Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
16/03/2016

La traite des êtres humains en France, un phénomène méconnu et sous-estimé


Dans un rapport publié jeudi 10 mars 2016, la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) met en lumière les lacunes de la lutte contre la traite et l’exploitation des êtres humains en France.


Image du domaine public.
Image du domaine public.

rapport_ccndh.mp3 Rapport CCNDH.mp3  (2.12 Mo)


C’est en application de la directive 2011/36 que la CNCDH publie son premier rapport sur la lutte contre la traite et l’exploitation des êtres humains.

La traite des êtres humains, comme l’explique le document, est constituée par trois éléments. Tout d’abord, il s’agit d’un acte qui peut prendre la forme d'un transfert, d'un transport, d'un recrutement, d'un hébergement ou d'un accueil. Cet acte doit être permis par un moyen tels que la menace, le recours à la force, la contrainte, l'enlèvement, la fraude ou l'abus de pouvoir. Enfin, la finalité de cet acte doit être l’exploitation, c’est-à-dire le travail forcé, la prostitution, l’exploitation sexuelle, le prélèvement ou le trafic d’organes, l’esclavage ou l’obligation à commettre des délits.

Bien que la traite et l’exploitation des êtres humains soient interdites par de nombreux instruments juridiques aux niveaux européen et international, la CNCDH souligne qu’elles constituent un phénomène de grande ampleur. Ainsi, dans le monde, ce sont chaque année près de 2,5 millions de personnes qui sont victimes de traite et 21 millions de personnes qui sont soumises à un travail forcé.
"Loin des idées reçues, l’esclavage moderne existe dans notre pays, de même que le travail forcé de personnes vulnérables, et que nombre d’enfants et d’adolescents sont contraints à mendier ou à voler".
Le rapport explique que la multiplicité des formes que peut revêtir la traite des êtres humains la rend difficile à identifier, et qu’elle reste donc méconnue et largement sous-estimée, notamment en France. La CNCDH remarque en effet que les données en la matière manquent de fiabilité : hormis le proxénétisme et la prostitution, les faits de traite sont largement sous-rapportés voire totalement éludés.

"La France n’est toujours pas dotée d’une politique publique à part entière de lutte contre la traite et l’exploitation des êtres humains"
Le rapport salue l’adoption par le gouvernement, en mai 2014, du Plan d’action national contre la traite des êtres humains, dont les priorités sont d’identifier et d’accompagner les victimes, de poursuivre et de démanteler les réseaux de la traite et de faire de la lutte contre la traite une politique publique à part entière. Cependant, il déplore que la mise en œuvre de ce plan soit encore loin d’être effective.


Image du domaine public.
Image du domaine public.
La seconde partie du rapport consiste donc en une série de recommandations visant à remédier aux lacunes constatées par la CNCDH. Celle-ci y souligne tout d'abord la nécessité d’assurer la prise en compte de toutes les formes de traite au lieu de la réduire à la seule exploitation sexuelle. Elle recommande également qu’un financement "conséquent, pérenne et transparent" soit mis en place grâce à la création d’une ligne budgétaire propre.
Elle rappelle ensuite qu’une meilleure connaissance du phénomène est nécessaire pour le combattre efficacement. Elle conseille donc à l'Etat de mener des campagnes de sensibilisation, mais aussi, comme le prévoit le Plan d'action national, de mettre en place une offre suffisante de formations spécialisées à destination de tous ceux qui pourraient avoir à déceler l’existence potentielle de faits de traite ou d’exploitation.

La Commission poursuit ses recommandations en expliquant que l'identification des victimes est une première étape indispensable et qu'elle doit être harmonisée et basée sur des critères précis. Ainsi, elle insiste notamment sur l'importance de mettre rapidement en pratique la mesure 1.2 du Plan d'action national, qui prévoit l’existence d’une fiche de liaison indiquant l’existence de "motifs raisonnables" de croire à des faits de traite. Elle ajoute qu'une fois identifiées, les victimes doivent faire l’objet d’un meilleur accompagnement et d’une réelle offre d’hébergement. Enfin, elle met l’accent sur la situation particulière des victimes mineures, qui doivent selon elle faire l’objet d’un suivi spécifique et coordonné.



Par (dernière modification le 15/03/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :