Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Hong Kong: L'exploitation des travailleurs domestiques

Communication de notre partenaire


Une pétition internationale réunissant plus de 100.000 signatures et demandant qu’il soit mis un terme à l’exploitation des travailleuses et travailleurs domestiques migrants a été remise le 27 avril au gouvernement de Hong Kong.


hong_kong.mp3 Hong_Kong.mp3  (134.49 Ko)


Cette pétition, qui intervient quelques jours avant le début du procès très attendu de l’employeur d’Erwiana Sulistyaningsih, a été signée par 103.307 personnes originaires de plus de 160 pays.

"Je ne veux plus que quelqu’un puisse subir ce que j’ai subi. C’est pourquoi je soutiens cet appel au gouvernement de Hong Kong à mettre fin à l’exploitation des travailleuses et travailleurs domestiques migrants. J’espère qu’il sera possible à l’avenir de venir travailler à Hong Kong sans avoir à craindre d’être victime d’abus, en touchant une rémunération équitable et en toute égalité", a déclaré Erwiana Sulistyaningsih.

Lancée par Amnesty International, la Confédération des syndicats de Hong Kong, la Fédération internationale des travailleurs domestiques et Walk Free, cette pétition demande au secrétaire au Travail et aux Affaires sociales, Matthew Cheung Kin-chung, de prendre d’urgence des mesures pour renforcer la protection des travailleuses et travailleurs domestiques migrants sur le territoire.

Les femmes qui viennent travailler à Hong Kong comme employées de maison sont systématiquement exploitées par des agences et des employeurs peu scrupuleux. Très souvent, on leur ment sur les emplois et les salaires qui les attendent, on leur demande de verser des commissions non seulement excessives, mais également illégales. Beaucoup sont rémunérées au-dessous du salaire minimum légal et voient leur passeport confisqué. Toutes ces pratiques sont contraires à la légalité et peuvent constituer des faits de traite de personnes en vue d’un travail forcé, variante moderne de l’esclavage. La règle qui veut que les employées de maison soient logées sur place permet aux employeurs malhonnêtes de dissimuler la manière dont ils traitent leurs salariées, et celles-ci ont souvent le sentiment de n’avoir aucun moyen de s’échapper. Lourdement endettées, privées de passeport et craignant de perdre leur travail, nombreuses sont celles qui sont contraintes d’accepter de vivre dans des conditions tout à fait anormales. Les personnes qui prennent la fuite et qui portent plainte ne peuvent plus trouver de travail et sont souvent obligées de rentrer dans leur pays, sans pouvoir aller réclamer devant les tribunaux les arriérés de salaire qui leur sont dus ni poursuivre leurs employeurs en justice. Ainsi, il est très rare qu’un employeur ou une agence de recrutement soit sanctionné pour atteinte à la législation.


13/05/2014




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 15





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :