Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
23/02/2016

Les indignés et les partisans de la réforme orthographique


Depuis quelques semaines, les réseaux sociaux alimentent le débat. Les puristes, amoureux des belles lettres et de l’héritage littéraire français, livrent un combat épique contre les linguistes, défenseurs de la langue vivante et de son évolution. Les arguments ne manquent pas d’un côté comme de l’autre et déchainent les passions.


La réforme

Salle de classe. Photo (c) Letrusko
Salle de classe. Photo (c) Letrusko

reforme_orthographique.mp3 Réforme orthographique.mp3  (2.02 Mo)


Existant depuis 26 ans, la réforme orthographique peine à s’imposer dans le système éducatif scolaire. Créé en 1989, cet ensemble de rectifications a été établi par le Conseil supérieur de la langue française et acquiescé à deux reprises par l’Académie. Les mesures prises n’entendent pas révolutionner la langue mais la simplifier. Par exemple, un même mot peut être orthographié de deux manières différentes. Ainsi l’accent circonflexe est facultatif sur certaines voyelles. C’est le cas des mots "coût" et "paraître" pouvant désormais s’écrire avec ou sans accent. Le trait d’union peut aussi disparaitre au sein de certains termes comme "porte-monnaie" ressemblant alors davantage à son collègue "portefeuille". En 2008, un bulletin officiel de l’éducation nationale a rappelé la mise en application de l’orthographe révisée, obligeant les professeurs réticents à l’enseigner. Enfin, en ce début d’année 2016, tous les éditeurs des manuels scolaires tiennent compte des nouvelles règles établies.


Pour ou contre, les arguments

Les partisans de la réforme soutiennent la nécessité d’adapter l’écriture à l’usage. La langue étant sans cesse en évolution ils estiment essentiel d’accorder nos écrits avec nos dialogues contemporains. Effectivement nous n’employons plus l’ancien français parce que nos aïeuls ont laissé la langue se modifier au cours des siècles. Notre écriture peut ainsi s’adapter de la même façon. De plus, ces rectifications s’intègrent dans une démarche de simplification de la langue, la rendant davantage accessible aux jeunes enfants et aux apprenants du français.

Les réfractaires en revanche s’indignent de ces nombreux arrangements linguistiques. Ils considèrent ces changements comme une incitation à la paresse qui dénature l’écriture ; un irrespect adressé à la langue, à sa culture et à son héritage littéraire. D’une part, ils craignent les conséquences d’une telle décision sur l’avenir. Dans quelles mesures la langue va-t-elle encore se modifier? Aujourd’hui il est question d’un accent circonflexe facultatif sur les "i" et les "o", demain la simplification sera systématiquement appliquée, dans le futur l’accent lui-même pourrait disparaître de la langue. D’autre part, l’accent circonflexe étant déjà une évolution du français, s’agit-il vraiment d’une simplification? En effet s’écrivant anciennement "es", comme dans le mot "forest" ou "fest", l’accent chapeauté a permis l’apparition des termes "forêt" et "fête". Ainsi, sa disparition constituerait une forme de "sur-simplification".

Les réseaux sociaux, qu’en disent les internautes?

Déclenchant de vifs échanges sur les réseaux sociaux, le sujet enflamme toujours autant la toile. Les révoltés ont pris le sujet à bras le corps, inscrivant le hashtag #jesuiscirconflexe dans leur statut facebook. Celui-ci suscitant généralement de nombreuses réactions en commentaire comme par exemple: "25 ans pour appliquer les conseils de l’Académie… Pourquoi maintenant? Cela a-t-il vraiment un sens?". En plus d’un mécontentement général, une incompréhension s’est instaurée par rapport à cette réforme appliquée des dizaines d’années plus tard.

Toutefois beaucoup d’internautes ont pris la nouvelle sur le ton de l’humour, voire de l’humour noir. Utilisant la référence au slogan des attentats de Charlie Hebdo "Je suis Charlie", certaines personnes arborent des statuts tels que: #jesuisoignon ou #jesuisnenuphar. Ainsi ils personnifient les mots disparus en les considérant comme morts, tués par l’Académie et le système politique. Ils créent également d’autres slogans sur twitter pour signifier leur désaccord. Prenant en exemple des mots dont la perte de l’accent circonflexe provoque une homonymie tendancieuse, les followers twittent et retwittent des messages comme: "Je vais me faire un petit jeûne. (est différent de) Je vais me faire un petit jeune. De l’importance de l’accent circonflexe".

Ainsi la disparition définitive du chapeau francophone pourrait créer de nombreux homonymes. Néanmoins est-ce vraiment un problème? La langue française rencontre très souvent des cas similaires. Dans l’exemple: "Il livre ce livre qui coûte une livre", le contexte de la phrase suffit et n’a jamais nécessité l’apparition d’un accent sur un "i" pour spécifier le sens.

Finalement, le français est en constante évolution grâce aux usagers qui le pratiquent mais a-t-il vraiment besoin d’académiciens pour fixer de nouveaux changements? Peut-être la langue a-t-elle simplement besoin d’évoluer librement.



Par (dernière modification le 23/02/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 14




Dans nos blogs :

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...

L’Amérique post-Trump [Revue de presse]

Trois semaines après l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, le monde entier s’étonne encore de ce résultat inattendu....



Le Podcast Journal sur :