Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Le Podcast Edito - Wikileaks ou le retournement en son contraire des exigences de la transparence.


Alors que s’enchaînent les révélations en provenance de Wikileaks, les réactions demeurent somme toute mesurées, mise à part la concentration acharnée des poursuites visant le responsable du site lui-même. C’est que les hypocrisies de la diplomatie mondiale sont aussi célèbres que récurrentes dans l’histoire, estime notre éditorialiste. Et ce qui arrive n’est qu’une conséquence prévisible -mais non assumée par les responsables gouvernementaux- d’un retournement en son contraire d’une exigence, par les Etats, de transparence absolue de leurs citoyens.


Le Podcast Edito - Wikileaks ou le retournement en son contraire des exigences de la transparence.
A mesure que sont publiés et commentés les documents révélés par Wikileaks, l’ampleur des réactions se dégonfle comme un ballon de baudruche. N’en déplaise à nos amis américains, la dramatisation d’Hillary Clinton lors de sa conférence de presse ne s’imposait pas. La mise à l’index de ceux qui publient comme la tentative de culpabilisation des journalistes qui mettent ces informations en perspective, voire la réprobation sous-jacente de ceux qui les lisent, est tout aussi malvenue : comment pourrait-on reprocher à la presse de jouer son rôle sauf à considérer que les politiques aient fini par oublier qu’informer est la raison d’être de cette dernière? Si la Secrétaire d’Etat -et certains dirigeants occidentaux- ont pu feindre l’agacement, ils ont surtout accrédité l’idée que la chronique ravageuse et l’éditorial impertinent étaient devenus des denrées rares. Sans compter ceux des responsables politiques qui mesurent le rôle de la presse à l’aune de leurs seules préoccupations électorales : ils approuvent l’immédiateté, se félicitent de la réactivité et de la transparence lorsqu’elles servent leurs stratégies. Ils les dénoncent lorsqu’elles contrarient leur progression sur l’échiquier politique.

Aucun lecteur sérieux ne s’étonnera en outre de l’hypocrisie des relations diplomatiques entre les Etats. Dans ses « Fragments sur les institutions républicaines », Saint-Just ne rappelait-il pas en 1793 que « les Nations n’ont pas d’alliés mais uniquement des intérêts ». Quant aux profils psychologiques des responsables politiques, ils ont de tout temps existé. On regrettera ceux d’une bien meilleure qualité, issus des correspondances du XVIIIème et XIXème où un Talleyrand se plaisait à qualifier un Wellington de « creux et pourtant plein de lui-même » tandis que François-René de Chateaubriand osait coucher sur le papier son terrifiant constat de voir « passer le vice appuyé sur le bras du crime » lors d’une visite intéressée de ministres au futur Louis XVIII. Pour chaque nation, la politique devient très souvent une affaire de « vérités successives ».



Méfiance des peuples

Plus intéressant en revanche, le cas « Wikileaks » montre un retournement en son contraire des exigences, par les Etats, de transparence absolue de leurs citoyens : à l’heure des systèmes capables de capter toute sorte de communications, de la géolocalisation humaine par les téléphones portables et de la vision au mètre près des habitants de la planète, la démarche de Julian Assange opère un transfert de cette contrainte sur le Leviathan étatique. Ce dernier devient victime du succès d’Internet, au départ, faut-il le rappeler, le dérivé d’un programme militaire américain censé permettre aux libertés d’essaimer de par le monde. Fini le temps où Rousseau pouvait affirmer, dans ses « Lettres écrites de la Montagne » que « l’exercice extérieure de la puissance ne convient point au peuple et que les grandes maximes d’Etat ne sont pas à sa portée ». De nos jours, la confiscation des informations sied difficilement aux autorités politiques qui surfent elles-mêmes, du Député qui twitte en séance parlementaire au Président qui scénarise sa vie privée, sur cette fulgurance informative. Les responsables politiques ne peuvent pas simultanément regretter la désaffection des urnes, se plaindre du désintérêt des citoyens pour la politique et crier à l’atteinte portée à la souveraineté nationale lorsque, mis devant leurs responsabilités face à l’histoire, ils doivent soudainement dire ce qu’ils font et faire ce qu’ils disent. Leur embarras provient sans doute d’un aveu : celui qui alimente trop souvent la méfiance des peuples.

edito_wikileaks.mp3 Edito Wikileaks.mp3  (2.87 Mo)


06/12/2010








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :