Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Podcast Journal
05/01/2009

Marines et ports méditerranéens

CP


Peintures des XVIIIe – XIXe – XXe siècles
Collection Fondation Regards de Provence, Marseille


Jean-Baptiste OLIVE: Vieux-Port vu du Pharo
Jean-Baptiste OLIVE: Vieux-Port vu du Pharo
La Direction des Affaires Culturelles de Monaco en collaboration avec la Fondation Regards de Provence - Reflets de Méditerranée présente l’exposition "Marines et ports méditerranéens - Peintures des XVIIIe – XIXe – XXe siècles", dans la salle du quai Antoine Ier à Monaco, du mercredi 18 février au dimanche 15 mars 2009.

Cet évènement présente 112 œuvres de la collection de la Fondation Regards de Provence dévoilant des huiles, des aquarelles et des gouaches de 72 artistes sur des marines, des paysages côtiers et des ports du pourtour méditerranéen, de la Provence et de la Côte d’Azur et célèbre dix ans d’actions artistiques de cette Fondation en faveur du patrimoine du Sud.

Le peintre voyageur, intime avec la mer et sa fusion avec le ciel et la terre, fut longtemps un informateur naturel pour couvrir l'actualité d’un territoire et fixer, comme disait Baudelaire, "des états de l'atmosphère selon le lieu, l'heure et le vent". Les voyages d'exploration, qui démarrent vers 1770, furent l'âge d'or de ces artistes témoins sensibles, créateurs de paysages réalistes, d’où se dégage la poésie de la mer, et le mystère des départs pour des déplacements hors du temps. Leurs ballades dans certains recoins de la méditerranée ou en Provence confirment leur dimension artistique propre, et révèlent un témoignage socioculturel et patrimonial des lieux et peuples qu’ils ont rencontrés. Pour les romantiques, la mer est l'élément terrifiant que l'homme affronte dangereusement. Pour les impressionnistes, le phénomène météorologique - lever de soleil, montée d'un orage, rouleaux de brumes envahissant le ciel - les captivent davantage. D’autres trouveront dans le spectacle de la mer le prétexte d'innombrables variations sur le thème de l'eau, ou encore préféreront représenter l'animation des ports, le papillotement des voiles sur l'eau ou celui des silhouettes ou la détente sur la plage.

La peinture de port qui se développe au XVIIe siècle, et s’épanouit au XVIIIe et au XIXe siècle, intègre la peinture de paysage à la peinture d’histoire de façon plus pittoresque que réaliste le plus souvent. Nombreux sont les tableaux de port dont les compositions sont imaginaires, représentant un fort, une tour ou une échauguette, comme le paysage imaginaire à la tour de Dominique-Joseph Van Der Burch ou les pêcheurs à l’entrée du port de Philippe Rey. Ces œuvres répondent d’une part aux besoins intemporels de l’imaginaire, dont Baudelaire rappelle dans "L’invitation au voyage" la nature rêverie sur le départ, le voyage, l’aventure, l’inconnu, la destinée humaine confrontée à la démesure du monde, d’autre part à l’espérance historique de l’homme d’assurer sa prospérité par son activité et son énergie.

Au XVIIIe siècle, la peinture de marines devient le fait de quelques spécialistes tels Jean Joseph Kapeller, Lacroix de Marseille et surtout Joseph Vernet, qui est nommé "peintre de la Marine du Roi" et chargé de réaliser la série des Ports de France. Son talent lui vaut des éloges exaltés de Diderot : "Quelles eaux ! Quels ciels ! Quelle vérité ! Quelle magie ! Quel effet !" D’autres tableaux pittoresques méditerranéens, parfois joyeux comme les joutes et fête sur l’eau de Charles Eschard, souvent animés de l’activité humaine, comme retour de pêche au soir de Jean Henry d’Arles, se situent sur les bords non encore aménagés d’une baie. Sur les rives sableuses ou rocheuses, auxquelles sont amarrés des barques, s’activent des pêcheurs, transportant des produits de leur pêche, voire cuisinant sur un feu de fortune. A ces personnages laborieux se mêlent des oisifs, pêcheurs à la ligne, bourgeois en promenade accompagnés de jolies femmes, fumeurs de pipe méditatifs, et parfois, personnages exotiques, turcs de fantaisie caractérisés par leur caftan et leur turban, symboles des relations avec l’Orient mirifique, comme les pêcheurs et marchands turcs de Dominique-Joseph Van Der Burch.

