Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
23/06/2016

La chronique culturelle de Colette: Gabriel Dussurget, l'invention du Festival d'Aix


A quelques jours de l'ouverture de la 68e édition du Festival international d'art lyrique, 30 juin - 20 juillet 2016, le musée des Tapisseries de la ville propose sous ce titre une exposition consacrée jusqu'au 4 septembre 2016, à celui qu'on a appelé "Le magicien d'Aix".


Gabriel Dussurget, l'invention du Festival d'Aix

chronique_culturelle_230616.mp3 Chronique culturelle 230616.mp3  (154.69 Ko)


Exposition organisée en partenariat avec l'Association Gabriel Dussurget, et en lien avec le Conservatoire Darius Milhaud. Le commissaire en est Valérie Brotons-Bedouk, assistée de Kathleen Fontmarty-Dussurget et Jean Javanni.
Décédé il y a vingt ans à Paris, le 28 juillet 1996, à l'âge de 92 ans, Gabriel Dussurget fut le créateur en 1948 de ce Festival. Avec le soutien de la comtesse Pastré, mécène marseillaise très connue pour avoir secouru et protégé pendant la guerre de nombreux artistes et intellectuels. Il bénéficia également de l'aide financière du Casino d'Aix-en-Provence en la personne de son directeur Roger Bigonnet. La première édition s'ouvrit le 28 juillet 1948 avec "Così fan tutte" de Mozart, donné dans la cour de l’Archevêché, lieu qui avait immédiatement séduit Gabriel Dussurget. Dans une mise en scène de Marisa Morel qui avait réuni la distribution, elle-même chantait le rôle de Fiordilligi. Le public était assis sur des bancs dans la cour; le décor modeste dû à Georges Wakhevitch se trouvait dans un angle d'un ancien hangar qui servait de coulisses. Hans Rosbaud conduisait l'orchestre de la radio Südwestfunk de Baden-Baden. Il dirigera d'ailleurs l'orchestre du Festival jusqu’à sa mort en 1962. "Così fan tutte" était alors une œuvre assez peu connue du public français et sa dernière représentation en France avait eu lieu en 1926 à l’Opéra-Comique. Edmonde Charles-Roux qui joua un certain rôle dès l'origine du Festival était alors responsable des pages Culture de "Vogue" et elle révèle "Je crois que la force du premier spectacle d’Aix a été d’être un spectacle réussi, de grand goût, de très belle qualité musicale, mais un spectacle d’amateurs". Tout n'était donc pas gagné, Dussurget en était conscient "J'entendais alors cette rengaine: "Pourquoi un festival à Aix, ville morte où il fait très chaud? Personne ne viendra!" Mais c'était sans compter avec la compétence et l'opiniâtreté de cet homme qui avait notamment à son actif, sa participation à la création du Ballet des Champs-Élysées qui vit le triomphe de Roland Petit et Zizi Jeanmaire, sans compter sa parfaite connaissance du milieu artistique parisien. Mais c'est vraiment avec Don Giovanni en 1949, mise en scène de Jean Meyer et décors de Cassandre que le Festival prendra son essor; le spectacle sera d'ailleurs repris pendant 23 ans. Dès 1950, une nouvelle production de "Così" est proposée, cette fois-ci dans la mise en scène de Jean Meyer et des décors du peintre Balthus. Puis, ce seront "L’Enlèvement au sérail" en 1951 dans des décors de Derain, "Les Noces de Figaro" en 1952, "Idoménée" en 1963 et "La Clémence de Titus" en 1974. Choix qui au début surprit quelque peu et Edmonde Charles-Roux n'hésita pas à déclarer "Dans un Midi où les maçons italiens, sur leurs échafaudages, chantaient du Verdi, et où on ne proposait que du Verdi à ce public en pratiquant un italianisme à tous crins, monter les opéras de Mozart pouvait paraître révolutionnaire". Même sous le règne des six directeurs qui se sont succédé depuis 1972, quand Gabriel Dussurget cesse ses fonctions, et ont apporté leurs conceptions différentes, les opéras de Mozart sont toujours au programme. Cette année, "Così fan tutte", au Théâtre de l'Archevêché où la cour des débuts a été transformée et embellie au fil des ans. Dans une mise en scène du réalisateur Christophe Honoré, sous la direction de Louis Langrée ou Jérémie Rhorer les 17 et 19 juillet. Représentations les 30 juin et les 5, 8, 11, 13, 15, 17 et 19 juillet à 21h30.
Quelques chiffres donneront une idée du succès de ce Festival qui ne s'est jamais démenti. Actuellement, une moyenne annuelle de 80.000 spectateurs, un budget de 22,38 M€ et des recettes de mécénat, parrainage et partenariat qui s'élèvent à 4,3 M€. Il a essaimé dans plusieurs lieux de la ville et même hors les murs. Et il existe maintenant un Festival de Pâques, il en est à sa quatrième édition et accueille un public de plus en plus nombreux.
En 2011, paraissait aux éditions Actes Sud un ouvrage où Gabriel Dussurget se confie sur lui et sa carrière "Le Magicien D'aix - Mémoires intimes".
En 1986, le réalisateur Pierre Jourdan qui avait assisté aux débuts du Festival d'Aix, lui consacre "Le Magicien d’Aix". Gabriel Dussurget, entouré des chanteurs qui avent participé à cette grande aventure, dont Berganza, Bacquier ou Capecchi venus lui rendre hommage, livre ses souvenirs et nous fait participer à la magie des grandes soirées aixoises.

Pour honorer sa mémoire, un prix récompense chaque année un artiste révélé par l'Académie européenne de Musique du Festival d'Aix-en-Provence. A l’occasion des 10 ans du Prix Gabriel Dussurget, l'actrice Andréa Ferréol, qui promeut sans relâche la culture à Aix-en-Provence sa ville natale, remettra samedi 25 juin, le prix 2016 à la soprano Sabine Devieilhe tandis que le chef d'orchestre Serge Baudo remettra le prix Gabriel Dussurget Jeune Espoir à la pianiste Mélanie Bracale.
En juin 2014, une rue portant son nom a été inaugurée au cœur du nouveau quartier culturel d'Aix-en-Provence, Grand Théâtre de Provence, Cité du livre, Pavillon Noir d’Angelin Preljocaj et Conservatoire Darius Milhaud. Et fut dévoilé un bas-relief de bronze représentant fidèlement Gabriel Dussurget, réalisation de Christine de Trincaud la Tour.




Par (dernière modification le 23/06/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 71




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :