Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
04/05/2014

L’impossible neutralité des journalistes


Garant du bon fonctionnement de la démocratie, le journaliste incarne la liberté d'expression. Cette responsabilité lui donne le devoir de respecter la vérité en informant les citoyens tout en apportant un regard critique. Pour certains, cette mission implique une obligation d'impartialité. Pour d'autres non, si le journaliste avise son public que son discours est partisan.


Entre engagement et éthique de l’objectivité

neutralite_journalistes.mp3 Neutralité journalistes.mp3  (2.74 Mo)


Derrière la notion de neutralité, se cache un fondement de la déontologie du journalisme contemporain: l’éthique de l’objectivité née avec la tentative de distinguer le fait de son interprétation. Mais le "flot déchaîné de l'information à outrance" selon la formule de Zola, peut également se révéler indigeste. Depuis, le journalisme oscille donc entre engagement et distanciation. Chez les historiens, le débat sur la neutralité est permanent depuis la thèse de Raymond Aron sur les limites de l'objectivité historique. Howard Zinn dénonce ainsi le silence de l’historien face aux injustices: "se taire c’est laisser la liberté aux leaders politiques de faire ce qu’ils veulent". On peut donc penser qu’un désengagement du journaliste sert aussi les politiques. Quand les journalistes véhiculent "l’air du temps", ce n’est pas considéré comme un engagement. A l’inverse toute dissonance politique ou idéologique sera stigmatisée alors que son expression fait partie intégrante d’une vision pluraliste de la société. Car une information citoyenne confronte la pluralité des points de vue, ce qui suppose une liberté de l’engagement. D’ailleurs Sandrine Levêque constate dans son livre "Journalistes engagés" le retour à un journalisme de combat.


Une neutralité illusoire

Même si le journaliste se voulait neutre, il ne le pourrait pas. Le choix des sujets, de l'angle, des mots et des images exprime un point de vue influencé par son histoire et ses principes. Jean Lacouture, maître du journalisme du XXe siècle, dit que nous sommes le produit des influences "que nous avons vécues dans le ventre de notre mère jusqu’au dernier livre lu". Le journaliste est notamment engagé quand il choisit et nomme ses sources. Pierre Bourdieu expliquait dans une critique du Monde Diplomatique que "l’apparence de l’objectivité est assurée par le fait que les positions partisanes de certains sont déguisées avec des titres ou des fonctions d’expertise". Par exemple, un sénateur sera présenté comme écrivain et un conseiller politique comme économiste. Enfin, l’information qui résulte de la conjonction entre événement brut et événement construit pour un public qui a ses propres interprétations reste de facto subjective.

Conflits d’intérêt: un danger pour la démocratie

Dans son livre "L’invention du journalisme en France", Thomas Ferenczi montre qu'à une époque, des journalistes étaient aussi des politiques comme Jean Jaurès ou Léon Blum, sans que personne n'y trouve rien à redire. Mais les temps ont changé. Au-delà du militantisme actif qui interdit à un journaliste de manifester et faire un reportage sur la manifestation le lendemain, la proximité culturelle entre les médias et le pouvoir est aujourd’hui perçue comme le cancer de la démocratie. Dans l’affaire Julie Gayet par exemple, les journalistes français n’ont pas questionné le président sur l’incompatibilité entre son mode de vie et l’action de son gouvernement contre les stéréotypes liés au genre. Et que dire des liaisons dangereuses entre politiques et journalistes, encouragées par leur manière de suivre au plus près leurs sources. Sans compter les journalistes devenus communicants des politiques comme Françoise Degois nommée conseillère spéciale de Ségolène Royal en 2009 alors qu’elle suivait le PS pour France Inter. Une journaliste de Télérama, Emmanuelle Anizon, ironisera: "Nous adressons nos félicitations aux politiques qui ont su s’attirer talents d’écriture et d’analyse. Nous adressons nos condoléances à la démocratie, affaiblie dans cette guerre toujours plus inégale entre le monde de l’information et celui de la communication". En définitive, le journaliste ne restera garant de la démocratie que s’il accepte de ne pas prétendre à la neutralité.


Par (dernière modification le 04/05/2014)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :