Connectez-vous S'inscrire
Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Publicité

Mercredi 23 Juillet 2014
3:28
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)

Le Podcast Edito - La petite Marina a menti pour protéger ses parents: quelle découverte!

17/06/2012
Lu par 2156 visiteurs web

Depuis le 11 juin dernier, des parents répondent devant la Cour d’assises de la Sarthe, de "tortures et actes de barbarie sur mineur de 15 ans par ascendant ayant entraîné la mort".


Le Podcast Edito - La petite Marina a menti pour protéger ses parents: quelle découverte!

podcastmarina.mp3 PodcastMarina.mp3  (2.85 Mo)

Ce qui surprend -et irrite- dans cette triste affaire, c’est la sidération psychologique des institutions, tétanisées devant l’insupportable et l’indicible. Institutions qui semblent méconnaître les enseignements issus de la psychanalyse d’enfants. Et ce, même si le psy ne doit pas se substituer à la justice: chacun son métier.

Ont-ils jamais entendu parler de la psyché infantile? A croire qu’ils ont été -inconsciemment- terrorisés à l’idée de se confronter à l’insoutenable vérité. A lire les informations sur la manière dont s’est déroulée le 23 juillet 2008, l’audition par les institutions judiciaires de la petite Marina, une enfant de sept ans maltraitée par ses parents, on reste confondu par l’absence de réaction: une véritable tétanisation psychologique. Une sidération paralysante.

Qu’attendaient donc ceux ou celles qui ont constaté durant les quarante minutes d’entretien filmé, les traces de coups, les marques de brûlure et les cicatrices de blessure? Une confession en bonne et due forme de la fillette? Espéraient-ils qu’elle désignât avec toute la rationalité froide de la douleur, ses propres géniteurs comme les coupables des exactions dont son corps portait l’outrance du témoignage? N’ont-ils pas entendu qu’elle a déclaré "vouloir devenir gendarme"? Un appel de détresse sans doute. Ne pouvaient-ils pas s’interroger sur l’hystérie de ses "éclats de rire en cascade" alors qu’on lui mentionnait ses "chutes" à répétition? C’est peut-être drôle à en "mourir"! Pourquoi les mêmes ont-ils été incapables de saisir la signifiance du fantasme salvateur de l’enfant qui évoque, comme dans une rêverie diurne, "sa nouvelle maison où l’on va faire une chambre pour moi toute seule"?

Culpabilité intériorisée de l'enfant d'avoir à 'balancer' l'un de ses parents

La petite Marina a menti pour protéger ses parents maltraitants. Quelle stupéfiante découverte! Ne sait-on pas, comme l’illustrent les multiples cas de divorce avec violence actée, l’ambivalence extrême de ces tout-petits qui refusent de choisir ou d’afficher leur préférence pour vivre avec le père ou la mère? L’expérience de la clinique d’enfant n’enseigne-t-elle pas la douloureuse culpabilité intériorisée de l’enfant d’avoir à "balancer" l’un de ses parents nonobstant tout ce qu’il endure? Indicible souffrance qui réinterprète la violence en preuve d’amour. Comment Marina aurait-elle pu revivre l’angoisse de séparation et de détresse -le Hilflosigkeit- en faisant arrêter celui et celle qui, malgré tout, prenaient soin d’elle depuis sa naissance?

Une de mes petites patientes, témoin de la violence de son père qui avait menacé sa mère avec un couteau au cours d’une dispute, ne dessinait-elle pas son corps minuscule dans un coin de la feuille A4 tout en le dotant d’une tête gigantesque. Et l’enfant d’expliquer que cette "tête contenait trop de choses difficiles à dire". Que dire d’une autre d’à peine six ans victime supposée d’un attouchement sexuel de son père et qui ne peut qu’énoncer: "mon cerveau est énervé: il voudrait que je sache". Avant d’ajouter dès la première séance: "je n’arrive pas à m’exprimer non pas parce que je n’ai pas le vocabulaire mais parce que le sujet est difficile. Trop difficile". Un autre de deux ans et demi prend la figurine que je lui façonne en pâte à modeler et lui "casse la tête". Il me tend ensuite les morceaux et me demande de les "reconstituer". Ou une petite de quatre ans dont la mère a été retrouvée dans une mare de sang après des coups portés par son compagnon: elle frappe avec une énergie inouïe la pâte à modeler comme pour tenter d’extirper de sa psyché la violence dont elle a été le témoin.

Récemment une mamie prend un rendez-vous pour son petit-fils de treize ans, en "soudain échec scolaire" et qui se déclare "malheureux". La veille de la séance, la mère annule: "il viendra vous voir lorsque "nous" irons mieux". Inquiétante étrangeté de l’humain envers ses souffrances.


Par — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 2156 fois — Contenu mis à jour le 25/06/2012





1.Posté par Christophe T le 18/06/2012 14:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui, procéder à "l'audition" d'un enfant est à la fois désarmant et profondément touchant, mais l...  

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 7













Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents