Connectez-vous S'inscrire
Le Podcast Journal - podcastjournal.net 


Vendredi 22 Août 2014
21:37
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)

Max Dominique Ayissi

Interview: Jean Baptiste Ayissi Ntsama, président du parti des Démocrates Authentiques du Cameroun (DAC)

09/07/2009
Lu par 2537 visiteurs web

« Les Camerounais les plus riches sont aujourd’hui des cadres de la fonction publique. C’est eux qui détournent tout ce qu’il y a comme argent. Les Camerounais doivent comprendre qu’il faut s’arrêter, se refaire, pour éviter le pire à notre pays. A la place du chef de l’Etat, j’organiserais même un référendum pour demander au peuple ce qu’il faut faire, parce que ça ne va pas. »


« A la place du président Paul Biya, j’organiserais un référendum pour demander au peuple ce qu’il faut faire. »

Interview: Jean Baptiste Ayissi Ntsama, président du parti des Démocrates Authentiques du Cameroun (DAC)
Quelles est, à votre avis, le plus grand moment de la vie politique de la Nation Camerounaise ?
Le plus grand moment de la vie sociopolitique du Cameroun ne peut être que le 1er janvier 1960. Après la lutte contre la colonisation, on croyait, avec l’indépendance, que les espoirs allaient être comblés, avec le temps.

Quarante ans après, êtes-vous déçus ?
Vous savez, les colons ne lâchent pas très facilement. C’est ça qui a le plus compliqué les choses. Ceux qui étaient chargés de gouverner manquaient d’expérience, avec très peu de volonté politique. Tout cela devait s’acquérir avec l’expérience. Il y avait le problème de la réunification du territoire, qui a été divisé par le colonisateur, au point que le Cameroun, qui était à 800 000 Km2, en est aujourd’hui réduit à la moitié.

La réunification et le « 20 mai » sont-ils forcément ce qui rassemble le plus les Camerounais ?
Dans les mouvements politiques d’avant l’indépendance, la question de la réunification faisait partie du programme de tous les mouvements politiques. On ne parlait pas d’indépendance, sans évoquer la réunification. Puisque le pays a été divisé par le colon. Et même aujourd’hui il existe encore des tentatives pour exciter les camerounais avec des idées comme la CNC.

Est-ce que vous n’avez pas l’impression que le Cameroun, c’est deux pays dans un Etat ?
Non ! Ce n’est pas sur la base d’une langue que l’on devient une Nation. On voit par exemple les Brettons mais il y a un Etat, qui est la France. Ce sont les blancs qui sont derrière toutes ces manœuvres pour nous décourager, nous diviser et accaparer tout ce que nous avons comme biens.

Que pensez-vous des différents régimes qui se sont succédé au Cameroun ?
Ahidjo est arrivé au pouvoir par des manœuvres du colon. Monsieur André Marie Mbida, qui avait esquissé les premiers pas de l’indépendance n’a pas été apprécié. Et il n’avait pas de vrais pouvoirs, puisque le vrai président c’était le Haut Commissaire de la France au Cameroun, qui devait entériner tout ce qu’il faisait. Heureusement, il a surpris tout le monde en dotant le Cameroun d’un drapeau, d’un hymne et d’une devise.
Ce n’était pas facile non plus pour le président Ahidjo. Nous-mêmes on n’arrivait pas à comprendre ce que c’était un pays indépendant, le rôle d’un citoyen. C’était un apprentissage. On luttait toujours contre ce que la puissance coloniale voulait nous amener à réaliser : faire du Cameroun un pays de l’union française. Il y avait une partie du pays qui militait dans ce sens et une autre qui y était opposé. Le président était entre le colon et nous, comme entre le marteau et l’enclume, avec son propre partie, l’Union Camerounaise.
Moi, je n’étais pas de son parti. J’ai milité, depuis l’indépendance, dans le syndicat des croyants. Après je suis entré dans le Comité de Coordination du Cameroun et puis dans le parti de André Marie Mbida, le Parti des Démocrates Camerounais. Mais j’avoue, sans exagérer ; sans tenir compte des difficultés, de la torture et des brimades de toutes sortes, que ce n’est pas facile de gérer pouvoir.
On a traité le président Ahidjo de dictateur, y compris moi-même, ce qui était vrai. Mais lui, il menait son régime et parvenait à gouverner. Pourquoi le président Biya n’arrive-t-il pas à réaliser ce qu’il veut ? A cette époque, on ne pouvait même pas prononcer le nom du président dans un bar et sortir libre. Les Camerounais, qui sont aujourd’hui libres à tous les niveaux, n’arrivent pas à utiliser ce moyen que le régime leur a donné. Finalement on risque de retomber dans un système pire que celui de M. Ahidjo ; pire que celui de Biya. Parce que celui qui viendra, il lui faudra emprunter certaines voies, pour asseoir son pouvoir. Et si les gens n’adhèrent pas, il n’aura pas d’autre choix.
Depuis que Mr Biya est là, il a établi des ouvertures de toutes sortes. Mais je crois, à mon humble avis, que le président Biya est mal compris. Certains le traitent de naïf. Pour moi, l’administration et la fonction publique pourrissent l’action du chef de l’Etat. Quand il s’élève pour donner des instructions, après quelques heures, on ne trouve plus trace de ce qu’il a instruit. Il y a de la corruption partout. On voit des hauts cades, qui ont été invités à la gouvernance des affaires publiques, commettre des fautes qui n’honorent ni le régime, ni le Cameroun. C’est vraiment regrettable.

