Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
09/12/2012

Le Podcast Edito – Egypte: Mohamed Morsi, meilleur antidote contre l’islamisme des révolutions arabes?


Malgré l'annonce d'une "annulation" - ou d'une "modification" selon les versions - d'un décret lui assurant la concentration exceptionnelle des pouvoirs mais sans changer la date d'un référendum sur un projet de Constitution controversé, le président égyptien confirme - s'il en était encore besoin - l'agenda autoritaire et théocratique des Frères Musulmans.


Le Podcast Edito – Egypte: Mohamed Morsi, meilleur antidote contre l’islamisme des révolutions arabes?

podcastegypte_1.mp3 PodcastEgypte.mp3  (2.81 Mo)


Une politique qui est en outre parvenue à fédérer l’opposition aux islamistes, à replacer l'armée au cœur du pouvoir et à embarrasser la diplomatie américaine: le discours d’Hillary Clinton invitant les deux parties au dialogue rappelle celui des dernières semaines de Moubarak. La guerre civile menace-t-elle l'Égypte?

La Tunisie avait donné le "la". L’Égypte siffle une fausse note dans le concert des révolutions arabes. En s’attribuant par décret des pouvoirs exceptionnels qui empêchaient toute contestation en justice des décisions présidentielles et en refusant d’annuler le référendum sur un projet de Constitution controversé prévu le 15 décembre prochain, le président égyptien Mohamed Morsi a - presque - ramené le pays des pyramides aux ultimes sursauts de l’ère Moubarak.

Il est parvenu en premier lieu à ressouder, des partis de gauche aux libéraux, une opposition égyptienne dont le morcellement lui avait permis de l’emporter au second tour des élections présidentielles. Le Front du salut national (FSN) qui refusait "de participer au dialogue proposé" par le président égyptien tant que celui-ci n’aura pas annulé à la fois le décret du 22 novembre et le référendum, appelle, malgré l'annonce présidentielle d'une "annulation" de la mesure, à la "poursuite des manifestations" et "à la grève générale". Les heurts violents qui ont secoué Le Caire et plusieurs provinces attestent du fait qu’il ne s’agit pas seulement d’une mobilisation isolée de l’intelligentsia cairote. L'ouverture ce dimanche d'une enquête pour trahison à l'initiative du nouveau Procureur général et visant les principaux leaders de l'opposition Amr Moussa, Mohamed ElBaradei and Hamdeen Sabbahi n'est pas de nature calmer la situation.

En accélérant brusquement la captation d’un pouvoir au profit des seuls Frères Musulmans, pouvoir guetté par ces derniers depuis 84 ans, et en ne laissant que cinq jours à peine aux Égyptiens de la diaspora pour prendre connaissance du texte et voter dans leurs ambassades, la nouvelle direction a anéanti - s’il en restait encore - les doutes sur l’existence d’un "agenda caché": les militants de la Confrérie n’étaient descendus dans la fournaise de la Place Tahrir qu’une fois certains des acquis révolutionnaires. Au même moment, l’un des leaders des Frères Musulmans, Essam Al-Erian, expliquait au New York Times que son mouvement "n’avait pas l’intention de présenter de candidat aux élections présidentielles". Les mêmes juraient peu après "qu’ils ne brigueraient que 30% des sièges aux législatives". Comment ne pas s’interroger "raisonnablement" sur leur prétention d’établir "un État démocratique et civil"?

Effet boomerang sur la Tunisie

Des doutes désormais superflus à bien regarder les 235 articles de la nouvelle Constitution, entre ceux qui interdisent "d’insulter les prophètes des religions monothéistes" tout comme ceux qui confèrent à l’université islamique d’Al-Azhar un rôle de "consultation" dans "l’interprétation des principes de la Charia". Le principal responsable de cette institution avait d’ailleurs appelé le président égyptien à seulement "suspendre" le décret impliqué. Outre la presse internationale dont plusieurs représentants - notamment ceux de RFI - ont été maltraités par les islamistes lors des dernières manifestations, le dirigeant égyptien a sérieusement entamé son crédit auprès de Washington après avoir pourtant été félicité par Barack Obama pour sa médiation dans le conflit opposant Israël et le Hamas à Gaza. Ses manœuvres ont également eu pour conséquences de remettre l’armée égyptienne au cœur des arbitrages institutionnels et politiques. Ce sont les chars qui "protègent" désormais le palais présidentiel.

Effet boomerang, la révolte populaire égyptienne pourrait alimenter en retour celle, déjà manifeste, des Tunisiens: en témoigne, dans un récent débat sur France 24, le vif embarras d’un conseiller du premier Ministre de Tunisie peinant à défendre le principe d'une conciliation entre l’islam et la démocratie devant le déroulement des évènements en Égypte.


Par (dernière modification le 17/12/2012)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 11




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :