Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Les travailleurs sénégalais en guerre contre le contrat à durée déterminée


Le 1er mai communément appelé fête des travailleurs a été célébré ce samedi au Sénégal. Si les centrales syndicales y ont massivement participé, chacune à sa façon, elles ont été en phase sur plusieurs questions dont celle du contrat à durée déterminée (CDD).


Les syndicats de travailleurs défilant (C) Elhadji Babacar MBENGUE
Les syndicats de travailleurs défilant (C) Elhadji Babacar MBENGUE
Célébrée dans un contexte de récession économique mondiale consécutive à une crise financière sans précédent, la fête internationale du travail de cette année 2010 a été pour les travailleurs sénégalais l’occasion de faire l’état des lieux de leurs conditions de vie et d’existence mais aussi de scruter l’avenir de leur mouvement.
C’est à travers défilés, marches et foras que les syndicats ont vécu cette journée.

En présentant leurs cahiers de doléances au Président de la République, les leaders syndicaux ont peint un tableau peu reluisant de leur situation caractérisée par la cherté de la vie, la précarisation de l’emploi, le sous-emploi avec une politique hypothétique en la matière, la fermeture d’entreprise dans le domaine du tourisme mais aussi de la pêche. Il ont par ailleurs, souligné la menace que constitue, le projet de révision du contrat à durée déterminé, pour les travailleurs qui, le cas échéant, seront laissés à la merci des employeurs. S’adressant au chef de l'État, les portes paroles du jour l’ont exhorté à «donner des instructions pour le retrait du projet de loi visant à modifier l’article L42 du code du travail et dont le dessein est de délimiter le renouvellement du contrat à durée déterminée». Et de proposer : «l’ouverture d’un dialogue sur la question». Aussi, ce sont–ils félicités des avancées notées surtout dans le cadre de la mise en place d’un nouveau code de la presse.

«Le CDD n’est pas un projet de loi. Ce n’est un projet de projet»

Cérémonie de réception du cahier de doléances du CNTS à la Gouvernance de Thiès (C) Elhadji Babacar MBENGUE
Cérémonie de réception du cahier de doléances du CNTS à la Gouvernance de Thiès (C) Elhadji Babacar MBENGUE
Telle est la réponse donnée aux syndicalistes par le chef de l’Etat. Me Wade qui a mentionné que cette question est mise sur la table par les bailleurs, s’est voulu, davantage rassurant : «Je vous réaffirme ma volonté d’améliorer les conditions des travailleurs». Ces propos qui traduisent les bonnes dispositions du chef de l’Etat se sont renforcés par l’annonce faite par ce dernier de la baisse des prix des denrées. «Les prix des denrées alimentaires vont baisser d’ici la fin de l’année» a-t-il notamment révélé à la grande satisfaction de ses hôtes qui portent en bandoulière la revendication contre la cherté de la vie. C’est dans cet esprit qu’il a souligné que «l’Etat continuera à faire des efforts pour supporter les charges supplémentaires engendrées par la fluctuation du prix du pétrole». Et ce, non sans informer des accords signés en vue de doter notre pays d’une importante réserve qui pourrait dans l’avenir le positionner comme pays exportateur.
Revenant sur la sempiternelle question de la non attribution d’une fréquence de télévision à Youssou Ndour, il répondit d’emblée que «si quelqu’un veut une télévision, il doit prouver qu’il a de l’argent propre». Soupçonnant que le célèbre chanteur sert de prête-nom à des forces étrangères tapis dans l’ombre, il lança : «Si Youssou prouve qu’il a de l’argent pour financer sa télévision, une autorisation lui sera délivrée».
Sur le cas Bara Tall, du nom du Directeur général de la société Jean Lefèvre Sénégal, expatrié en Gambie pour cause de maille à partir avec l’Etat, Me Wade a répondu : «Je n’ai rien contre Bara Tall». Et de poursuivre «qu’il doit réparer les routes défectueuses qu’il a construites».
Par ailleurs, le chef de l’Etat qui s’est félicité du déroulement de la rencontre a pris deux décisions majeures pour illustrer sa bonne volonté. Il s’agit de la tenue tous les trois mois d’un conseil présidentiel et de la mise en place d’un observatoire national chargé du suivi des doléances.