Que faut-il faire ?
Vous pensez certainement à arrêter les gens. Mais va-t-on arrêter les deux cents ou trois cents mille personnels de la fonction publique ? Ce n’est pas possible. Il faudrait que chacun fasse sa propre confession. Si chacun pouvait faire le dixième, le Cameroun serait au panthéon. Mais dès que quelqu’un est positionné, il commence à faire des ravages.
Quand vous regardez le tableau des remaniements, le chef de l’Etat remanie chaque année, ou presque. Pourquoi ? Parce qu’il n’arrive pas à mettre la main sur les hommes qu’il lui faut. Nous allions à l’école pour nous instruire, nous éduquer et venir remplacer les expatriés. Mais ça a été un peu trop naïf. Les intellectuels camerounais posent des actes ignobles, qui ne nous honorent pas. Je ne veux pas entrer dans les détails.

Comment entrevoyez-vous la succession de monsieur Biya?
Vous savez, monsieur Biya n’est pas éternel. Il va partir un jour. Il peut mourir. Est-ce que les gens qui l’entourent peuvent seulement s’entendre, au cas où il n’est plus là ? C’est un grand point d’interrogation ! Pour être leader politique, c’est comme un sacerdoce. Lutter pour le bien-être des autres. Actuellement, on croit qu’il suffit d’être milliardaire. Ce n’est pas vrai ! La richesse est une chose, la vocation de politicien en est une autre. Il faudrait que les Camerounais fassent un examen approfondi de leur conscience, pour aider le régime et construire le pays. Le régime, c’est leur régime. Le pays, c’est pour ceux qui vont rester.

Vous pensez que le salut Cameroun viendrait d’un régime dictatorial ?
Pour moi ce n’est pas une option. Mais quand vous voyez ce qu’est devenue la fonction publique au Cameroun, c’est très difficile. Le président a d’ailleurs dit que celui qui veut s’enrichir, sorte de la fonction publique. Elle n’est pas faite pour aider les gens à s’enrichir, telle qu’actuellement. Les Camerounais les plus riches sont aujourd’hui des cadres de la fonction publique. C’est eux qui détournent tout ce qu’il y a comme argent. Ceux qui ont étudié pour être des ingénieurs et des entrepreneurs sont inutiles, parce que les fonds n’arrivent pas à destination. Si quelqu’un prend maintenant le pouvoir et qu’il n’arrive pas à faire entendre raison à tout ce monde, il sera obligé de faire usage de la dictature et peut-être même pire. Les Camerounais doivent comprendre qu’il faut s’arrêter, se refaire, pour éviter le pire à notre pays. Parce que, si ça arrive, on ne fera plus rien, la fonction publique, dont il s’empiffre tant, s’arrêtera de fonctionner. Le désordre, quand ça arrive, il n’y a pas de limite.
Nous autres, on a fait des sacrifices pour ce pays. Ceux qui sont aujourd’hui des milliardaires, ils ont fait quoi ? A notre époque on pensait d’abord au Cameroun. On était très fier de ce qu’on faisait. Quand j’explique que j’ai travaillé pendant cinq ans sans salaire, on a du mal à me croire. Je l’ai fait ! J’ai refusé d’adhérer à l’UC. On m’a dit qu’il n’y aurait pas de travail pour moi. Il faudrait que les Camerounais fassent des sacrifices, pour l’avenir de leur pays. On est en train de stagner. C’est dommage !

Comment sortir de cette situation ?
Je crois qu’il appartient au parti au pouvoir de rassembler les autres partis politiques et surtout suivre ce que dicte son leader. Il n’y a pas un seul Camerounais de l’opposition qui ait été arrêté jusque-là. Ce sont tous les cadres RDPC. Le parti au pouvoir devrait rassembler comme son nom l’indique. Il faudrait convoquer la société civile, les syndicalistes, les notables. Quand on a convié à la tripartite, en 1991, il y a eu des résultats. J’ai écrit au chef de l’Etat. Je pense qu’il faut, au lieu de continuer à arrêter les gens, faire le point de ce que chacun a fait, lui laisse une partie et il restitue le reste séance tenante. Arrêter les gens va créer une haine qui va durer très longtemps. Alors que ceux qui ont détourné, Dieu est contre eux, la loi humaine aussi et ils le savent. Avec le temps, ils vont le payer et très cher.

Pour vous, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) serait donc le principal responsable des déboires du Cameroun.
Mais qui est au pouvoir ? C’est le RDPC ! Et ils ont tord de continuer sur cette lancée. Ils ne suivent même pas les prescriptions de leur leader. Le chef de l’Etat a dénoncé l’inertie. Mais quelles sont les mesures que le RDPC a prises pour la combattre ? Ils sont partout, dans le commandement, dans l’administration et les forces armées, mais … (souffle) ! Ils ont même embrigadé tous les chefs traditionnels. Ce qui ne devrait pas se faire. Il faut qu’ils se reprennent. Vous voulez qu’on dise que c’est qui ? Ce sont eux qui tiennent l’essentiel des postes.

Est-ce que ce n’est pas trop facile de trouver des excuses à monsieur Biya, pour accuser le RDPC?
En tous cas, la République est organisée de telle sorte qu’il y a des institutions à divers niveaux. Il y a des responsables à tous les niveaux. Je prends l’exemple du sous-préfet. Il est chef au niveau de l’arrondissement. Ce qu’il fait, il le fait au nom de ses populations. S’il ne le fait pas bien, le chef de l’Etat ne viendra jamais se substituer à lui. Le chef de l’Etat ne les nomme pas pour poser des actes ignobles. Si dix sous-préfets agissent tous de la même façon, qu’on les change et que les autres recommencent. Que faut-il faire ? Les changer tout le temps ? On finira par être ridicule. Ce n’est pas possible ! Même si le président Ahidjo, en son temps, avait procédé, en 1965, au remaniement de la totalité de son gouvernement, après s’être rendu compte que tout ce qu’on lui disait était faux. On ne peut pas arrêter tout le monde à la fois. En ce temps là, qui va arrêter qui ?
Je crois que les camerounais doivent se responsabiliser. Le chef de l’Etat ne peut pas être policier au carrefour de la poste et président de la République au Palais de l’Unité.

Est-ce qu’il ne manque justement pas à Mr Biya des actes forts comme ce remaniement de 1965 ?
Il y a effectivement des éléments qui militent dans ce sens. Mais quand on lui demande d’arrêter 500 personnes. Ne serait-ce que sur le plan des disponibilités carcérales, où est-ce qu’il va les mettre ? Les camerounais, qu’il a appelé pour l’aider à gouverner, ont posé des actes contre les intérêts de la Nation. D’accord ! Mais je crois aussi que les camerounais l’aiment, c’est indéniable et ce n’est que lui qui peut mettre fin à ce cycle. Quelqu’un d’autre aura beaucoup de mal, étant donné que ces gens, qui sont les hauts cadres du régime, s’ils prennent le pouvoir, ce sera une catastrophe. Ce ne sont pas des hommes politiques. C’est le chef de l’Etat qui les a pris pour qu’ils l’aident à gouverner. Ils sont trop pressés. Ce n’est pas parce qu’on est milliardaire qu’on peut gérer un pays. Ce n’est pas vrai !

Pour vous, le plus grand danger qui guette le Cameroun ce serait donc ces milliardaires qui sont au tour du président et qui aspirent tous au pouvoir.
Oui ! Ce sont des gens qui ont ramassé l’argent du Cameroun et l’on expatrié. Ils sont plus dangereux dans ce sens que, comme ils sont déjà très riches, ils ne peuvent plus accepter que quelqu’un d’autre les commande. Ils estiment que ce sont eux qui doivent être à la tête de ce pays. C’est pour cela que leur présence, à mon avis, est très dangereuse. Ils sont riches et ils veulent former une caste, ce qu’on appelle la ploutocratie. C’est un régime de riches, très puissants. S’ils arrivent à leurs fins, ça va être une catastrophe. Je crois qu’il faut absolument qu’on provoque une rencontre comme en 1991. Je crois que le chef de l’Etat est là pour cela. Je souhaite que Dieu lui donne assez de lumière pour qu’il se soulève contre ceux qui veulent l’entraîner, parce qu’ils ne sont plus avec lui et qu’ils sont contre les camerounais.

De qui parlez-vous ?
Du G11 bien sûr ! Nous vivons ses actes au quotidien. Le plus difficile c’est qu’on ne sait pas combien ils sont dans les institutions. Quand leurs meneurs étaient en poste, ils murissaient des projets dangereux et nous, on les prenait pour des militants du RDPC. C’est une réalité et au sein du RDPC. Il est dans le ventre du RDPC. Je crois que le chef de l’Etat lui-même n’est plus en sécurité. Ils posent des actes terribles ? Qui sont-ils ? On ne connait pas. Qui sont ses dirigeants ? On ne les connait pas. On suppose que c’est un tel ou un tel autre. C’est très dangereux. Il y a des actes qui sont posé, les journaux écrivent et personne ne réagit. On ne comprend pas. Je crois que le chef de l’Etat doit réagir. C’est lui qui est là.

Certains sont pour un soulèvement populaire. Qu’est ce que vous en pensez ?
Non ! Le peuple n’a rien à voir là dedans. Certes il souffre, mais il n’a pas intérêt à être exploiter dans ce sens. Si le peuple se soulève, il sera la pire des victimes. Déjà il misère et ces gens qui sont là ne le prennent pas au sérieux. Il faut plutôt les mettre face à leurs responsabilités. Ils ne sont pas nés ministres, directeurs généraux, généraux ou colonels. Ils le deviennent. Le peuple n’a pas à être mêlé à cela. Ces gens doivent faire leur mea-culpa et corriger leur façon de faire. Si on envoie le peuple en route et que les autres ont les armes, ce sera qui les victimes ? Tout le monde au Cameroun sait ce qui se passe.

A qui est-ce qu’il revient susciter cette prise de conscience ?
Je vous le redis, le RDPC est mille fois mille responsable de ce qui se passe. C’est donc à lui qu’il appartient d’initier un rassemblement. Un dialogue pour qu’on puisse s’asseoir et examiner en famille ce qui se passe. L’opposition a quels moyens pour le faire ? Aucun ! On veut qu’on envoie les enfants en route, pour que les gens en profitent encore pour faire comme en février 2008 ; où des gens du RDPC ont transporté des jeunes par camion depuis Douala et accusé les partis de l’opposition. Le président le sait. C’est son parti.

Mais pourquoi ne réagit-il pas ?
Nous ne pouvons pas savoir s’il réagit ou pas, n’étant pas à l’intérieur de leur parti. Le président n’est qu’un homme. Les gens sont devenus très riches dans son dos. Pourquoi ne pas s’arrêter par eux-mêmes ? Ils devraient arriver à le faire. Le chef de l’Etat doit se réveiller, sinon ils vont salir tout ce qu’il a fait de bien. C’est lui qui a créé le RDPC, il doit maintenant l’examiner en profondeur pour comprendre ce qui n’a pas fonctionné. Si on ne fait pas attention, il y aura le pire. Il faut qu’il convoque des assises nationales. Parce que, au stade où l’on en est, il ne peut plus, à lui tout seul, le faire. Ces gens ont aujourd’hui des ramifications partout pour boycotter ce qu’il fait.

Est-ce que Mr Biya n’est pas aujourd’hui prisonnier de son système ?
Non ! Quand il a démocratisé le Cameroun, il l’a fait sans mesure. Il est temps qu’il lance un mouvement de dialogue sur l’avenir du Cameroun ; avec les partis politiques, la société civile, les églises, la chefferie traditionnelle, les syndicats, pour qu’on arrive vraiment à sortir certaines vérités.

N’est-il pas illusoire de faire appel au bon sens des truands ?
Ils sont obligés. Ils ont de la famille. Ils ont des enfants. Ils vont vivre où quand ça va commencer. Dans nos sociétés traditions, quand ça n’allait pas, les patriarches convoquaient la communauté, pour plancher et trouver des solutions. Nous devons nous refaire et il n’y a pas à avoir peur. Une fois réunis, des gens vont soulever des situations, même celles que nous ne connaissons pas et on va en discuter. Parce qu’on peut parler de Biya. Un jour, il partira mais celui qui viendra, il va faire quel miracle ? Avec des hommes qui ne peuvent pas avouer qu’ils ont fait autant de mal à leur pays. A la place du chef de l’Etat, j’organiserais même un référendum pour demander au peuple ce qu’il faut faire, parce que ça ne va pas.
Si vous allez dans les villages de ces détourneurs, il n’y a rien du tout. Cette affaire est déjà au niveau où le peuple doit être interrogé. Soit par voie référendaire, soit au cours d’une grande assise. Si on laisse la situation entre les seules mains du chef de l’Etat, ça ne risque pas de s’arranger.
Vous pensez que monsieur Biya est dépassé ?
Les actes que ces gens posent, ils ne les posent pas au nom de Biya. Chacun est responsable de ce qu’il fait. Biya ne va pas répondre de ce que le préfet fait, parce que c’est lui qui l’a nommé. Les enfants que nous faisons, s’il arrive qu’ils volent, on ne va pas non plus le tuer. Les hommes sont comme ça, ce n’est pas facile.

Pensez-vous que le Cameroun soit prêt pour une alternance politique ?
Dire que le Cameroun est prêt pour une alternance politique, c’est être naïf. Dès qu’un camerounais est nommé à un poste, il ne pense qu’à sa veste et à ses chaussures. Ça veut dire qu’on n’a rien compris de ce que c’est que gouverner.

A quoi sert donc l’opposition, si l’hypothèse de l’alternance politique n’est pas envisageable ?
L’opposition agit. Si nous ne faisons pas de manifestations publiques, ça ne veut pas dire qu’on ne milite pas. Nous écrivons, nous faisons des messages. Moi je suis au sein de la majorité présidentielle. Je ne peux donc pas faire autrement que par voie légale.

Est-ce que vous n’auriez pas plutôt intérêt à être plus démonstratif, pour faire entendre votre voix, au regard de l’opacité et des verrous RDPC ?
En ce qui me concerne, je ne peux plus me mettre dans la rue, pour revendiquer. A mon avis, il n’est pas bon, dans un pays complexe comme le Cameroun, d’envoyer les gens dans la rue, parce que vous n’êtes pas seuls. Il y a des gens qui sont contre le régime et qui font semblant d’être avec.
Ils vont donc saisir ce genre d’occasions pour poser des actes abominables ; tuer ou faire n’importe quoi. C’est pour cela que je préfère que le chef de l’Etat initie une rencontre à un très haut niveau. Seul, il ne peut plus s’en sortir, vu le nombre de cadres ministres, directeurs de sociétés, directeurs d’administration qui l’entourent et qui ne respectent plus un certain nombre de choses.
Nous ne pouvons pas le laisser seul, pour sauver la situation. Surtout que nous avons une jeunesse qui s’instruit et sur laquelle nous comptons pour prendre la relève. Il s’agit de savoir quel héritage est-ce que nous allons lui léguer ?


Par Max Dominique Ayissi — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 2537 fois — Contenu mis à jour le 10/07/2009




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 36












Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents