Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
22/12/2015

Les dangers du fructose


Le sucre, on le sait désormais, est à consommer avec modération. Traditionnellement issu de la betterave et de la canne à sucre, on le connaissait sous le nom scientifique de saccharose. Il a peu à peu été remplacé, principalement dans les plats manufacturés, par le sirop de glucose-fructose, moins cher et plus facilement utilisable par les industriels. Cette modification serait, selon certains spécialistes, extrêmement néfaste pour notre santé.


Les dommages des sucres

Le miel est à base de fructose. A consommer avec modération! Photo (c) Steve Buissinne
Le miel est à base de fructose. A consommer avec modération! Photo (c) Steve Buissinne

dangers_du_fructose.mp3 Dangers du fructose.mp3  (190.81 Ko)


La consommation de sucres raffinés est passée, au cours du XXe siècle, de 2 à 35 kg par an et par personne en France. Les études tendant à démontrer son impact sur l’épidémie d’obésité, l’augmentation des diabètes de type II et la stéatose hépatique non alcoolique, se multiplient. Mais le sucre dans le café ou dans les pâtisseries n’est pas seul en cause: depuis que la nourriture industrielle a conquis nos assiettes, un autre type de sucre est venu s’ajouter au traditionnel saccharose: le sirop de glucose-fructose. Il s’agit d’un liquide, aisément incorporé aux aliments, peu coûteux, dont les industriels se servent pour rehausser le goût, masquer l’acidité ou l’amertume, bloquer l’oxydation dans les charcuteries et les viandes, ou encore agir comme conservateur, dans les biscuits par exemple.

Or ce sucre n’est pas assimilé par l’organisme comme celui de la betterave ou de la canne à sucre. Le fructose (que l’on trouve dans les fruits) modifie en effet le métabolisme, générant une augmentation du cholestérol, mais aussi des lipides et de la graisse hépatique. Ceci est dû au fait que ce sucre n’est métabolisé que par le foie, et n’est donc pas régulé par l’insuline, contrairement au saccharose. De plus, l’action moléculaire du fructose altère l’action de l’insuline dans l’ensemble des tissus de l’organisme, ce qui à terme donne cette fameuse bedaine ou les bourrelets autour de la taille, une graisse abdominale considérée comme dangereuse par les médecins (car associée à un risque vasculaire accru).


Un super-sucre très addictif

Autre mauvaise nouvelle: le pouvoir de satiété de ce type de sucre est faible, ce qui pousse à manger de plus grandes quantités. Mais pas de grandes quantités d’aliments tels que légumes ou fruits frais. Pourquoi? "Alors qu’on sait que le goût sucré provoque chez les animaux de laboratoire une addiction comparable à celle des drogues, le fructose, qui a un pouvoir sucrant cinq fois supérieur à celui du glucose, pourrait agir comme un "super-sucre" entraînant une véritable dépendance" explique Anne-Françoise Burnol, biologiste et directrice de recherche au CNRS au département Endocrinologie, métabolisme, diabète. Plus on mange de nourriture industrielle, bardée de sirop de glucose-fructose, plus on a du mal à être rassasié et plus on veut manger ce type de nourriture. Un additif à haut pouvoir addictif, donc.

Les études réalisées en laboratoire sur des animaux sont sans appel: le fructose à haute dose est bel et bien responsable d’un dérèglement du métabolisme aux conséquences néfastes, notamment en matière de diabète de type II, d’augmentation du cholestérol, d’obésité. Mais il est difficile de mesurer l’impact sur des groupes d’humains. La chercheuse relève cependant que "80 % des études qui sont cofinancées par les industriels de l’alimentation suggèrent que la consommation de boissons sucrées n’a pas d’impact sur la prise de poids, alors que 80% des études réalisées de façon indépendante trouvent au contraire une corrélation positive entre les boissons sucrées et l’obésité". La véracité des résultats des études menées serait donc directement liée aux intérêts de ceux qui les commanditent…

Le fait que des enfants et adolescents soient de plus en plus nombreux à souffrir d’obésité et de diabète de type II, ainsi que le risque de modifications génétiques liées à ces troubles du métabolisme, inquiète de plus en plus la communauté scientifique. Comme pour le tabac ou l’alcool, faut-il engager des campagnes de prévention et de sensibilisation à l’encontre de ce nouveau poison?



Par (dernière modification le 21/12/2015)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Le pied - 02/07/2016

La vitamine D - 17/05/2016

1 2 3 4 5 » ... 13




Dans nos blogs :

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...

L’Amérique post-Trump [Revue de presse]

Trois semaines après l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, le monde entier s’étonne encore de ce résultat inattendu....



Le Podcast Journal sur :