Connectez-vous S'inscrire
Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Publicité

Lundi 28 Juillet 2014
14:21
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)

Menschel et Romanska au théâtre de la Cité à Nice

30/01/2012
Lu par 1344 visiteurs web

Exceptionnelle représentation, samedi 28 janvier au Théâtre de la Cité à Nice, de la pièce humoristique "Menschel et Romanska" du dramaturge et poète israélien Hanokh Levin. Produit par la compagnie "La Jolie Pourpoise", un pur moment de férocité humaine, interprété avec un considérable talent par le comédien Daniel Kenigsberg.


Ckliquez sur l'image pour accéder au site du théâtre
Ckliquez sur l'image pour accéder au site du théâtre

Ambiance séfarade pour une pièce ashkénaze. Mélange de l’eau et du feu. Prévue samedi 28 janvier à 20h30 au Théâtre de la Cité à Nice, la représentation unique de cette pièce ne débute qu’une demi-heure plus tard, histoire d’accueillir les éternels retardataires qui s’installent tranquillement, béats de détachement face à l’impatience manifeste de leurs voisins. L’exceptionnel one man show d’une petite heure interprété par le talentueux Daniel Kenigsberg se déplace même plusieurs minutes dans la salle obscure où deux spectatrices en viennent presque aux mains après les invectives d’usage : sur les bords de la Méditerranée, on commente bruyamment les séances. L’israélien Hanokh Levin (1943-1999), l’auteur de ce petit bijou scénique au titre déjà persécuteur de "Menschel et Romanska", eût sans doute adoré ces perturbations saugrenues dignes d’un génial happening. La preuve : son œuvre théâtrale et poétique regorge de créations satiriques qui prennent pour sujet les "grandeurs de la petitesse humaine". Une trame artistique dérangeante, iconoclaste et sans pitié qui valut à son artisan -une sorte de Georges Bataille mêlé d’Antonin Artaud- bien des déboires avec les institutions politiques et religieuses de son pays.

Les profondeurs refoulées d'une haine anthropienne

Située en plein cœur de Tel-Aviv, l’histoire de la rencontre par petites annonces interposées de "Menschel et Romanska" décrit le gouffre abyssal des frustrations de l’individu dans sa quête d’un bonheur illusoire. Elle puise dans les profondeurs refoulées d’une haine anthropienne sans doute universelle et dont la civilisation n’a pu contenir les manifestations et les effets qu’au travers des convenances sociales. Traduite par Laurence Sendowicz, cette écriture au vitriol d’une indescriptible -et donc très authentique- noirceur doublée d’une mise en scène d’Olivier Balazuc excluant toute espace entre la scène et la salle, entraînent irrémédiablement le public dans cet enfer avec lui-même: on n’échappe pas au miroir humoristique et décapant de Hanokh Levin.


Par — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 1344 fois — Contenu mis à jour le 30/01/2012




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 104













Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents