Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
07/10/2015

Le plus choquant: deux chemises arrachées ou 2900 personnes au chômage?

Écoutez un regard décalé


Depuis plusieurs années, il existe sur Internet des sites consacrés à la critique des médias. Tout aussi pluriels que les médias, les différents bords d'opinion sont présents. Le traitement de l'affaire d'Air France est symptomatique de la façon de traiter l'info.


chemises_arrachees.mp3 Chemises arrachées.mp3  (449.83 Ko)


Ces sites sont pluriels dans leurs orientations politiques, peut-être même plus encore que les médias classiques - il y en a de droite, nettement de droite j'entends, et de gauche, nettement de gauche j'entends tout autant, et qui en plus n'oublient surtout pas de se critiquer entre eux.
Acrimed qui est le site de critique des médias situé le plus à gauche, a été le plus rapide à réagir suite à l'agression dont ont été victimes des dirigeants de la compagnie Air France après que ceux-ci aient annoncé la suppression de près de 3000 emplois. En général, ce n'est pas l'habitude de ce site qui a une publication régulière mais non quotidienne. Mais cette fois-ci, l'actualité l'imposait. Le sujet était trop tentant et il leur fallait intervenir. Acrimed - à juste titre semble-t-il -, a cité les nombreuses "unes" de la presse française, manifestant leur colère, leur honte, leur dégoût face aux violences de quelques salariés dont on ne sait pas encore s'il sont syndiqués ou non. Photos de "unes" à l'appui, il semble en effet que cette presse française ne veuille voir qu'un côté du médaillon. Pourtant si on y regarde de plus près, on peut voir que la "une" de l'Humanité n'est pas favorable à ces cadres agressés et qu'au contraire, elle tente d'expliquer que "qui sème le vent récolte la tempête". De même, si l'on parcourt un peu les réseaux sociaux, on s'aperçoit que de nombreux sites citent une vidéo de l'Obs, où l'on voit le désarroi d'une salariée devant l'indifférence de ces mêmes cadres futurs agressés. De même et toujours à bon escient, Regards.fr rappelle que ces agressions cachent la violence des licenciements dont peu - tellement nous y sommes habitués - semble choqué. Et de s'interroger toujours à juste titre, de savoir où est la vraie violence?
Un autre site "critique des médias" situé à l'opposé d'Acrimed, l'OJIM n'a encore rien publié mais cela ne devrait pas tarder. C'est regrettable d'ailleurs que celui-ci, seul représentant d'un courant différent des trois autres n'ait pas déjà publié sur le sujet. On se demande pourquoi?

Curieusement et à croire qu'il n'avait rien à dire de pertinent sur l'affaire, Daniel Schneidermann d'"Arrêt sur image" ne propose à ses lecteurs qu'une étude comparative sur des tweets entre la photo du DRH d'Air France torse nu et l’œuvre de Rodin des "Bourgeois de Calais" ou sur plusieurs versions de "l'Ecce Homo". L'un dans l'autre on peut se demander: quel rapport? Si ce n'est celui d'homme torse nu souffrant? Décevant.
Heureusement sur cette affaire, il y a le très bon papier d'Hubert Huertas sur Mediapart, le quatrième site qui se fait fort de critiquer les publications des confrères et consœurs. Et dont la conclusion est claire: "C’est bien simple: deux cadres supérieurs qui se retrouvent sans chemise, c’est insupportable, mais deux mille neuf cents personnes qui se retrouvent en caleçon, c’est la mondialisation"

Cette affaire est surtout la preuve que rien ou si peu a changé dans notre triste. Les patrons manifestent leur indifférence dans leur costume bien taillé et ce n'est même pas un cliché; les salariés - syndiqués ou non - leur désarroi tout en sachant que c'est perdu d'avance. Au sein de la même entreprise, les salariés cadre face aux salariés employés: les premiers n'ayant pas cédé, un plan B de la direction prêt à être dégainer l'est un peu trop rapidement pour ménager les concernés. Quant aux syndicats, puisqu'il faut en parler, ils ne contrôlent plus rien depuis longtemps. Un dialogue social? Mais quel dialogue social, chacun tire à lui la chemise de l'autre et régulièrement ce sont les mêmes qui gagnent. Rien de neuf sur la planète. Triste.


Par (dernière modification le 07/10/2015)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5




Dans nos blogs :

Journée des droits humains : les motards de noël embrasent les rues françaises

Ce samedi 10 Décembre, journée des droits humains, se déroulait la huitième parade de Noël des motards. Le principe est simple, chaque...

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...



Le Podcast Journal sur :