Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
09/02/2012

Mort et vie sur le théâtre


Les points de ressemblance entre un jeu théâtral et le rêve sont très nombreux, mais avec Raymond Jbara l’inconscient s’affirme aisément. C’est une satire comique qui mélange les différents aspects de la vie du metteur en scène dans sa lutte contre les multiples difficultés de la société libanaise assez complexe. Voici un regard à partir de la dernière pièce théâtrale "La tuerie de Inna et de ses sœurs" et à travers une entrevue avec l’acteur Rifaat Torbey.


Sur la scène de l’inconscient! Photo (C) Ibrahim Chalhoub
Sur la scène de l’inconscient! Photo (C) Ibrahim Chalhoub

podcast_mort_vie_theatre.mp3 Podcast_Mort_vie_theatre.mp3  (456.75 Ko)


Durant son introduction, l’acteur Gabriel Yammine se présente aux spectateurs dans la salle ovale de l’université Notre Dame de Louaize avec un visage plein d’expressions pour tisser la relation entre ceux qui font l’action et les autres qui la reçoivent activement pendant une heure 15 minutes.

Suite à ce premier rapport, l’acteur crée une relation affective avec l’audience en montrant son incapacité de leur faire rire avec des sketchs comiques mais plutôt grâce au paradoxe des situations tristes qui cherche à réduire la tension à travers le rire. Ce plombier a été convoqué par l’école parce que son fils a souillé ses habits en classe.
Il doit attendre dans le bureau de la secrétaire, l’actrice Julia Kassar, avec le docteur Moukayar qui vient de l’autre bout de la société. Ce rôle difficile, joué par le comédien Rifaat Torbey, représente le scientifique et l’élitisme qui refuse tout rapport d’égalité avec les autres.
C’est un théâtre qui présente des personnalités détruites qui souffrent dans leurs rapports avec le pouvoir de l’église d’une part et de la police de l’autre part, a dit Rifaat Torbey. C’est une structure formée par des idées interconnectées dans lesquelles une condensation d’images se matérialise devant les spectateurs qui se croient en train de passer à l’acte dans leur rêve chacun suivant sa propre conception. Vous pouvez aussi remarquer la différence des expressions des spectateurs que produit chaque scène.

Ce miroir reflète les fantasmes de l’audience. Il fallait voir les yeux grands ouverts qui regardaient la secrétaire en train de séduire le plombier. Les spectateurs de Raymond Jbara ne sont pas les éduqués mais plutôt les émotionnels qui viennent vivre, avec le metteur en scène, une critique de cette classe sociale qui se croit plus importante que les autres humains.
C’est une vie dans laquelle le plombier meurt à chaque fois que son épouse appelle pour lui rappeler des difficultés qu’ils vivent chez eux. Mais le dernier appel a mis la cerise sur le gâteau – c’était le représentant de la banque qui annonçait, depuis la maison du pauvre homme, que la famille doit chercher un autre refuge le soir même.
Mais quand le docteur parle les autres doivent se taire. Maintenant le plombier ne veut plus rien entendre. Et d’un coup, il tue le docteur.
C’est le silence… c’est la mort après une vie pleine de symptômes hallucinatoires pour l’un et de difficultés sociales et financières pour l’autre, aussi bien que de manque d’amour pour le troisième personnage.

Diaporama de la pièce ci-dessous.

Photos (C) Ibrahim Chalhoub
Musique “The vastness of the cosmos” from the album “Come with me” by Stranger’s Moment’s


Par (dernière modification le 08/02/2012)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Angers Likes Metal - 05/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 71




Dans nos blogs :

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...



Le Podcast Journal sur :