Un 1er mai fêté dans la plus grande mobilisation

Défilé du 1er mai à Thiès (C) Elhadji Babacar MBENGUE
Défilé du 1er mai à Thiès (C) Elhadji Babacar MBENGUE
Même si Dakar, la capitale, a constitué le point d’orgue de la journée, l’essentiel des leaders syndicaux nationaux y résidant, les régions n’ont pas été en reste. L’effervescence était à son comble dans la région de Thiès située à 70 km de Dakar où la CNTS, la CNTS/FC, UNSAS et la CSA ont défilé dans la plus grande communion. Le défilé qui a mené de la place de France à la Gouvernance, a été l’occasion pour ces centrales de faire une véritable démonstration de force.
Reçues par le Gouverneur de la région de Thiès entouré de ses adjoints, les centrales ont remis leurs cahiers de doléances. Dans leur exposé les responsables syndicaux ont fait mention des difficultés auxquelles sont confrontées les travailleurs. Et préciser qu’en dépit des différentes formes de célébration adoptées par les syndicats, l’unanimité est faite sur les constats.
Satisfait de la présence de tous les syndicats qui traduit «une unité pour aller à l’essentiel», le Gouverneur a salué leur grande mobilisation et leur volonté à renforcer le partenariat existant. Il a, à ce stade de son propos, rendu un hommage à l’ancien Gouverneur de Thiès aujourd’hui ministre de la Fonction publique M. Diakaria DIAW qui posa les jalons de ce partenariat en initiant une démarche de suivi des cahiers de doléances. Notant avec regret les difficultés soulevées, il souligna : «c’est notre responsabilité à tous qui est engagée». Il a, par ailleurs, invité les travailleurs «à faire de l’entreprise un lieu de dialogue et non de confrontation». Et d’ajouter : «C’est vers cet équilibre qu’il nous faut tendre».
Aussi s’est–il réjoui des avancées notées dans la prise en charge des revendications de l’année dernière et dit disposé à examiner, dans la limite des compétences régionales, les points avec les acteurs concernées. A cet effet, il a promis de saisir les autorités compétentes.
Saluant «le syndicalisme intelligent» que mène la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal, le Gouverneur de la région de Thiès a souligné que «Ce pays est le nôtre». Et de rassurer : «Nous ne ménagerons aucun effort pour faire avancer les choses».

Des politiques aux côtés des syndicalistes

Le 1er mai n’est pas, en vérité, l’apanage des seuls syndicats de travailleurs. En effet, à côté de ces derniers, il a été noté la présence de partis d’obédience travailliste. Il s’agit du parti pour l’indépendance et du Travail (PIT Sénégal), de la Ligue Démocratique Mouvement pour le Parti du Travail (LD MPT) et du Parti AND JËF entre autres.
Ces formations politiques qui ont défilé aux côtés des syndicats ont également sorti leur déclaration du 1er mai.
Dans sa déclaration qui nous est parvenue, le PIT, après avoir peint un tableau sombre de la situation nationale, a «félicité tous les travailleurs des villes et des campagnes, les appelant à davantage d’esprit de lutte». Il a exprimé sa solidarité et sa volonté de tout faire avec les travailleurs manuels et intellectuels, pour redonner à l’effort créateur l’exacte place qu’il mérite dans notre pays. Aussi, se dit-il solidaire de toutes forces de par le monde, qu’elles soient politiques, syndicalistes ou alter mondialistes, qui «veulent débarrasser l’humanité du capitalisme de spéculation financière ou de crises». Enfin, il en appelle à un monde fait d’humanisme, de coopération pacifique, de justice sociale et d’égalité.
Faut-il également souligné la participation aux manifestations de Ousmane Tanor Dieng, Premier secrétaire du parti socialiste du Sénégal, Mamadou Diop Decroix, Secrétaire général de AND JËF, Kalidou Diallo, du Parti Démocratique Sénégal Libéral entre autres.

Ce 1er mai 2010 semble augurer des lendemains meilleurs pour les travailleurs si l’on s’en tient à la réponse du Président Wade aux questions posées par les syndicats. Toutefois, le risque est grand pour l'État d’entrevoir la possibilité de mise en procédure d’adoption de la loi portant modification du contrat à durée déterminée tant décriée par le monde syndical.

1_mai_senegal.mp3 1_mai_Senegal.mp3  (1.5 Mo)



03/05/2010




1.Posté par Dany le 05/05/2010 09:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bel article sur la journée internationale des travailleurs. A l'instar du monde entier, à l'appel...  

2.Posté par Ptiboneur le 05/05/2010 19:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour accompagner cet article sur la mobilisation des travailleurs, des syndicalistes et politique...  

Nouveau commentaire :

Veuillez respecter la nétiquette.
Nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :