c'est surtout la figure de Jean-Jacques Rousseau qui revient. Pour l'auteur, le concept de la célébrité prend pratiquement naissance avec le philosophe français. L'opinion publique raffole tellement de lui qu'elle finit par le dégoûter de cette notoriété qu'il rechercha tant en son temps. Quel meilleur moyen il est vrai de s'inscrire dans son époque, de rivaliser avec ses contradicteurs, voire ses concurrents? Mais il y a toujours un revers de la médaille, celui de Rousseau fut d'être prise en otage par "ses fans" et de ne plus s'appartenir. En effet, difficile de rester fidèle à soi-même lorsque l'on sait ce que l'on attend de nous. Difficile de résister à ces exigences de peur de perdre cette célébrité devenue aujourd'hui encore plus médiocrement ce que l'on pourrait juste qualifier de la visibilité. Être connu, c'est être vu.

Antoine Lilti travaille sur le XVIIIe siècle, mais rappelle à juste titre que le concept de célébrité est la forme moderne du prestige personnel qui lui existe depuis la nuit des temps. Depuis Alexandre le grand, César, Charlemagne ou encore Louis XIV, tous ont travaillé sur leur image et tous d'une certaine façon en sont devenus l'esclave. Plus encore aujourd'hui qu'hier, il est vrai. Encore une fois, comment peut-il en être autrement? Mais ce qui change au XVIIIe siècle, c'est le principe d'opinion publique, c'est la place que prend le peuple dans la société et la naissance de la presse. C'est à partir de ce moment que les choses se mettent en place et qu'une nouvelle société s'érige. C'est cette société que nous présente Antoine Lilti et c'est passionnant.

Cela permet aussi de relativiser les excès souvent qualifiés de stupides de l'époque où nous vivons. Nous voici rassurés, les outrances de la célébrité médiatique d'aujourd'hui ne datent pas d'hier mais de près de 300 ans. Cela change quoi, me direz-vous? Beaucoup en fait. S'inscrire dans le temps pour accepter l'évolution du monde dans lequel nous vivons, nous permet de mieux comprendre, si ce n'est d'accepter celle-ci plus facilement. Il en va ainsi des célébrités comme d'autres sujets de société. Mais là aussi c'est un autre sujet.

Antoine Lilti, Figures publiques, l'invention de la célébrité, 1750-1850.
Fayard 2014.


Par (dernière modification le 08/10/2014)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 6




Dans nos blogs :

L'UNICEF s'alarme: 1,4 million d'enfants risquent de mourir de faim dans quatre pays d'Afrique

Près de 1,4 million d'enfants peuvent mourir de la famine cette année au Nigeria, en Somalie, au Soudan du sud et au Yémen, selon le Fonds...



Le Podcast Journal sur :