Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Gilles Carvoyeur
27/12/2009

POLICE : Vers la création de 175 polices d'agglomération en France


Le top départ est donné : la France va enfin se doter, d'ici quelques années, de véritables polices d'agglomération, notamment dans les 175 communautés d'agglomérations françaises pour rendre plus intelligible la sécurité de nos concitoyens. Qui parfois n'y comprennent rien entre les subtilités inutiles entre les deux services.
En fait, la sécurité policière des Français n'est pas certainement pas qu'une question de moyens humains. La suppression de 8000 postes de policiers n'est pas le débat, c'est même un faux problème. Si on supprime un policier planton, en faction devant un immeuble public, pour le remplacer efficacement par un système de vidéo surveillance, on peut être certain que le résultat sera identique voire plus performant.
En réalité, le débat n'est pas dans la question : "La police, combien de divisions" mais plutôt dans une autre manière de concevoir l'organisation des forces de sécurité, force qui doit donner la primauté à la police d'État comme dans tous les autres pays d'Europe.


De vraies polices d'agglomération

POLICE : Vers la création de 175 polices d'agglomération en France
Et pour y parvenir, l'État peut revenir, en partie, au schéma des années 50 - 70, notamment en ce qui concerne les villes de 5000 à 10000 habitants isolées et exclues d'une communauté d'agglomération. Dans ces années là, la police était assurée par la police municipale, police elle-même encadrée par des Officiers de Police Judiciaire issus de la Police Nationale et à de rares exceptions par des OPJ issus de la Gendarmerie.
Un syndicaliste policier de Saône et Loire a même été plus loin en confiant à nos confrères du Journal de Saône et Loire que l'État souhaitait favoriser le recrutement de 40000 policiers municipaux en France pour remplacer les gardiens de la paix et les gendarmes en tenue.

Prendre réellement en compte les 20000 policiers municipaux


Aujourd'hui, dans ces villes, l'idée est de transformer le maire en chef de la police qui disposerait de policiers municipaux en tenue en charge de la tranquillité publique, eux-mêmes encadrés par des OPJ issus de la Police ou de la Gendarmerie.
Pour les villes de moins de 20000 habitants, actuellement de compétence gendarmerie, on pourrait créer des commissariats de police municipale dans lesquels les hommes en tenue seraient des policiers municipaux tandis que les services d'enquêtes et les investigations locales et les patrouilles nocturenes seraient confiés à des OPJ de la gendarmerie qui travailleraient en civil. C'est sur ce schéma que fonctionnent beaucoup d'unités de Provence Côte d'Azur où les polices municipales sont très importantes en terme d'effectif (40 personnes à Sainte-Maxime dans le Var pour une population permanente de 15000 habitants environ).
L'avantage de ce redécoupage est de prendre réellement en compte les 20000 policiers municipaux, considérés enfin comme le troisième pilier de la Sécurité Publique.
Il permettrait également de doter ces petites unités de services d'enquêtes alors qu'elles n'en disposent pas actuellement. Il permettrait enfin de conserver la capacité et l'efficacité reconnues des OPJ de la Gendarmerie Nationale. Pour les villes de moins de 5000 habitants, la compétence unique reviendrait à la Gendarmerie en complémentarité des polices municipales locales quand elles existent.

Selon un document du Sénat français, bien que la gendarmerie assure encore aujourd'hui un « maillage » serré du territoire, le nombre de brigades territoriales n'a cessé de diminuer depuis les années 1930. De 4500 en 1934, elles sont au nombre d'environ 3500 en 2008. Soit la fermeture de 1000 brigades en soixante dix ans ! Et près de 500 unités doivent disparaître dans les trois ans à venir.

De vraies polices d'agglomération

Pour les villes de plus de 20000 habitants ou plutôt pour les bassins de population égaux ou supérieurs à 20000 habitants, la compétence reviendrait à la seule Police Nationale. A titre d'exemple, notons les fermetures des brigades de gendarmerie implantées en zone police : Aubenas, Ajaccio, Bastia, Bourges, Vierzon, Valence, Vernon, Châteauroux, Blois, Vendôme, Romorantin, Cahors, Cherbourg, Saint-Lo, Chaumont, Saint Dizier, Nancy, Thionville, Pont à Mousson, Briey, Maubeuge, Calais, Givors, Albi, Limoges, etc.
Au total entre 2007 et 2009, environ 250 unités de gendarmerie, principalement implantées en zone police, ont été supprimées. A ce sujet, il reste une vingtaine d'ajustements de territoire à effectuer en France comme à Rilleux la Pape en région lyonnaise, actuellement en zone gendarmerie qui va passer en zone police.

Brice Hortefeux a donné le top départ à la création de grandes polices d'agglomération à Paris, Lyon, Marseille, Lille et Toulouse.

A MARSEILLE,  plus de 102000 personnes vont basculées en zone police !
CASSIS : 7788 habitants, CARNOUX EN PROVENCE : 6896 habitants, SEPTEMES LES VALLONS : 10117 habitants, CABRIES : 8362 habitants, BOUC BEL AIR :  13711 habitants,
ROGNAC : 11883 habitants, BERRE L ETANG : 13953 habitants, SAINT CHAMAS : 7268 habitants,  ENSUES LA REDONNE : 5096 habitants, CARRY LE ROUET : 6358 habitants,
SAUSSET LES PINS : 7278 habitants, LE ROVE : 4077 habitants.

A LYON : environ 65000 habitants qui passent en zone police
CHASSIEU : 9267 habitants, FEYSIN : 9531 habitants, RILLEUX LA PAPE : 29562 habitants, ECULLY : 18249 habitants. Et dans un proche avenir : JONAGE : 5729 habitants, TASSIN : 18209 habitants, Saint Genes Laval : 19994 habitants et Irigny : 8258 habitants. Soit encore environ 53000 habitants qui passeraient d'ici deux ou trois ans en  zone police.

Mais le mouvement, une fois lancé, devrait toucher très vite, l'ensemble des communautés d'agglomération de France comme me le confiait, dès 2003, Guillaume Larrivé, alors conseiller technique de Nicolas Sarkozy, Ministre de l'intérieur. M. Larrivé militait pour la création d'une vraie police d'agglomération à Auxerre, ville où il est élu au Conseil Municipal pour faire coller le territoire d'action de la police au bassin réel de délinquance. Signalons que Guillaume Larrivé est, depuis juillet 2007, Directeur adjoint du Cabinet de Brice Hortefeux au Ministère de l'intérieur. On se doute qu'il n'a certainement pas changé d'avis en ce qui concerne la création de véritables polices d'agglomération.
Comme en témoigne, la création des police d'agglomération dans les 4 plus grandes entités urbaines françaises. C'est dans cette optique, (chose promise par Nicolas Sarkozy depuis longtemps mais jamais mise en œuvre par Alliot-Marie), que l'on va créer des vraies polices d'agglomération dans les 175 Communautés d'agglomérations françaises (le périmètre pourrait exclure les communes très rurales de la deuxième couronne des grandes villes). C'est à dire que la zone police épousera le périmètre exact de ces communautés d'agglomération, en implantant une seule force police pour une même zone de vie, et en supprimant les services de police concurrents (police et gendarmerie). Il restera à coordonner l'action de la police d'État avec les différentes polices municipales qui existeraient sur le territoire d'une communauté d'agglomération. Logiquement, et le mouvement est déjà entamé, cela signifie la fermeture des brigades locales de gendarmerie, quitter à les remplacer par des postes de police.

Mais cela signifie aussi que les gendarmes devront véritablement quitter le territoire de la communauté d'agglomération et ne plus biaiser en réaffectant dans les brigades fermées d'autres services actifs (exemples : brigades de mineurs à Bandol près de Toulon, peloton motorisé à Saint Rémy près de Chalon-sur-Saône, Bréviandes près de Troyes, etc...). En effet, malgré le redéploiement police-gendarmerie décidé par Nicolas Sarkozy, un constat : environ 85 commissariats de police ont véritablement fermé leurs portes. Mais les gendarmes ont fait de la résistance en s'incrustant dans des secteurs qui ne sont plus de leur ressort alors qu'ils seraient profondément beaucoup plus utiles et efficaces dans les secteurs dont ils ont la responsabilité, c'est à dire les zones rurales.

222 communes ont été transférées à la police nationale entre 2003 et 2007

Soutenue par une volonté politique forte du ministre de l'Intérieur et menée dans la concertation avec les élus et avec un soutien efficace en termes de moyens humains, des opérations de redéploiements ont déjà été menées avec succès sur la période 2003-2007, dans 343 communes : 222 communes ont été transférées à la police nationale ; 121 communes ont été transférées à la gendarmerie nationale, correspondant, pour l'essentiel, à des communes de 10.000 à 18.000 habitants. Ces opérations ont été un véritable succès. En effet, tant dans les zones transférées à la police nationale, que dans celles transférées à la gendarmerie nationale, le taux d'élucidation a augmenté (de 0,7 point entre 2003 et 2006 pour les zones transférées à la gendarmerie nationale).
Eviter la guerre stérile des polices
Autre réforme à engager au plus vite : pour éviter les guerres entre services stériles et sources de confusion, les Sections de Recherches de la Gendarmerie doivent être dissoutes et fusionnées dans les SRPJ et les DIRPJ, Toutes les enquêtes criminelles doivent être du seul ressort de la PJ, comme c'est par exemple le cas, la plupart du temps, déjà en Provence Côte d'Azur. Exemple, récent au Lavandou et à Saint-Tropez (Var). Un homme d'affaire Ukrainien a été abattu en pleine ville en revenant de la plage. Bien qu'en secteur gendarmerie, l'affaire a été confiée, fort intelligemment, à la PJ de Toulon qui enquête également sur le casse de la perception de Saint-Tropez, village en zone gendarmerie depuis la fermeture du commissariat de police en 2005. En réalité, La France a fait un grand pas dans cette direction avec la création des GIR. Mais il faut aller encore plus loin. Pourquoi cette proposition ? Pour éviter une multiplication des enquêtes, notamment en matière de trafics de drogue car les réseaux se moquent bien des territoires et des compétences. Les dealers sont totalement indifférents au découpage policier. Et ils profitent très souvent de cette faille pour prospérer !
Enfin, il faut créer une vraie police de la route à partir des CRS, en fusionnant les escadrons de sécurité routière de la gendarmerie départementale et les compagnies de CRS affectées à la police de la route, ce qui rationalisera les effectifs. Pour ménager l'égo de chaque force, appelons ces nouvelles compagnies CIRCULATION, comme cela existe déjà à Paris, avec de nouveaux véhicules et des nouveaux logos basés sur le jaune et l'orange. A ce titre, il faudrait confier dans un premier temps, l'ensemble des autoroutes et routes urbaines à la police et réinstaller les pelotons de gendarmerie dans les zones routières rurales. A contrario, il faudrait confier le maintien de l'ordre à la Gendarmerie (donc redéployer les CRS dans les unités routières ou les commissariats notamment dans les nouvelles CRS (Compagnie Régionale de Sécurisation) tout comme le transfert des détenus et la garde des bâtiments sensibles (Palais de Justice à Paris et en province, Prisons, Centrales Nucléaires, Ministères, etc.).
Dans le même ordre d'idée, toujours pour éviter les doublons préjudiciables à l'efficacité, la gendarmerie pourrait conserver les sections aériennes, les secours en montagne, la police des gens du voyage, la police de l'environnement, de la santé, etc.
Pour le secours en mer, le Président Sarkozy a acté la création d'un vrai CORPS DE GARDE-COTES qui réunira les forces mutualisées des Gendarmes Maritimes, des militaires de la Marine Nationale affectés à la surveillance des côtes, des Douaniers et des Policiers Maritimes (avec les Affaires Maritimes et les DDE Maritimes).
Dernier échelon de cette réforme : confier en totalité, la police des DOM TOM à la Gendarmerie Nationale (qui depuis le retrait des CRS, qui ne souhaitaient plus aller travailler dans les DOM TOM, prend en charge seule le maintien de l'ordre) en rapatriant en métropole les effectifs de la police nationale.

LISTE DES UNITES DISSOUTES AU 25 DECEMBRE 2009 (source forum gendarmes et citoyens)

01 Cie NANTUA BR (créée il y a 2 ans) PSIG - 02 BMO sur les 05 actuelles. PSIG GEX
02
03
04
05
06
07 BT CRUAS - BT AUBENAS ( ZONE POLICE) - CREATION PNIG CRUAS.
08
09 FOIX
09 le GGD 09 rends 19 postes. BT LEZAT passe dans le GGD 31, QURIEGUT jumellée dans le GGD 66. Fermeture BTPCL FOIX (ZPN), dissolution BR FOIX (5 TEA) regroupée avec BR Pamiers (6 TEA) sera TEA 9 (5+6 =9). Dissolution BMO PMO regroupée avec BMO FOIX (TEA modifié).
Fermeture BT RIMONT, PRAT BONREPOS, LAROQUE D OLMES, VICDESSOS. Création de BTA à MIREPOIX, SAVERDUN, TARASCON/ Ariège.
Création du PSIG (6 s off 6 gav) à ST GIRONS sous plafond personnel Cie St GIRONS.
10 BT TROYES (ZPN). BT MAILLY LE CAMP. BMO TROYES + PA TROYES => CREATION DU PSRR DE TROYES (suppression de postes donc)
11 CGD Marvejols, PSIG et BR associés.
CIE CASTELNAUDARY ET BR CASTELNAUDARY
12 : GC ESPALION, GC ST AFFRIQUE, PSIG MILLAU. BR St AFFRIQUE
13 MARTIGUES
13 A MARSEILLE, plus de 102 000 personnes vont basculées en zone police !
CASSIS : 7 788 habitants
CARNOUX EN PROVENCE : 6 896 habitants
SEPTEMES LES VALLONS : 10 117 habitants
CABRIES : 8 362 habitants
BOUC BEL AIR : 13 711 Habitants
ROGNAC : 11 883 habitants
BERRE L ÉTANG : 13 953 habitants
SAINT CHAMAS : 7 268 habitants
ENSUES LA REDONNE : 5 096 habitants
CARRY LE ROUET : 6 358 habitants
SAUSSET LES PINS : 7 278 habitants
LE ROVE : 4 077 habitants
14 BT MORTEAUX COULIBOEUF (14) - BTP POTIGNY, les gendarmes sont remplacés par une BMO de 12 motards.
15
16
17 TONNAY-BOUTONNE et ST HILAIRE DE VILLEFRANCHE
18 BTA BOURGES (ZPN), BTA VIERZON, PA de LEVET -
Dissolution du PSIG de SANCERRE-18 - pour la création PSPG BELLEVILLE SUR LOIRE.
Fermetures pressenties : LE CHATELET VAILLY/SAULDRE, BTP HENRICHEMONT, BTCLC LERE, BR VIERZON - Déplacement BRI de LEVET sur BOURGES (caserne groupement), NERONDES, LA CHAPELLE D'ANGILLON, CHARENTON SUR CHER ARGENT SUR SAULDRE ? sont sur la liste des suppressions...
18 BT SAINT GERMAIN DU PUY, BT AVORD en 2003.
19 BMO USSEL - BMO TULLE BR USSEL - CIE USSEL. BT AYEN.
Dissolution du GC Compagnie TULLE au 15 octobre 2009 (1 CE, 1 CPT et 2 GD) => Cob Uzerche passe sur la Cie BRIVE. Les autres unités sont ratachées à la Cie USSEL.
Les unités qui rejoignent dans un premier temps la Cie USSEL sont TULLE - ARGENTAT - ST PRIVAT - LAPLEAU - BEAULIEU SUR DORDOGNE - CORREZE - EGLETON
Dans un deuxième temps, TREIGNAC va être sorti de la Cob UZERCHE pour rejoindre La Cob MEYMAC ( MEYMAC - SORNAC - BUGEAT - TREIGNAC)
SEILHAC va former une COB avec TULLE.
UZERCHE sera en COB avec LUBERSAC et VIGEOIS. Enfin, une brigade va s'éteindre doucement ...... on parle de la BTP MERCOEUR.
La BTPCL BEAULIEU SUR DORDOGNE reste sur Cie BRIVE. C'est MERCOEUR et MARCILLAC qui vont sur Cie USSEL avec toutes les autres unités de la Cie TULLE.
20 BTP AJACCIO (ZPN) fermeture effectuée, les locaux abritent à présent le PSIG - 01/01/09 fermeture BT BASTIA (2B) - Extension zone police.
20 BT GHISONI BT VESCOVATO. BMO PENTA DI CASINCA.
21 Rumeurs de fermeture de BTP FONTAINE FRANCAISE 21 et BTP BAIGNEUX LES JUIFS 21.
22
23 BTP LAVAVEIX LES MINES - BTP VALLIERE - BR AUBUSSON.
24
25 CIE BEAUME LES DAMES (GC).
26 BT VALENCE (ZPN) Projet de dissolution de la BTP de SEDERON dans les mois à venir,
Dissolution au 1er septembre 2009 de la BTP de TAULIGNAN et création en lieu et place du PSIG de TAULIGNAN.
27 BT VERNON ZPN. VERNON (ARMEMENT) en 2011-2012.
28 Nogent le Rotrou : la BMO attend de savoir si l'unité est dissoute, et si une unité est reconstituée ailleurs (Janville)... mutation individuelle possible ou alors collective + ou - forcée ? Chaque année, on annonce la fermeture de la Compagnie de Nogent le Rotrou (compagnie à 4 BT au total !), ça voudrait dire fin du GC Cie, de la BR et du PSIG.
Encore moins sûr, la BTP AUTHON (28), BTP à 6 comme possiblement sur la sellette.
29 BR LANDERNEAU
30 POSSIBLE FERMETURE BTP LUSSAN
31 TOULOUSE (AIR).
Dans le 31 la compagnie de MURET est restructurée, 3 COB passant sur des Cie limitrophes, COB CAZERES sur CIE ST GAUDENS, COB AUTERIVE sur CIE VILLEFRANCHE DE LAURAGAIS et COB ST LYS sur CIE TOULOUSE MIRAIL, on récupérerait PORTET / GARONNE (BTA)
Fermeture BT TOULOUSE ST MICHEL (ZPN) et BTP ST BEAT seconde de canton et à suivre création d'une COB ST SULPICE - LEZAT a cheval sur 2 départements (31 et 09).
Pour Midi Pyrénées 32 unités sont programmées d'ici fin 2012
32 BR ESTANG - BTA AUCH avant 31-12-2009 ?
33 Ecolgend LIBOURNE
34 Dans le département, on ne parle pas de fermeture, mais de déflation de personnels.
Sur les 75 postes à rendre en Languedoc-Roussillon, 17 concernent le département.
Sur la compagnie de Montpellier, 3 postes à la BT Montpellier, 1 à BT St Jean de Vedas , 1 à BT St Georges d'Orques et 1 à BT Villeneuve les Maguelonne.
Pour le reste, sur la compagnie de Pézenas où les gendarmes ont été installés "confortablement" en nombre, en remplacement du commissariat de police.
35 CIE FOUGERES (GC BR PSIG) BTP MARTIGNE FERCHAUD restructuration de la COB on ferme les bureaux mais les gendarmes restent dans les logements dans un premier temps
36 BTP de CHATEAUROUX puis des BTP 2éme de canton de ST CHARTIER et AMBRAULT. fermeture des PA VATAN et ARGENTON SUR CREUSE , BMO ARGENTON SUR CREUSE ? ET BMO DU BLANC ? avec création de deux PSRR au groupement , BR CHATEAUROUX.
PSIG CHATEAUROUX Transféré AU BLANC.
En fait, c'est toute la compagnie de CHATEAUROUX qui ferme :
Le GC ferme. La BR ferme (les 06 personnels devraient être répartis sur les trois autres BR du département qui ainsi passeront de 04 à 06 personnels)
La BT fermant, certains personnels devraient être répartis sur les deux brigades qui faisaient parties de la COB ces deux BTP étant redistribuées à une ou deux compagnies
Le PSIG est délocalisé sur une autre compagnie. D'autre part, il y aurait aussi des dissolutions au niveau des unités moto. Or, la caserne de CHATEAUROUX dont les travaux ont débuté il y a un peu plus d'un an avait été prévue avant les dissolutions. Pour combler les logements qui seront vides des solutions ont été trouvées :
Le personnel du PA VATAN (à environ 1/2 heure d'autoroute de CHATEAUROUX) qui sont actuellement logés dans le civil auront la joie de se loger dans la nouvelle caserne, il en sera de même pour trois personnels de la BR ISSOUDUN (aussi à environ 1/2 heure) sauf que parmi ces trois, deux sont déjà de Chateauroux reste plus qu'a en désigner un sur les quatres composant en ce moment l'unité.
37 BT AVOINE pour création nouvelle unité nucléaire, BMO TOURS.
la fermeture de la BT d'AVOINE (37), commune où est implantée la très importante centrale nucléaire dite à tord de Chinon. Cette BT avait été créée de toute pièce dans une commune de moins de 2000 h un peu grâce à la très importante mane financière générée par cette centrale, cette commune n'étant pas chef lieu de canton. A l'époque cette installation dérogeait donc à la politique générale de la GN, concernant l'implantation des BT. Ce changement de destination de locaux, viendrait donc rétablir ce que l'on considérait à l'époque comme une certaine injustice, due à la grande richesse de cette très petite commune. Quant à la spécificité de la nouvelle unité devant remplacer les personnels de la BT, j'avoue ne pas trop saisir ses particularités. Quant à la BMO de TOURS, je pense qu'il ne s'agit que de la seule BMO et non de l'EDSR (37) car d'autres BMO sont réparties dans le département.
La brigade d'AVOINE a été financée par EDF de même que des postes à la brigade de BOURGUEIL qui vont être supprimés également. Le tout vient pour la création du nouveau peloton nucléaire qui va se construire autour du noyau existant qu'est le PSIG actuel. La question qui se pose c'est de savoir ce que représente en terme d'effectif le futur peloton par rapport aux sppressions de postes prévus. De toute façon, la brigade d'AVOINE ne faisait pas que de la surveillance de la centrale, c'était une circonscription avec des communes et c'est un point d'accueil qui disparaît.
38 BMO GRENOBLE
39 CIE CHAMPAGNOLE (GC BR) - FERMETURE BTP LES BOUCHOUX COB SEPTMONCEL (39) COURANT 2010.
40 PA de PEYREHORADE.
41 BT BLOIS, BT VENDOME, BT ROMORANTIN, (ZPN toutes les 3).
42
43 La BR BRIOUDE est sur le point d'être dissoute. La BR AMBERT aussi.
44
45 Ecolgend MONTARGIS BTPCL MONTARGIS (ZPN).
45 BT COULLONS, BT BONNY SUR LOIRE en 2003
46 BT CAHORS (ZPN), BT de LAUZES - Fermetures préssenties : BTP SALVIAC, BT SOUCEYRAC
BMO de GOURDON serait dissoute. L'effectif transfèré à Labastide-Murat (?). Idem pour le PA de FRANCOULES qui existe depuis peu dans des locaux très récents.
Pour la BTP Martel une moitié de l'effectif serait mutée sur le COB de SOUILLAC et l'autre moitié sur le COB de GRAMAT, d'où dissolution BTP MARTEL. Au centre d'étude de l'armement de GRAMAT (DGA) qui est dissous au profit d'un Centre CEA.
Au 1er Janvier 2010 la Brigade de l'armement disparait. Les militaires attendent une éventuelle mutation qui serait prononcée aux alentours de Septembre 2009. Réflexion en cours pour la COB de LIVERNON entre les 3 unités qui la constituent (Livernon/ Lacapelle-Marival/ Cajarc).
BT de LAUZES qui fait partie de la Cie CAHORS et COB STGERY est fermée. Actuellement 3 actives (dont deux partent en retraites d'ici cet été) et 2 GAV......donc facile à fermer.
47 En 2006 fermetures des Brigades de Boé, Bon-Encontre, Bias et Pujols (ZPN). Prévu : Fermeture de LAVARDAC
48 GC CIE, PSIG et BR MARVEJOLS
49 ANGERS (ARMEMENT)
50 CHERBOURG et ST LO en ZPN. JUVIGNY LE TERTRE .......
51 - BT REIMS = - 4. - BT CHALONS EN CHAMPAGNE = - 5. Ces deux unités sont implantées en ZPN.
A compter du 1er juin 2009 : rattachement des brigades de AY et DIZY à la Cie EPERNAY (avant Cie REIMS), pour COB à 3 unités : DIZY(BTPCL) / AY (BTP) / EPERNAY (BTP).
Département 51 - Pas de dissolution d'unité prévue sauf la brigade de gendarmerie (AIR), la base 112 fermant en 2012.
Réorganisation territoriale de certaines unités avec dégraissage des effectifs. - BT REIMS = - 4. - BT CHALONS EN CHAMPAGNE = - 5. Ces deux unités sont implantées en ZPN.
A compter du 1er juin 2009 : rattachement des brigades de AY et DIZY à la Cie EPERNAY (avant Cie REIMS), pour COB à 3 unités : DIZY(BTPCL) / AY (BTP) / EPERNAY (BTP).
Quelques modifications d'assiettes territoriales (communes tranférées inter COB). Projet de dissolution de la Cie de STE MENEHOULD,
52 BT CHAUMONT - BT SAINT DIZIER (ZPN) -52- sur 10 personnels suppression de 5 postes (4s/off + 1 GAV).
53 BTP STE SUZANNE - BTP COUPTRAIN - BTP BIERNE.
54 BTA NANCY ZPN. BT PONT A MOUSSON. BT BRIEY. BT SAINT NICOLAS DE PORT.
55
56 BR PLOERMEL, BT CLEGUEREC (COB PONTIVY). Fermeture BTP CLEGUEREC confirmé pour 2010 (source RGB)
57 Metz (AIR) BT THIONVILLE (ZPN) BT FORBACH (ZPN).
58 CHATEAUNEUF VAL DE BARGIS (Rumeur fermeture BMO)
59 CAMBRAI (AIR) - compagnie MAUBEUGE (GC-BT-PSIG-BR) ZPN - BT ARMENTIERES.
Fermeture compagnie de MAUBEUGE 59 pour 01.07.09 (GC, PSIG, BR, BP). MAUBEUGE est une ZPN, le secteur de la BP est repris par la BTP BAVAY qui devient BTA.
BT Hersin-Coupigny

HAUBOURDIN / HALLENNES-LEZ-HAUBOURDIN
La gendarmerie poursuit son redéploiement dans ses territoires de compétence (Source La Voix du Nord)
Opérationnelle depuis janvier, la nouvelle caserne de gendarmerie d'Hallennes-lez-Haubourdin a été inaugurée hier. Elle remplace celles d'Armentières et Haubourdin.
Le signe de la réorganisation des gendarmes dans la métropole.
La gendarmerie poursuit sa réorganisation, dans la métropole lilloise comme dans le reste de la France. Opérationnelle depuis le mois de janvier, la nouvelle caserne d'Hallennes-lez-Haubourdin a été inaugurée hier par le général Déanaz, commandant de la région de gendarmerie, et Joël Bouchité, préfet délégué à la sécurité et la défense.
Des bâtiments tout neufs, aux normes HQE, et financés en grande partie par la commune d'Hallennes-lez-Haubourdin (coût : 8,2 millions d'euros), accueillent les 29 gendarmes de la brigade d'Hallennes (1), qui remplace désormais les défuntes brigades d'Armentières et Haubourdin, et les 21 militaires du PSIG (peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie), auparavant basé à Lille. « C'est un redéploiement qui consiste à nous réimplanter dans nos zones d'action », indique le commandant Gervais, qui dirige la compagnie de Lille. Armentières et Haubourdin étant en zone police, la gendarmerie n'avait pas vocation à y rester. « C'est aussi une question d'efficacité, en étant directement sur zone, on diminue les délais d'intervention, et on est sur notre territoire dès qu'on sort de la caserne », ajoute un gendarme.
Une stratégie qui permet aussi d'économiser des effectifs dans le cadre du rapprochement police-gendarmerie : la brigade d'Hallennes a hérité de l'ensemble des effectifs affectés à Haubourdin, mais seulement d'une petite partie des 14 postes supprimés à Armentières.
Ce mouvement de redéploiement doit se poursuivre : les travaux d'édification de la nouvelle caserne de Phalempin, qui doit remplacer celle de Seclin, également située en zone police, doivent s'achever fin 2009. D'autres annonces similaires doivent être faites à la fin du mois.
(1) La nouvelle unité s'étend sur 10 communes, soit plus 26 500 habitants : Bois-Grenier, Erquinghem-Lys, Beaucamps-Ligny, Erquinghem-le-Sec, Escobecques, Hallennes-lez-Haubourdin, Le Maisnil, Radinghem-en-Weppes, Santes et Wavrin.

60
61 CIE ALENCON rattachée à Argentan.
62 COMPAGNIE ET BRIGADE DE RECHERCHES DE BOULOGNE/MER -BT CALAIS DISSOUTENT AU 1/9/09 CREATION ANTENNE SR LILLE DANS LOCAUX BR BOULOGNE/MER.
La BT Le Portel réduit ses effectifs de 3 gendarmes. BT LE PORTEL en sursis.
63 GC La BOURBOULE et AMBERT, BT MANZAT, BT LE MONT DORE
63 LE PUY DE DÔME doit rendre 82 postes ?!
64 BTP PAU.
65 BT Campan (militaires repartis entre BT et Psig Bagneres de Bigorre). BMO St Pé de Bigorre. Perte pour la BTA de Lourdes de 4 personnels. BR Pierrefitte Nestalas va dans les locaux de BTA LOURDES.
66
67 BTA STRASBOURG : DETACHEMENT PARTIE EFFECTIF DANS AUTRES UNITÉS PÉRIPHÉRIQUES
68 BTA MULHOUSE: DISSOLUTION PRÉVUE DEBUT 2010
68 COLMAR (AIR),
69 BTA de GIVORS dissoute (1 mai 2009)
Dans le Rhône, la création de cette police passe par le transfert de communes situées en zone gendarmerie nationale vers la zone police nationale. 4 communes sont concernées : Chassieu, Feyzin, Ecully et Rillieux-la-Pape, ce qui représente 66 000 habitants.
A Rillieux un commissariat est créé, mais les communes d'Ecully, Feyzin et Chassieu seront rattachées aux commissariats de Lyon 9e, Vénissieux et Bron.
BMO dissoutes en Rhône-Alpes : St-Clair du Rhône, Aubenas, etc...
Plusieurs gros PA vont fondre de près de 20 % d'ici début 2012. En fait on libère d'abord des places pour y accueillir les autres unités BMO non dissoutes mais transformées en PSRR ou BSRR. Entre 500 et 600 nouveaux postes de levés (90 % active - 10 % Gav).
A moyen terme, le projet de suppression des GC EDSR devrait aussi être mis en place soit en gros 95 x 5 personnels = 475 effectifs en plus de grattés.
70
71 MEVRES
72 Ecolgend LE MANS
73
74
75 restructuration des formations musicales (Défense et Intérieur) de l'Ile de France d'içi 2012. Unités Gie concernées Musique 1er RI de la Garde, Choeur de l'Armée, Musique de la FGMI. La Fanfare de de cavalerie quant à elle ne serait pas concernée mais pourrait être incluse dans les éventuelles restructurations des RCGR. Pas d'info pour les orchestres de la GR (statut particulier)
La plupart des BTA et toutes les BR de la petite couronne parisienne vont fermer. 11 brigades vont fermer. Il ne restera qu'une seule brigade par département (75-92-93-94). Ces brigades formeront le Groupement interdépartemental de Paris avec un effectif de 20 personnels chacune.
Restera les 2 SR et CTJ. Sera créer une Section d'Appui Judiciaire, effectif inconnu. Tout cela doit être mis en place pour juillet 2011.
76 Brigade Nautique de Fécamp.
Sur compagnie ROUEN 76, une unité dissoute pour le 31/12/2009.
77 ROISSY EN BRIE en 2003.
78 Fermeture BTA TRAPPES (78 - ZPN) et BTA MEULAN (78 - ZPN) au 01.01.2010
79 projet de fermeture BT ST LOUP LAMAIRE (deuxième de canton) et BTA NIORT (zone police d'état).
A déjà été fermé la BT LABSIE
80 BMO AMIENS et CIE Doullens
81 BTPCL ALBI (situé en ZPN avec assise territoriale), BTP CUQ TOULZA, BTP ANGLES, BT + CIE + BR MAZAMET, PSIG ST AMAND SOULT, BR MAZAMET, BTP CARMAUX, CASTRES, GRAULHET, CARMAUX, PSIG ST AMANS SOULT.
Fermeture annoncée des 5 BT ZPN, à savoir : ALBI (14 personnels), CASTRES (5), GRAULHET (5), CARMAUX (4), MAZAMET (9) + dissolution compagnie MAZAMET + BR MAZAMET (non mentionnée mais par conséquent) et PSIG ST AMANS SOULT (dépend aussi de la cie Mazamet).
82
83 cies TOULON et FREJUS au 1er septembre 2009.
84
85 BT LES SABLES D'OLONNES.
86 Ecolgend CHATELLERAULT
87 BTP BUJALEUF (Cie LIMOGES) - BTP BUSSIERE POITEVINE (Cie BELLAC) - BTA LIMOGES d'ici 2010. BMO LIMOGES.
La dissolution de brigades en ZGN est aberrante ! C'est bien de regrouper, mais quand par exemple BTA Ambazac (87) se retrouve à 44 communes et une quinzaine de gendarmes (ou-) là où il y zavait une COB (avec BTP La Jonchère dissoute il y a déjà pas mal de temps)... C'est cool, ça fait 3 ou 4 (voire + car il me semble qu'il y a des GA).
88 Fermetures des unités programmées en 2011 : GC compagnie EPINAL. BT MOUSSEY. BT BROUVELIEURES. BT BUSSSANG. BT PLOMBIERES. BR REMIREMONT.
Le GC Cie de ST DIE qui devait passer de 4 à 3.....sera finalement de 6 en 2011...Logique au vu des rattachements d'autres unités. La BTPCL EPINAL actuellement en binôme avec DOMPAIRE deviend une BTA....La BR de ST DIE devrait grandir de 3 ou 4 personnels cf. dissolution BR REMIREMONT. Au final, 16 postes disparus.
Pour THAON, ce sera Cie REMIREMONT qui l'aura en gestion...Bruyères devrait être rattachée à la Cie de ST DIE
89 COULANGES SUR YONNE et CHARNY (Rumeur fermeture)
90
91 BRETIGNY-sur-ORGE (AIR)
92
93
94
95 BT GOUSSAINVILLE en 2003.
OUTRE MER : Projet de dissolution des EDSR de la Guadeloupe, Martinique et Réunion.
UNITÉ NUCLÉAIRE : les unités qui vont être amenées a être dissoutes (BTA, PSIG, BTP) pour la création des PSPG...il y a 58 réacteurs nucléaires en France pour 19 centrales. Soit 38 GD x 19 = 722 GD encore en moins sur le "terrain"...
Les centrales sont celle de PALUEL, PENLY, GRAVELINE, FLAMENVILLE, CHOOZ, CATTENOM, FESSENHEIM, BAGEY, ST ALBAN, CREAS, TRICASTIN, BLAYAIS, GOLFECH, CHINON, ST LAURENT, DAMPIERRE, BELLEVILLE, NOGENT SUR SEINE, CIVAUX.
07 Création d'un PNIG à CRUAS, il s'agit d'un PSPG (PSIG Nucleaire) et non pas d'un PNIG.
La BTP CRUAS et la BTP de ST PERAY vont fermées dés le 1 août ou le 01 septembre 2009 suite à la création des¨PSPG" (peloton nucléaire), le problème c'est que personne ne sait encore leurs lieux de logements et les affectations des personnels "en trop". Tout le matériel et autres sont financés par EDF.
BMO et CRS MOTO : à l'occasion d'un stage à Fontainebleau le directeur de stage a annoncé 2 500 motocyclistes en moins (près de 50%). Un contrôleur général de la police leur a indiqué des réductions d'effectif également chez les motards CRS.


Par Gilles Carvoyeur (dernière modification le 27/12/2009)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...

L’Amérique post-Trump [Revue de presse]

Trois semaines après l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, le monde entier s’étonne encore de ce résultat inattendu....



Le Podcast Journal sur :