Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
22/01/2016

La Wally de Catalani rafraichit l'Opéra de Monte-Carlo


Coucou la revoilou, coucou la revoilà... mais qui? "La Wally" de Catalani pardi, qui ne se résume pas au seul air "Ebben n'andro lontana" que le film Diva de Jean-Jacques Beinex a un temps propulsé au rang de tube grâce à la sublime Wilhelmina Fernandez, qui remplaçait au dernier moment - le sait-on? - sa compatriote Barbara Hendricks initialement prévue!


Avec des images d'Épinal d'un autre âge

Photo courtoisie (c) Opéra de Monte-Carlo
Photo courtoisie (c) Opéra de Monte-Carlo

la_wally.mp3 La Wally.mp3  (58.57 Ko)


Le dernier et sans doute le plus beau des opéras de Catalani (un contemporain de Puccini) nous plonge dans une histoire d'amour triangulaire et de trahison avec en toile de fond les Alpes tyroliennes.
Une "Mélodie du Bonheur" ratée qui voit l'héroïne prôner un amour libre mais où jalousie, malentendus, paroles inconsidérées suivies de regrets s'effaceront dans les neiges purificatrices de l'oubli après une fatale randonnée.
Importée de Genève, la production du tandem Cesare Lievi (mise en scène) et Ezio Toffolutti (décors-costumes), n'avait pas soulevé l'enthousiasme à sa création voici deux ans.
Du carton-pâte comme on n'en fait plus, des toiles peintes que l'on dirait conçues pour une publicité de chocolat helvétique, des costumes folkloriques à souhait, une régie d'acteurs d'une convention d'un autre âge, un côté passé-fleur irritant ou réjouissant... L'on verrait bien tous les protagonistes chanter "L'Auberge du Cheval-Blanc"! Cesare Lievi semble plus soucieux de couleur locale que de psychologie.

Ne jetons pas un peu trop vite le bébé avec l'eau du bain. Il est vrai que le livret de Luigi Illica (il fera mieux plus tard) s'encroûte dans la naïveté stérile d'un mélo qui ne fait même plus pleurer Margot. Un Heimatroman bien teuton aux images de synthèse appuyées (beuveries, chasse à l'ours...).
Mais, la musique de Catalani (elle plaisait tellement à Toscanini qu'il appellera sa fille Wally) mérite autre chose que moqueuse condescendance.
Voilà une partition post-romantique en diable aux accents wagnériens indéniables, comme étrange, intrigante, à l'héritage mélodique clairement italien (Catalani et Puccini sont ses voisins à Luques), mêlant conte populaire paysan, romance, comédie et drame.
Il faut donc une sacrée dose de courage à tout chanteur digne de ce nom pour s'attaquer à ce pilier branlant du vérisme. Il faut concilier slancio italien, largeur et élans wagnériens, des aigus en veux-tu en voilà...
Eva Maria Westbroek a parfaitement satisfait à cette exigence, le rôle titre, on le sait, étant un formidable défi pour toute soprano qui possède la voix et le tempérament requis. Phrasé expressif, ligne de chant exemplaire, la diva renouvelle de belle manière l'image d'une Wally très volontaire.
Hagenbach, le prétendu héros, l'amour impossible et contrarié, apparaît toujours comme un personnage antipathique. Zoran Todorovitch, dans le genre ça passe mais ça casse soulève l'admiration par la façon dont il surmonte les difficultés de sa tessiture, à l'inverse de Gellner, en théorie le méchant cocu qui attire, lui, la sympathie, campé par un Lucio Gallo d'une belle force dramatique mais pas toujours dans la portée en début de soirée et au chant pas toujours contrôlé.
In-Sung Sim (Stomminger) et Olivia Doray (Walter) font plus que des intelligentes apparitions, les duos de cette dernière avec l'héroïne seront des moments privilégiés. Bien en place et fort efficaces aussi Maria Kalinine (Afra) et surtout Bernard Imbert qui renvoie aux oubliettes son douteux brésilien marseillais.

Plaisir de retrouver Maurizio Benini. Le maestro bolognais fait ressortir comme personne les aspects wagnériens de la partition tout en respectant son style proprement toscan. Cravachant comme pas deux chœur et orchestre, quel dommage que l'avalanche finale, sommet de l'opéra, n'ait pas trouvé son réel pouvoir dramatique et émotionnel. Faute à qui vous savez.




Par (dernière modification le 22/01/2016)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

33e Fête du Cinéma - 23/06/2017

Imany est de retour - 08/06/2017

1 2 3 4 5 » ... 75





Dans nos blogs :

Comment rafraîchir nos animaux de compagnie en période estivale

C’est l’été… et avec l’arrivée des beaux jours, la chaleur, voire la canicule. Comment veiller au bien-être de votre compagnon à quatre...



Le Podcast Journal sur :