Connectez-vous S'inscrire
Le Podcast Journal - podcastjournal.net 


Samedi 1 Novembre 2014
4:47
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)
J.N.B.L.

Inde: Les promesses dénuées de sens de Vedanta

Communication de notre partenaire

01/09/2012
Lu par 816 visiteurs web

Amnesty International a accusé la compagnie minière Vedanta, société basée au Royaume-Uni et qui tient son assemblée générale annuelle ce mardi 28 août, à Londres, de feindre d'ignorer les critiques à l'égard de son bilan désastreux en matière de droits humains dans l'État de l'Orissa (dans l'est de l'Inde) en publiant un rapport creux et dénué de sens présentant sa propre version de ses activités.


Amnesty International estime que le rapport, intitulé "Vedanta's Perspective", s'efforce en réalité de rassurer les investisseurs au sujet des activités controversées de Vedanta alors même que celle-ci cherche à les étendre. Amnesty International a répliqué avec son propre rapport, "Vedanta's Perspective Uncovered: Policies Cannot Mask Practices", dans lequel elle accuse la société minière de ne pas tenir compte des conséquences véritables de ses opérations sur les droits fondamentaux des populations locales de l'Orissa.

Amnesty International rapporte par exemple que la compagnie a dissimulé aux populations locales certaines informations importantes comme les répercussions de la pollution due à ses activités, et qu'elle n'a pas organisé de consultations publiques dignes de ce nom.
"Notre nouveau rapport fait état du décalage flagrant entre les affirmations de la compagnie et la réalité sur le terrain. Les communautés vivant en Orissa ont fourni de nouveaux éléments qui montrent que les changements annoncés par Vedanta n'ont eu que peu d'effets positifs locaux sur leurs moyens de subsistance, leurs droits et leurs autres motifs de préoccupation. Le bilan de Vedanta en matière de droits humains est loin de satisfaire aux normes internationales régissant les activités des entreprises. La compagnie refuse de consulter sérieusement les populations affectées par ses activités et ne tient pas compte des droits des peuples indigènes. Son rapport prétend mettre de nouvelles informations sur ses activités à la disposition du public, mais feint d'ignorer la plupart de nos conclusions. Il omet en outre de prendre en compte des investigations menées par des organismes indiens de surveillance et des autorités comme la Commission nationale des droits humains, qui a enquêté sur les opérations de Vedanta en Orissa", a déclaré Polly Truscott, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

Amnesty International trouve en outre troublant que les personnes qui se sont opposées à la compagnie ont été inculpées d'infractions et incarcérées à partir de preuves forgées de toutes pièces, l'objectif étant de dissuader d'autres opposants d'exercer leur droit de protester pacifiquement et d'exprimer librement leurs opinions. L'organisme est également préoccupée par certains éléments, dévoilés au cours d'une enquête que mène la Commission nationale des droits humains, qui montrent que des policiers ont cherché à promouvoir les intérêts de la compagnie aussi bien en créant de fausses preuves qu'en réprimant l'opposition. À deux occasions au moins, la police aurait utilisé comme prétexte la présence locale de maoïstes pour harceler des représentants de la presse et d'organisations de droits humains internationales et les convaincre de ne pas se rendre à Lanjigarh ni dans les collines de Niyamgiri.

Amnesty International a examiné les changements opérés par Vedanta en se basant sur quatre critères établis* à partir du cadre de référence et des Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme (ONU) et elle est arrivée à la conclusion qu'aucun des quatre points n'a été entièrement respecté.


* Les quatre critères sont:
• Les propositions doivent se fonder sur une compréhension adéquate des conditions requises pour satisfaire aux normes internationales en matière de droits humains.
• Elles devraient traiter de la nécessité de remédier aux atteintes actuelles aux droits humains.
• Elles ne devraient pas faire l'objet de négociations en faveur d'autres priorités.
• Leur mise en œuvre doit s'accompagner d'une obligation de rendre des comptes.

inde_8.mp3 Inde.mp3  (574.82 Ko)



Par J.N.B.L. — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 816 fois — Contenu mis à jour le 30/08/2012




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 11











Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents