Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
04/02/2015

Fin d'une époque

Écoutez un regard décalé


Thomas est décédé. Il est trop tard. Trop tard pour reprendre contact avec lui, pour lui dire combien il a compté dans ma vie à une époque où ce que j'entreprenais était si peu approuvé par une certaine communauté.


thomas_schreiber.mp3 Thomas Schreiber.mp3  (559.22 Ko)


J'ai rencontré Thomas Schreiber* à Budapest au début des années 2000, lorsque je décidais d'accepter de prendre les rênes du Journal Francophone de Budapest. A l'époque, mensuel débutant, tâtonnant, le JFB comptait plus de détracteurs que d'encouragements.
Souvenez-vous! Il avait fallu un Russe pour lancer un journal en langue française... un Russe. Aujourd'hui, avec le recul on croit rêver. Non pas un francophone de notre espace linguistique, pas un Français... un Russe. Pourquoi faire un journal en langue française d'ailleurs. Peu de Français sont sensibles aux problématiques de la francophonie. Ils n'ont pas peur. Pas peur de perdre leur langue. Ils ont tort. Pourvu qu'ils s'en aperçoivent à temps... mais c'est un autre problème.
A l'époque disais-je, l'équipe qui constituait le JFB était composée principalement d'étrangers francophones plein de bonne volonté... insuffisant. Parmi les officiels francophones, si peu les soutenaient qu'aucun nom ne me revient en mémoire. Peut-être suis-je injuste? Et puis, aidez un Russe, vous imaginez? Ses intentions étaient certainement opaques. Peut-être même était-ce un espion? Ou était-il essentiellement motivé par l'appât du gain. Impossible de soutenir un tel personnage. Que de rumeurs sur la nécessité de créer un autre média, qui lui évidemment aurait été beaucoup mieux, surtout bien mieux contrôlé par certaines instances... Au bout du compte rien.

Ne m'en veuillez pas de vous raconter tout cela. Vous allez me dire: et Thomas dans tout cela? C'était nécessaire. Il faut comprendre dans quel contexte nous nous sommes rencontrés et comment cet homme qui n'avait plus rien à prouver est venu jusqu'à moi pour me proposer son aide. Lui se moquait bien de savoir que le propriétaire du JFB soit russe.
La première chose qui frappait chez Thomas, c'était sa gueule. Lui, on peut dire qu'il en avait une. Impressionnant!
La deuxième chose qui le démarquait des autres, était sa voix. Inoubliable. Le tabac et le crabe étaient passés par là. Que ce soit à la radio ou lorsqu'il arrivait quelque part, on le reconnaissait entre tous. Inimitable!
Après c'était sa gentillesse, sa simplicité. Évidemment lors de nos premières rencontres, je n'étais pas consciente de tout cela. J'étais jeune, dans la fièvre de publier chaque mois ce maudit journal, alors la gentillesse, la simplicité d'une personne tel que lui, n'était pas ma priorité.
Aujourd'hui lorsque je pense à lui, c'est pourtant ce qui me revient en premier à la mémoire. Lui l'ancien de la Documentation française, du Monde, de RFI, lui au CV long comme une vie, me proposait de devenir le correspondant parisien du JFB. Rien que cela. Et moi j'ai oublié d'être impressionné. J'ai juste pensé, super, une plume crédible, c'est exactement ce dont j'ai besoin. Lui, il s'en moquait de la réputation du JFB, il n'avait plus rien à prouver.
Que de discussions, parfois passionnées, parfois plus sereines, jamais inintéressantes. Je me souviens encore de son regard bienveillant sur moi, sur la "Petite", comme il disait. Et moi, je n'en ai pas compris l'importance.
Il m'aimait bien Thomas, on s'entendait bien. Notre collaboration, notre amitié a duré plusieurs années. Jusqu'à ce que la vie nous sépare. P... de vie.
Il y a un an, pratiquement jour pour jour, Thomas m'avait envoyé un message auquel j'ai répondu, sans suite. J'aurai du insister, le relancer de mon côté, il avait fait le premier pas. Je ne l'ai pas fait. Maintenant il est trop tard, je m'en veux et suis triste.
Je pense à Pascale qui l'accompagnait dans tous ces déplacements budapestois. Pascale jolie rousse panthère créatrice, a qui je pense si souvent lorsque je traverse mon salon, souvenir d'une de ses œuvres offerte lors d'un Noël à Budapest.
Adieu Thomas.


Thomas Schreiber à l'Institut français de Budapest, à l'automne 2014 (vidéo bilingue)



Par (dernière modification le 03/02/2015)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :