Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
14/06/2014

Florent Espana, le plus villefranchois des peintres lyonnais


Résident désormais à Villefranche sur mer, le jeune peintre lyonnais Florent Espana expose son travail sous la forme d’un "parcours dynamique" mercredi 18 juin à 18h30, à partir de son atelier situé rue de l’église. Il se livre dans un passionnant portrait intimiste.


florent_espana.mp3 Florent Espana.mp3  (1.4 Mo)


Voilà huit mois que ce peintre originaire de Lyon réside à Villefranche sur mer. "Après quatorze années passées dans la capitale rhodanienne, ma motivation faiblissait". "La fin d’un cycle", explique Florent Espana: "pendant dix ans, j’ai très vite développé ma carrière. Dans les dix ans qui viennent, je vais continuer à peindre, faire un plan et atteindre mes objectifs". "Motivation"? "Carrière"? "Plan"? "Objectifs"? Un vocabulaire qui sied davantage aux obsessions d’un étudiant de l’EDHEC ou de l’IPAG qu’aux propos d’un artiste. Florent Espana le reconnaît: "pendant dix ans, j’ai travaillé au jour le jour, sans me soucier de ce qui allait se passer demain".

La rencontre avec un "collectionneur pathologique, gargantuesque", un homme "malade des artistes" a été révélatrice. "J’ai travaillé avec lui une fois par semaine pendant un an". Deux heures d’entretiens au cours desquels "il me posait des questions sans m’apporter de réponses". Un exemple? "Tu marches aujourd’hui sur une patte, la création. Quelles sont les trois autres pattes?" Registre de l’énigme sphinxienne ou remake mythologique de Pygmalion? Celui qui lui a "acheté son premier tableau" est devenu un "guide". Il n’y a pas de petit transfert!


Villefranche, c'est ma "renaissance"

The deep world-bunker land © Florent Espana
The deep world-bunker land © Florent Espana
Une "maladie pulmonaire est, par surcroît, venue me rappeler que je n’étais pas immortel". "Les réponses", poursuit ce diplômé de l’École Émile Cohl à Lyon, "je les ai trouvées dans mes créations". "Bunkerland" fut le premier thème "réfléchi". "J’ai souvent travaillé par séries comme celles des maîtres dont j’entends m’inspirer: Picasso, Lucian Freud, Monet". Il précise: "par effet de mimétisme, on reproduit ce que le maître produit".

Pourquoi Villefranche? L’artiste répond sans hésiter: "ma renaissance". "J’ai quitté un état d’oppression et d’enfermement sur moi-même pour retrouver le plaisir de peindre et d’échanger". "Ici", ajoute-t-il, "je peux voir loin: j’ai une profondeur de champ alors qu’à Lyon, ma vision était obstruée par le béton, d’où ma première exposition intitulée Béton armé".

Qu'est-ce que la peinture?

Guernica vs Homs © Florent Espana
Guernica vs Homs © Florent Espana
Depuis huit mois, Florent Espana a développé trois "axes de recherche": en premier lieu, "une recherche fondamentale sur le médium représenté par l’art". "Qu’est-ce que la peinture? Que puis-je apporter de nouveau à la création artistique?": réminiscence de son désir d’éternité. Ce premier axe s’étaye sur "un travail portant sur le motif, le rythme et la densité", en "écho à ma vision du monde, flux incessant, dynamique rythmée, dégénérée, à l’image de ma vision de la société". Ensuite, "une peinture d’observation" et, enfin, "l’art de la scène de genre", "une mise en abîme d’un sujet où chaque élément est construit". Le "contraire", précise Florent Espana, de mes "Favelas", "libres et création pure": quand "j’attaque ce type de tableau, je ne sais pas ce qui va en sortir".

Un parcours lumineux en plein coeur de Villefranche

Favelas hyperrealiste © Florent Espana
Favelas hyperrealiste © Florent Espana
"Mercredi, pour mon vernissage, je propose une petite rétrospective": "j’ai demandé à quelques artistes locaux d’y prendre part". Après accord de la municipalité, le vernissage définira, en plein cœur du centre-ville, un "parcours lumineux" débutant en haut de la rue de l’église avec des œuvres de Bert, puis celles de deux autres artistes, Lucas Bernardeschi et Thierry Otoniente, qui occuperont le parvis de la chapelle sainte Élisabeth. Un "moyen de tester, de voir comment les gens réagissent, les voisins, les artistes, la collectivité". "Je souhaite générer une dynamique". "Le plaisir d’aller vers les autres". Et de conclure: "l’existence n’est-elle pas faite de rencontres qui nous obligent à nous mouvoir?".

Site de Florent Espana


Par (dernière modification le 14/06/2014)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: ragondin, raie, raton laveur... Ragondin...



Le Podcast Journal sur :