Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
13/10/2013

Le Podcast Edito - Méfions-nous de la diplomatie américaine sur l’Iran


Alors que les négociations sur le nucléaire iranien reprennent cette semaine, l’enthousiasme américain à l’égard de Téhéran pourrait très vite montrer ses limites. Les fantasmes sur le nouveau président Hassan Rohani ne trouvent, hélas, aucune correspondance dans la réalité du pouvoir en Iran. Face aux soubresauts imprévisibles de Washington sur la Syrie ou sur l’Égypte, la prudence, confirmée par le soutien apporté dans ce dossier par François Hollande à Benjamin Netanyahu, s’impose.


Le Podcast Edito - Méfions-nous de la diplomatie américaine sur l’Iran

editoobamairan.mp3 EditoObamaIran.mp3  (2.07 Mo)


Opération de charme d’un côté. Offensive médiatique de l’autre. Au discours apparent d’ouverture du nouveau président iranien Hassan Rohani à la tribune de l’ONU répond un activisme médiatique du premier ministre israélien appelant les occidentaux à ne pas baisser la garde devant Téhéran. On ne saurait l’en blâmer tant l’histoire récente du pouvoir en Iran ne plaide pas, malgré la propension humaine à la mémoire courte, en faveur d’une baisse de la vigilance.

Le président de la république islamique ne détient qu’à peine vingt pour cent du pouvoir réel en Iran: le Guide Ali Khamenei, puis le Majlis et, en marge des institutions, les Gardiens de la révolution, conservent l’essentiel des attributs politiques. Souvenons-nous des déconvenues, dès 1992, de l’ancien président Hachémi Rafsandjani: sa volonté d’accueillir des investissements économiques et financiers étrangers dans son pays s’est heurtée au blocage total du parlement conservateur. La même mésaventure doucha les espoirs suscités par le mandat pourtant prometteur de son successeur, Mohammad Khatami désireux, quant à lui, d’autoriser des partis politiques non religieux afin de mieux intégrer la société civile iranienne.

Fantasmes américains d'un Iran modéré

Nonobstant l’extase provoquée ici ou là par cette soudaine "modernité", le tweet d’Hassan Rohani commentant sa conversation téléphonique avec Barack Obama n’annonce en rien un "printemps" iranien: Twitter et Facebook demeurent interdits en Iran. Les fantasmes américains d’un Iran modéré visent, comme toute hallucination positive, à se substituer aux défaillances de la réalité: sur les dix-huit ministres suggérés par le président Rohani pour former son gouvernement, les trois personnalités les plus réformatrices, Mohammad-Ali Nadjafi, Jafar Milimonfared et Massoud Soltanifar, respectivement proposées au ministère de l'éducation, à celui des sciences et de la recherche et à celui des sports, n'ont pas été agréées par le Majlis.

Capable, en moins de quinze jours, de muter d’une volonté de "punir" Bachar El-Assad au large satisfecit donné à Damas par John Kerry pour la mascarade du désarmement chimique, la diplomatie américaine à l’égard de l’Iran doit inciter à la prudence: contrairement à l’ancienne publicité de France Télécom, le bonheur en ce domaine n’est pas simple comme un coup de fil.


Par (dernière modification le 13/10/2013)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Amours et trahisons - 03/09/2017

N’en jetez plus! - 20/08/2017

Le prix de la paix - 06/08/2017

De profundis - 02/07/2017

Au spectacle ce soir - 28/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 13





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :