Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Le quartier rouge: libéralisme ou alibi à l'esclavagisme?


C’était la victoire du libéralisme: la légalisation de la prostitution aux Pays-Bas en 2000 était synonyme de modernité. Les Néerlandais commencent néanmoins à apercevoir les effets néfastes de ce commerce florissant et les échecs des arguments libéraux qui avaient conduit à l’essor de ce tourisme sexuel.


Le quartier rouge à Amsterdam. Photo du domaine public
Le quartier rouge à Amsterdam. Photo du domaine public
prostitution_amsterdam.mp3 Prostitution Amsterdam.mp3  (1.4 Mo)

Flâner dans les ruelles du quartier rouge est devenue une activité touristique incontournable d’Amsterdam. Environ 3000 femmes s’offrent aux hommes, qui choisissent selon leurs goûts et à leurs guises. Pour cinquante euros la passe, il suffit de frapper à leurs vitrines.

Symboliquement, la vitrine représente un emblème fort dans l'imaginaire collectif: celui de la consommation. Derrière leurs vitrines, le corps est une marchandise comme une autre. Au "Disneyland pour adultes", la facilité de l’achat de l’acte sexuel fascine et effraie: la légalisation est devenue banalisation.

Officiellement, elle était intervenue pour mettre fin aux trafics humains et réglementer cette pratique en offrant plus de sécurités et de droits aux prostituées. Le maire de la ville l’affirme aujourd’hui: cette politique s’avère être une "erreur nationale ".
La légalisation ne devait pas servir à encourager la prostitution, mais à l’encadrer. Amsterdam est pourtant devenue une destination phare pour touristes et prostituées du monde entier: elles étaient 20.000 en 1989, contre 30.000 en 2004. Sur les 250 bordels, 80% des femmes seraient d’origines étrangères et 70%, sans papiers. Selon Le Monde, entre 50 et 90 % se prostitueraient sous la contrainte. Les clients qui remarquent des signes de violences peuvent le dénoncer, mais dans la réalité des faits, ces femmes se confient peu, par peur ou par pudeur. Finalement, mafias et proxénètes continuent de régner en maîtres sur le monde de la prostitution.

Pour certains, cette politique n’a été qu’un alibi à l’exploitation d’un commerce prometteur: là où il y avait une demande, la législation a permis d’en tirer profit. Imposables, les près de 25.000 travailleurs du sexe génèrent un chiffre d’affaire d’un milliard d’euros par an.

C’était le combat entre liberté individuelle et l’État, protecteur de la dignité humaine. Les femmes peuvent-elles être perçues légalement comme des produits de consommation? Cela dépend certes de leurs libres arbitres et l’État doit aménager le plus vieux métier du monde aux nécessités d’ordre public. L’être humain, hédoniste, a peut-être besoin d’être limité dans certaines de ses libertés, afin qu’il ne devienne pas asservi par ses vices; à condition que ces restrictions étatiques servent l’intérêt public et non pas la recherche du profit.



29/11/2016




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 62





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :