Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
14/02/2016

L'édito de la semaine: La famille, les enfants, les droits des femmes, un triptyque qui fait peur


La principale actu qui a retenu notre attention cette semaine est bien évidemment le remaniement ministériel en France. En dehors de la mise en place d’une garde rapprochée dont nous nous étions déjà fait l’écho, impliquant l’arrivée entre autres de vieux caciques, de nouveaux ambitieux connus ou non, c’est surtout la mise en place de cet aberrant nouveau ministère de la Famille, de l’Enfance et des Droits aux femmes qui a fait du bruit sur les réseaux sociaux. Le traditionnel jeu des chaises musicales a évidemment été relevé sans réel étonnement par les médias. Ceux et celles qui manquaient de conviction ont attendu d’être évincés de leur poste au contraire d’une autre qui était partie afin que l’on prenne son geste pour un refus de concéder quoique ce soit sur ses valeurs…


edito_semaine_140216.mp3 Edito semaine 140216.mp3  (751.67 Ko)


Choquant. A dire vrai, on a un peu de mal à voir où les socialistes veulent en venir. Réjouissions-nous tout de suite que le secrétariat des Droits des femmes soit redevenu un ministère. Mais pourquoi l’avoir associé à la famille et à l’enfance? N’y a-t-il eu personne pour prévenir ces messieurs du gouvernement que cela n’allait pas passer, intitulé ainsi? Manifestement non. Nous ne sommes pas loin du Travail, famille, patrie de Pétain, mais là non plus pas de réactions. Pourquoi provoquer les femmes en voulant les cantonner aux rôles ancestrales auquel elles tentent d’échapper? Même la très féministe Laurence Rossignol qui a accepté d’en prendre la tête, n’a semble-t-il pas été choquée au point de refuser ce portefeuille ou de demander à changer le fameux intitulé. Encore une illusion perdue… pas la mienne, il y a longtemps que je sais qu’un homme politique est avant tout… un homme.
Il n’est pas question de se satisfaire de la partielle parité affichée du gouvernement qui n’est que normale. Les principaux portefeuilles régaliens sont aux moins de messieurs. Les choses sérieuses aux hommes et la famille, les enfants, la santé, la culture, l’éducation aux femmes. Il faut encore et toujours dénoncer et réagir.

Surprise. La même semaine, parallèlement, les Émirats arabes unis ont nommé le 10 février 2016 une ministre du Bonheur, une ministre de la Tolérance ainsi qu'une ministre de la Jeunesse. Sans ignorer la réalité du sort des femmes dans ce pays, il n’en reste pas moins que l’on sera apprécié à sa juste valeur, l’évolution que tente d’amorcer ce pays. Les Émirats arabes partent évidemment de loin, mais donnent au minimum l’impression d’avancer et non pas de reculer comme en France.
Ce nouveau gouvernement ne convainc pas plus que l’ancien. Cet arrangement entre amis creuse plus encore ce fameux fossé dénoncé par les médias qui pour une fois n’ont pas tort de tirer la sonnette d’alarme. Cet abysse entre ceux qui nous gouvernent et le pays est effrayant et l’on continue comme si de rien n’était.

Effrayée. Preuve en est, cette histoire de réforme de l’orthographe. Les réactions spontanées, nombreuses et virulentes s’y opposant sont significatives d’une crispation d’un pays qui refuse que les choses changent dans le sens de la simplification. De nombreux Français y voient une perte de leur identité. Ils ont beau lutter tous les jours contre l’orthographe, la maudire et en baver par-dessus l’épaule de leurs enfants tous les soirs pour les devoirs, cette orthographe est la leur et ils ne veulent pas qu’on y touche.
Était-ce urgent et nécessaire qu’après la réforme des collèges, la ministre tente de faire passer cette réforme de l’orthographe? Encore une fois, quel est le but de la manœuvre? Se faire détester par tous ou avoir la prétention d’être capable de faire bouger les choses mieux qu’un ou une autre? Désavouée aujourd’hui par la secrétaire perpétuelle de l’Académie française, Hélène Carrère-d’Encausse, Najat Vallaut-Belkacem va à n’en pas douter poursuivre son chemin comme elle l’a fait avec la réforme des collèges. Mais en persistant dans cette volonté, le gouvernement qui l’a soutient perd à chaque fois un peu plus de crédibilité et de légitimité aux yeux de nombreux Français. On touche là à de l’irrationnel.

Résumé des actualités de la semaine en vidéos



Par (dernière modification le 14/02/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :