Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Christian Colombeau
08/11/2008

NOUVEAUTE DISCOGRAPHIQUE


Die Schöne Müllerin (Frantz Schubert)
Nathalie Stutzmann – Inger Sôdergren
Calliope 9379 – 1CD 66’


UN SCHUBERT DESORMAIS DE REFERENCE !

NOUVEAUTE DISCOGRAPHIQUE
L’un des incontournables cycles de Lieder de Schubert par le talentueux duo Nathalie Stutzmann et Inger Sôdergren.
Nul hasard si les plus grands interprètes de Lieder ne se sont attaqués à La Belle Meunière D 795 de Schubert qu’au sommet de leur maturité vocale.
Ce fer de lance de la musique romantique, outre la qualité poétique des poèmes de Wilhelm Müller, la musique fut composée en 1823, confère à l’un de ces premiers cycles complets de lieder romantiques toute son acuité, transformant l’apparemment banale histoire d’un jeune homme voyageant le long d’un ruisseau, amoureux de la fille du meunier, et déstabilisé par son rival chasseur, en un patchwork d’expressions où se succèdent rythmes allègres et harmonies obscures.
Un timbre, brillant, coloré, frais et limpide comme de l’eau de source transfigurent ce texte souvent rabâché dans une approche moderne et non artificielle, un engagement sincère, une lecture fouillée, théâtralisée, intellectualisée certes ,mais toujours dans le meilleurs sens du terme.
Les passages véhéments (« Halt ! ») sont réellement enthousiasmants et les aigus, ma foi, pour (« Danksagung an den Bach ») pas si pénibles que cela, comme on a pu le lire quelque part…
Bref, grâce à une voix chaude et colorée, une infinie de sentiments et de nuances, la belle Nathalie sait nous tenir en haleine du premier au dernier de ces lieder.
Elle bénéficie en outre, encore une fois et c’est tant mieux, de l’accompagnement cru, incisif, tendre et vibrant d’Inger Södergren qui enveloppe la voix de son amie de l’âpre sonorité de son piano toujours sensible, profond, chaleureux.
Le disque a été enregistré en février 2008 à l’Arsenal de Metz avec une réverbération un rien envahissante.
Minime réserve pour un disque qui désormais fera référence dans la discographie schubertienne.


Par Christian Colombeau (dernière modification le 08/11/2008)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

33e Fête du Cinéma - 23/06/2017

Imany est de retour - 08/06/2017

1 2 3 4 5 » ... 75





Dans nos blogs :

2017, l’année du changement pour Firefox

Depuis novembre 2014, Mozilla met toutes les chances de son côté afin d’améliorer son navigateur Firefox. De son partenariat avec Qwant à...



Le Podcast Journal sur :