Dans les spectacles de tempête, le déchaînement des flots, l’accumulation des nuées ou la figuration des éclairs inquiètent autant que l’indifférence apparente des vagues qui se pavanent tandis que des naufragés tentent en vain de s’en sortir, dans la scène de naufrage de Lacroix de Marseille. Cette cruelle beauté des vagues est une autre forme du sublime qui déborde de l’imagination.


Au XIXe et davantage au XXe siècle, la peinture marine évolue du plus fantaisiste mouillage naturel au plus exact portrait de port, la ville faisant contrepoint à la mer et aux rivages presque sauvages et tranquilles.

Les artistes abordent le spectacle de la mer comme prétexte d'innombrables variations sur le thème de l'eau, fascinés par cette beauté sauvage et douce à la fois transcendant le simple paysage. Travaillant en plein air, ils traduisent la nature avec réalisme, témoignent de la beauté et de la diversité de ce territoire méditerranéen, chacun expérimentant sa pratique picturale – académique, impressionniste ou post-, symboliste, fauviste ou cubiste. Les marines provençales, de Martigues à Toulon en passant par Marseille, illustrent ces rives accueillantes encore préservées de l’émancipation des cités et dégagent une poésie, de la plage à Martigues de Manago ou des calanques d’Emmanuel Coulange Lautrec et de Raphaël Ponson.

La révolution industrielle creuse davantage l’écart entre le port marchand et de pêche, et contribue à spécialiser les professions et à développer le balisage et l’assistance aux navires, par le remorquage. Les nouveaux ports évoquent le commerce, implique la prospérité et les échanges et abritent des navires, des paquebots et voiliers plus importants aux côtés des barques - symboles du siècle précédent. Le port de la Joliette de Joseph Garibaldi ou d’Eugène de Barberis, le bateau blanc dans le Vieux-Port de Louis Nattero ou l’entrée du canal de Venise de Henri Malfroy saisissent cette transformation radicale, plongeant dans l’activité débordante des docks et ports où se mêlent les bateaux, la foule interlope, restituant cette effervescence du siècle passé aux teintes méditerranéennes.

La peinture du XXe siècle éclaircit sa palette, joue avec les subtilités de la lumière et des tonalités audacieuses, proches du mouvement fauve, et évoque la modernité et l’avant-gardisme. Les effets d'atmosphère se diluent en brumes irisées avec les néo-impressionnistes. Les Fauves, exaltent ou suggèrent le bleu de la mer par les accents jaunes des voiles, les mâts rouges, les drapeaux tricolores. Le paysage fauve d’André Lhote, la calanque de Figuerolles à La Ciotat d’Emile-Othon Friesz ou le cap Canaille de Cassis de Pierre Ambrogiani, sont l’illustration de cette période faste en couleurs et moderne.

Un catalogue est conçu par la Fondation Regards de Provence, avec le concours de l’Historien de l’Art Jean Arrouye et de la Conservatrice du Musée de la Marine de Toulon, Brigitte Gaillard. Cet ouvrage, intitulé "Ma peinture marine au XVIIIe et son évolution au XIXe et XXe siècle", reproduit les 112 œuvres de l’exposition et la biographie des 72 artistes. Il est réalisé en quadrichromie, d’un format de 21 x 27 cm à l’Italienne, avec 144 pages reliées avec couverture cartonnée. Prix public : 35 €.


La salle du quai Antoine 1er à Monaco est ouverte du mardi au dimanche de 13h à 19h.
Entrée libre.
Renseignements : Direction des Affaires Culturelles. Tél. : 00 377 98 98 83 03

A Marseille, au Palais des Arts, la Fondation Regards de Provence présente son exposition "Humour et Dérision", révélant des peintures, des photographies, des dessins et des vidéos de 16 artistes français, espagnols et néerlandais, du 13 février au 3 mai 2009.
Le Palais des Arts est ouvert tous les jours de 10h à 18h.
Tarif normal : 4,50 € Tarifs réduits : 3,50 € - 2,30 € - 1,50 €
Visite commentée de l’exposition, hors groupes, les mardi, jeudi, samedi et dimanche à 15h (hors droit d’entrée)
Visite commentée sur rendez-vous, les lundi, mercredi et vendredi, 2 € / personne

Association Regards de Provence : Palais des Arts, 1 place Carli, 13001 Marseille
Tél. : 04 91 42 51 50 ; Fax : 04 91 42 04 89 ; Mail : regards-de-provence@wanadoo.fr - Site : www.regards-de-provence.org


Par Podcast Journal (dernière modification le 05/01/2009)





1.Posté par BARON le 12/01/2009 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La conservatrice du musée de la Marine n'est pas madame GAILLARD. Cette dame est conservatrice du...  

Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 71




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :