Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
18/09/2013

Le regard décalé: Que faut-il croire?


A force de toujours vouloir être le premier on finit par être le dernier. Encore une fois, des médias à travers les réseaux sociaux ont prouvé qu'il est grand temps de se calmer avec la course à l'information immédiate, méthode qui a d'ailleurs perdu son rôle informatif depuis longtemps maintenant.


Le regard décalé: Que faut-il croire?

regarde_decale_18_9_13.mp3 regarde_decale_18-9-13.mp3  (124.05 Ko)


Dernier exemple en date, la fusillade aux États-Unis il y a deux jours lundi 16 septembre à Washington. Deux grandes chaînes de télévision n'ont pas hésité à citer le nom du présumé coupable, quelques heures après le massacre, sur la base d'une pièce d'identité trouvée auprès du corps d'une des 12 victimes. Il n'en a pas fallu plus pour citer le nom d'un lieutenant de la Navy qui n'avait rien à voir avec la fusillade. Et oui lorsqu'un fou vous tire dessus, vous courrez et vous ne pensez pas forcément à vérifier que vous avez bien gardé vos papiers d'identité sur vous. Et comme certains journalistes, eux, oublient vite les règles apprises, ils publient sans même vérifier le nom d'un suspect - tout plutôt qu'aucune information - et tant pis pour les dégâts. On n'ose imaginer voir son nom apparaître et associé dans la presse et sur les médias sociaux, à un massacre. Et même si ces mêmes médias se sont rapidement rétractés et effacé le nom du faux suspect, on tremble. On tremble car l'utilisateur d'internet a qui ont a rabâché que le net avait une mémoire d'éléphant, ne croit plus que le nom effacé le soit vraiment. Il ne sait plus quoi penser et on le comprend.

Tout comme celui qui lit et entend partout qu'un nombre impressionnant de Français soutiendrait le bijoutier-tueur. Et puis qu'en fait, ils ne seraient pas si nombreux les soutiens du Niçois et que le nombre de "j'aime" sur la page Facebook créé pour le soutenir ne serait pas aussi important que cela. Et puis si en fait, ils sont importants, la machine avait juste un peu de retard pour les comptabiliser. Et puis d'autres pages de soutien qui ne le sont pas vraiment ont été créées (soutien au lapin... on appréciera le bon goût). Qui ne le sont pas vraiment car les initiateurs du projet ne soutiennent pas forcément celui qui se dit "la première victime du braquage". L'étudiant qui est à l'origine de la première page de soutien a déclaré n’être affilié à aucun parti politique et très surpris par le succès de sa page. Comprenez: pas de manipulations politiques d'un parti quelconque, au hasard, le Front national. On veut bien le croire, mais il semblerait que le fait de vouloir garder son anonymat donne l'occasion au parti cité plus haut ou à "certaines mouvances d'extrême droite" - on appréciera l'expression récurrente des médias de faire croire à son électorat populaire (celui qui est sensé être pour la loi du Talion) qu'il est à l'origine de cette fameuse page Facebook.

En résumé, un gros succès de soutien à travers les "j'aime" de Facebook qui seraient bien réels mais en même temps, ne pas leur donner plus d'importance qu'ils n'en auraient. Cette mobilisation impressionnante - plus de 1,6 million - ne serait en fait qu'une manifestation "désincarnée et distante" selon le chercheur Olivier Ertzscheid. Les scientifiques en veulent entre autres pour preuve le nombre très restreint, un millier, de manifestants dans les rues de Nice, pour soutenir le commerçant agressé. Deux spécialistes de la question André Gunthert et le déjà cité Olivier Ertzscheid explique que "le like a sa propre logique: une logique d’empathie distante ou de fausse proximité (qui) abolit toute réflexivité, toute distance". Ces sentiments de soutien ou de colère seraient virtuels et par conséquent moins dangereux que les lynchages et réactions primaires d'avant l'ère numérique. On est en droit alors de regretter que le hold-up et le coup de carabine du bijoutier sur le braqueur de 18 ans n'est pas été virtuels.
Les temps changent, et il faut suivre.


Par (dernière modification le 22/09/2013)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5




Dans nos blogs :

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...



Le Podcast Journal sur :