Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Jean Gabard
12/12/2009

La domination masculine en question


Patric Jean, le réalisateur de « La domination masculine » aimerait que les spectateurs se disputent à la sortie de son film. C’est bien dommage ! N’aurait-il pas été préférable qu’un film favorise la réflexion et nous fasse sortir de la passion, au lieu de l’entretenir. Le dialogue ne serait-il pas davantage souhaitable que la dispute ou plus précisément d’ailleurs que la guerre contre un ennemi que l’on a tendance à stigmatiser pour créer, contre lui, l’union sacrée ?


Un danger réactionnaire ?

Une union sacrée, mais contre qui en fait ? Contre le macho réactionnaire ? Certes, le respect de l'égalité en droits est loin d’être parfait en ce début de XXIème siècle, mais y a-t-il aujourd’hui beaucoup d’hommes et de femmes, dans les pays occidentaux modernes (ne parlons pas d’autres pays qui n’ont pas connu la même évolution et où les problèmes se posent différemment), qui osent s’opposer à ces principes démocratiques ? Ceux-ci ne font-ils pas, aujourd’hui, l’unanimité ou presque ? Ce film aurait-il d’ailleurs bénéficié d’autant de moyens et de soutiens s’il y avait réellement domination masculine ?
Veut-on nous faire croire à nouveau au danger réactionnaire pour battre le rappel des troupes ? Et ne risque-t-on pas alors de voir le révolutionnaire verser dans le totalitarisme pour préserver sa position ?
Plutôt que de craindre le retour en arrière, même si le risque n’est pas absent, ne faudrait-il pas plutôt redouter l’enfermement dans l’idéologie que défend Patric Jean et des féministes ? Cette idéologie n’est-elle pas encore dans la réaction contre l’autoritarisme sexiste des sociétés patriarcales traditionnelles, alors que celui-ci n’est plus autorisé aujourd’hui et qu’il ne concerne plus que quelques individus isolés. Si ces derniers doivent être sanctionnés quand ils ne respectent pas les règles démocratiques, les croisades contre le bouc émissaire qu’est devenu « l’homme dominant », n’ont-elle pas si ce n’est pour but du moins pour effet de masquer les véritables problèmes liés à un dérèglement de nos sociétés modernes. Ne servent-elles pas à éviter les questions et à se sécuriser après avoir mis « l’imagination au pouvoir » ?
Où sont les dérives ?
La marche vers la démocratie est encore longue mais avancer ne signifie pas aller n'importe où ! Fuir le passé ne suffit pas à donner la bonne direction.
Pour éviter les dérives ne faudrait-il pas d’abord concevoir que l’on puisse se tromper, admettre que refuser le pire n’empêche pas de se tromper ?
Et d’ailleurs dérives il y a, n’en déplaise aux esprits simplistes qui préfèrent mobiliser contre « l’axe du mâle ». Méprises capitales même, puisque les conséquences peuvent être catastrophiques pour l’éducation des enfants au sein de la famille et à l’école et pour la marche de la démocratie.
La première dérive, comme en économie, est de transformer le libéralisme en un libéralisme sauvage qui confond la liberté avec la toute-puissance. La seconde est intimement liée. Elle consiste à réclamer le droit à l’égalité quand seule l'égalité en droits est possible. Par refus des limites, la différence des sexes est déniée pour tenter un retour à l’unité, le retour dans le ventre maternel. Et peut-il y avoir dérive plus réactionnaire que ce retour à la mère-nature fantasmée ?
Cette idéologie partagée par de nombreux féministes (dont Patric Jean) prétend en effet expliquer toute différence entre les hommes et les femmes par la seule construction sociale et fait ainsi de chaque inégalité une injustice à dénoncer. S’il n’est pas possible d’ignorer des incitations parfois sexistes, comment ne pas accepter que le fait d’être né d’une femme entraine des différences de structuration du psychisme chez la petite fille (qui est du même sexe) et chez le petit garçon (qui est du sexe différent), ceci quelle que soit la culture. De plus ne faut-il pas vouloir à tout prix justifier sa lutte contre « la domination masculine » pour ne pas reconnaître qu’une femme qui a porté un bébé pendant neuf mois puisse avoir un ressenti différent de celui de l’homme même si ce dernier se sent totalement impliqué pendant la grossesse et après !
Parce que la différence des sexes a été utilisée par les « machos » pour inférioriser la femme, cette idéologie a en effet tendance à dénier cette différence pour ne pas avoir à s’efforcer de la gérer dans le respect de l'un et l'autre sexe. Cette nouvelle idéologie féministe dominante jette le bébé avec l'eau sale du bain et pourtant l’eau rafraîchie risque de croupir dans une baignoire qui n’a plus aucune utilité !
Malheureusement le film de Patric Jean est un film partisan qui reste dans la démagogie. Sa propagande grossière n’entrainera peut-être même pas de disputes. Elle peut même faire l’unanimité tant elle s’adresse surtout à nos émotions. Ce discours racoleur ne favorisera cependant pas la réflexion et le dialogue ... Au contraire il entretient sournoisement une guerre des sexes malsaine, dangereuse et indigne de pays démocratiques… Dommage !

Jean GABARD
Auteur de « Le Féminisme et ses dérives – Du mâle dominant au père contesté » Les Editions de Paris (01 45 44 16 22).
http://blogdejeangabard.hautetfort.com
http://www.jeangabard.com
jean.gabard@gmail.com




Par Jean Gabard (dernière modification le 12/12/2009)





1.Posté par Anne Philippe le 13/12/2009 16:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et toujours Jean Gabard !

il est partout !
on l'adore !

et surtout, on le voit venir de loin.
allez, ...  

2.Posté par Jean Gabard le 16/12/2009 17:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

parce que Anne Philippe n'est pas partout avec son film ?
Pensez-vous qu'on vous verrait autant s'...  

Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...

L’Amérique post-Trump [Revue de presse]

Trois semaines après l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, le monde entier s’étonne encore de ce résultat inattendu....



Le Podcast Journal sur :