Connectez-vous S'inscrire
Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Publicité

Dimanche 20 Avril 2014
7:43
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)

Sandrine Bauchet

Les vétérans de la bataille d’Angleterre commémorés

Vos articles dans votre Podcast Journal

17/07/2012
Lu par 833 visiteurs web

Le vendredi 13 juillet 2012, à la résidence de l’Ambassadeur d’Angleterre en France, l’Ambassadeur britannique, Sir Peter Ricketts, accompagné par le Chef de la Royal Air Force, Air Chief Marshal Sir Stephen Dalton et le Chef d’État Major de l’Armée de l’Air Française, le Général Jean-Paul Paloméros, présenta les médailles de guerre britanniques (incluant la rare médaille de la bataille d’Angleterre) aux familles de René Mouchotte et d’Henry Lafont – deux très jeunes et célèbres aviateurs français, qui ensemble s’échappèrent d’une France occupée en juin 1940 pour rejoindre la Royal Air Force pour défendre Londres pendant la bataille d’Angleterre sur Spitfires.


René Mouchotte et Henry Lafont

Illustration proposée par l'auteur
Illustration proposée par l'auteur
Grâce à la connexion du Yorkshire Air Museum & Allied Air Forces Memorial avec le Chef de la Royal Air Force, Air Chief Marshal Sir Stephen Dalton et le Chef de l’Armée de l’Air Française, Général Jean-Paul Paloméros (tout deux vice-présidents du Yorkshire Air Museum) et avec le support des gouvernements français et britannique, une cérémonie formelle fut prévue pour présenter les médailles de guerre aux familles de René Mouchotte et d’Henry Lafont.

En tant que pilote français anonyme, René rejoignit la Royal Air Force. Trois ans plus tard, le 1er Septembre 1942, René Mouchotte, meneur d’Escadrille, pris commande de l’Escadrille N.65 de la Royal Air Force (haut record d’avions ennemies abattus). Il devint le premier aviateur d’un pays non britannique à diriger une Escadrille de Chasse de la Royal Air Force. Il fut aussi récompensé de la Distinguished Flying Cross (DFC). Capitaine charismatique, il dirigea le reconnu Biggin Hill Wing avec qui en 1943, il détruisit une partie du 1000e avion allemand abattu – célèbre base de chasse des lignes principales.

Le 27 août 1943, avec Clostermann, son ailier, il dirigea son Escadrille pour escorter les bombardiers de l’USAF pendant l’opération Ramrod S.8 – la première mission de jour sur le site des missiles V2 dans le Nord Pas de Calais. Ils furent attaqués par un grand nombre de chasseurs de la Luftwaffe et son ailier disparu. Les derniers mots de René furent: "Je suis seul avec les bombardiers", et ce fut la dernière fois qu’il fut entendu. La perte pour l’Escadrille de cet charismatique et important tacticien fut immense. René Mouchotte vola 1,748 heures et fit 382 missions en seulement 3 ans.

Son nom fut donné à la rue principale le long de la gare Montparnasse à Paris et à plusieurs lieux en France. Son journal de guerre n’était pas destiné à la publication, mais "Les Carnets de René Mouchotte" fut publié en 1949 et traduit en anglais en 1956. Le livre fournit une lecture extrêmement émotive et souvent une vérité inconfortable sur la vie des jeunes aviateurs et leurs minces chances de revenir de missions. Le fait qu’il ne soit pas prévu à la lecture montre un coté plus sinistre de la bataille d’Angleterre comparé à beaucoup d’autres livres qui furent écrits avec le recul.

Ses mots prophétiques, furent écrits dans son journal en 1940 et devinrent finalement son épitaphe, disent tout sur un homme à qui tant l’Armée de l’Air que la Royal Air Force sont fières d’avoir eut dans leurs rangs, et pour le peuple d’Europe pour être reconnaissant de son sacrifice.

"Si le destin ne m’accorde qu’une courte carrière de combattant, je remercierai le ciel d’avoir donné ma vie pour la libération de la France. Dites à ma mère que j’ai toujours été très heureux et remerciant pour l’opportunité qui m’a été donné de servir Dieu, mon pays et ceux que j’aime, et que, peu importe ce qu’il arrive, je serais toujours prés d’elle."

Henry Lafont fut le dernier survivant français de la bataille d’Angleterre et le plus jeune.



Par Sandrine Bauchet — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 833 fois — Contenu mis à jour le 18/07/2012



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Antibes Art Fair - 15/03/2014

1 2 3 4 5 » ... 38













Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents