Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
23/10/2015

Quand Hollywood raconte Compton


"Straight Outta Compton" raconte l’émergence du groupe NWA (Nigger With Attitude), issu des quartiers sensibles de Los Angeles et qui fit figure de pionnier de la scène gangsta-rap américaine à la fin des années 1980. Carton de l’été aux États-Unis, avec plus de 160 millions de dollars de recettes, le film fait figure de franche réussite commerciale et également critique, principalement de la part de la presse généraliste. Ce film est pourtant troublant tant dans son scénario que dans sa réalisation.


Un diverrtissement réussi

straight_outta_compton.mp3 Straight Outta Compton.mp3  (255.92 Ko)


Le biopic est un genre cinématographique en plein essor. Depuis plusieurs années, les films de ce type se multiplient avec plus ou moins de réussite, Ces productions sont facilement réalisables car elles ne demandent que peu d’effort sur le scénario et qu’elles constituent un risque mineur en matière d’investissement, attirant de facto la majeur parti des fans du personnage dont la vie est racontée. A première vue c’est un bon plan pour n’importe quel studio de production. Sauf que ce genre est capricieux, particulièrement lorsqu’il prétend raconter fidèlement la vie de personnalités célèbres. On se heurte alors à des décalages entre la réalité et ce qui est rapporté à l’écran. C’est toute l’histoire du film "Straight Outta Compton".

Produit par deux anciens membres du groupe, Dr Dre et Ice Cube, il raconte l’épopée des NWA depuis leur création jusqu’à la mort de leur leader Eazy-E. Excellent divertissement, le film parvient à faire ressentir l’atmosphère de Los Angeles du début des années 1990. On y retrouve le décors du ghetto de Compton, les rivalités entre gangs, les violences raciales et la montée en puissance du hip-hop sous l’influence des classiques funk de l’époque (Zap, Georges Clinton et d’autres). Entre rap et gangstérisme, le scénario fait la part belle à la "success story" de ces jeunes qui, partis de rien, vendent des millions de disques et font des tournées à travers un pays où des milliers de spectateurs hystériques les acclament à chaque date.
Voyant cette "success story" comme Hollywood sait si bien les produire, le spectateur se rend compte du chemin parcouru par ces jeunes qui conquièrent l’Amérique avant de se laisser diviser par leur égo, l’argent et les mauvaises influences.

Mais un bipoic raté

Cependant, le film est truffé d’inexactitudes qui gâchent le plaisir du spectateur averti. Cela s’explique tout d’abord par la présence de Dr Dre et Ice Cube au scénario. Seuls survivants physiques et médiatiques de cette histoire, ils ont pu la raconter selon leur propre point de vue et montrer une image qui les arrange. Voilà pourquoi Ice Cube, cadet du groupe qui avait du mal à s’imposer face à ses charismatiques compères, est présenté comme un des leaders et que les scandales concernant les violences conjugales de Dr Dre ne sont jamais abordées.
Par ailleurs, le film souffre de quelques erreurs et oublis impardonnables aux yeux des puristes. En premier lieu l’absence d’Arabian Prince, sixième membre de NWA qu’il quitta juste avant la sortie de "Straight Outta Compton" (il est d’ailleurs présent sur la pochette du disque) qui n’apparaît jamais à l’écran. Par ailleurs les scènes montrant les personnages d’Eazy-E, ruiné, dépressif et terrorisé par Suge Knight ou The D.O.C. comme un alcoolique vivant aux crochets de ses amis sont simplement irréelles.

Finalement, ce film laisse une impression étrange. Celle d’une histoire extraordinaire racontée de la mauvaise façon. En effet l’épopée retranscrite s’inscrit dans un contexte fort, où le racisme et la violence sont centraux. Le fait que ce contexte soit peu à peu abandonné au fil de l'intrigue est dommage, d'autant que cela correspond à l’essoufflement du scénario. Ce qui est rapporté à l’écran est trop lisse et trop infidèle à l'histoire du "World's most dangerous group", un poncif comme Hollywood en produit trop souvent. Il aurait été plus honnête de présenter ce film comme une fiction inspirée de faits réels afin de prendre des distances avec l'histoire plutôt que d'"erroner" une des plus fascinantes épopées que l'Amérique ait connu ces trente dernières années.



Par (dernière modification le 22/10/2015)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 71




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :