Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
07/10/2012

Le Podcast Edito - France, année zéro


Alors que la cote de popularité du président de la République et celle de son premier ministre chutent dans les sondages, d’ultimes revirements en matière de politique territoriale ou fiscale accroissent le sentiment d’une indécision gouvernementale, peu propice au rétablissement de la confiance des Français.


Le Podcast Edito - France, année zéro

podcastanneezero.mp3 Podcastanneezero.mp3  (2.95 Mo)


Une méfiance renforcée par la sauvegarde d’intérêts corporatistes relayée par les parlementaires. De quoi alimenter le dangereux affaiblissement de la Loi symbolique, ciment de toute société.

"Cinq trimestres consécutifs de croissance nulle", plus de 10% de chômeurs en fin d’année mais la France, nous-dit-on avec un soulagement non dissimulé, échappe à la récession! Il faut l’entendre pour le croire: n’importe quel économiste en première année d’université sait qu’avec de tels chiffres, il faudra du temps pour résorber la crise. Un zéro bien solitaire pour le taux de croissance, plusieurs en trop pour le chiffre des destructions d’emplois mais un zéro pointé pour une action gouvernementale devenue incompréhensible. Où est la vision? Le souffle? La perspective? A quelques rares exceptions près: Marisol Touraine assurant que "l'hôpital ne doit pas être guidé par la seule logique comptable" ou Manuel Valls affirmant, lors de l’inauguration de la Mosquée de Strasbourg, son "intransigeance" à l’égard de "ceux qui entendent contester la République" ou de "ceux qui se réclament de l'islam et représentent une menace grave pour l'ordre public et qui, étrangers dans notre pays, ne respectent pas nos lois et nos valeurs". Pour la ministre de la santé comme pour celui de l’intérieur: des phrases claires, programmatiques, audibles.

Pour d’autres, au contraire, c’est du "court-termisme" désordonné, de l’affichage médiatique et de la réactivité frileuse avec, pour seul horizon semble-t-il, les échéances électorales de 2014. En témoigne l’instrumentalisation ad hoc de la politique territoriale: l’abandon du remplacement pourtant souhaitable des 6.000 conseillers généraux et régionaux actuels par quelque 3.500 conseillers territoriaux siégeant à la fois au département et à la région. Ou fiscale: à peine ébauché, le projet de taxation des plus-values de cession d’entreprise est amendé par ceux-là mêmes qui venaient de le rédiger. Un "rythme et une méthode de fonctionnement choquants" qui ne "respectent pas le travail parlementaire" s’est plaint le rapporteur général socialiste de la Commission des Finances de l'Assemblée nationale, au lendemain des concessions accordées aux entrepreneurs par le Ministre de l’Économie Pierre Moscovici sous la pression du mouvement des "pigeons". A qui le tour demain?

La loi est ce que fait le père, dit Freud

Des parlementaires peut-être pas les mieux placés pour donner des leçons comme l’illustrent leur arrogance à défier le gouvernement sur la question du non-cumul des mandats, leur décision ridicule -si elle n’était pas provocante- de seulement baisser de 10% le montant de l'indemnité pour frais de mandat ou leur rejet d’un amendement destiné à faire payer aux salariés d'EDF et GDF, 50% de leur consommation, au lieu de 5% à 10% aujourd'hui. Des grèves dans le secteur de l’énergie seraient, on le devine, politiquement suicidaires.

Ce n’est même pas la chute vertigineuse de la popularité du président de la République ou celle de son premier ministre qui inquiète. Mais la perception par l’opinion publique des maux à résoudre de la société française. Maux à propos desquels un élu socialiste reconnaissait récemment "ne pas savoir par où commencer". Dans ces conditions, comment faire agréer par tous -et surtout par les plus jeunes- la Loi symbolique, celle qui n’a pas besoin d’être votée pour se faire respecter, si tendent à se multiplier les exemples de ses exonérations et de ses iniquités. Voire de ses déviances? "La loi est ce que fait le père", disait Freud en 1912. Les flics ripoux de la BAC de jour nord de Marseille ne sauraient à eux seuls entacher la probité et le dévouement de toutes les forces de l’ordre. Quels magnifiques arguments toutefois offerts à ceux qui n’attendent que le prétexte de ces forfaits pour la refuser.


Par (dernière modification le 15/10/2012)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 11




Dans nos blogs :

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...

L’Amérique post-Trump [Revue de presse]

Trois semaines après l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, le monde entier s’étonne encore de ce résultat inattendu....



Le Podcast Journal sur :