Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
06/08/2015

Quand les réseaux sociaux s'emballent émerge l'ignorance crasse


Le 22 juillet à Reims, dans un parc public de la ville survenait une violente altercation entre deux bandes de jeunes filles. Le motif annoncé de la discorde: le port d'un maillot de bain par une des protagonistes de l'affaire. Aussitôt rendu public, le simple fait divers devient fer de lance d'une liberté offensée, et l'objet de récupération politique, évidemment... avant de se révéler n'être qu'une querelle des plus banales.


L'affaire du maillot de bain

reseaux_sociaux_ignorance.mp3 Réseaux sociaux ignorance.mp3  (1.12 Mo)


Tranquillement allongées dans le parc Léo Lagrange de Reims (Marne), trois amies prennent le soleil en short et haut de maillot de bain. Cinq jeunes filles (trois majeures âgées de 18 à 24 ans et deux mineures) passent devant le petit groupe. L'une d'elle lance "Allez vous rhabiller, c'est pas l'été!". Ce à quoi l'une des interpellées aurait répondu "C'est sûr que toi, avec ton physique de déménageur...".

Une bagarre éclate entre les deux bandes, la police s'en mêle. Au final, les cinq filles à l'origine de la première remarque seront interpellées. La victime, elle, écope de quatre jours d'incapacité temporaire de travail (ITT).
Voilà l'histoire telle qu'elle s'est déroulée ce mercredi 22 juillet 2015.
Ce n'est pourtant pas tout à fait le récit qu'en fait le quotidien L'Union dans son édition du samedi 25 suivant.


Dramatisation et éternel cliché

Ce jour-là le journal rémois, on ne sait alors avec quelle véritable intention, relate l’incident à sa manière. Dans son article décrivant la scène, sans y apporter l'ombre d'une preuve, l'auteur met l'accent sur le caractère "religieux" de ce qui aurait mené à l'altercation. Selon lui l'instigatrice du conflit, une des cinq filles "originaires de différents quartiers de la ville", aurait agi au nom de ce qui "semble contraire à sa morale et sa conception des bonnes mœurs", venant "reprocher" cette "tenue légère jugée indécente". Loin de s'arrêter là, la victime y est décrite comme "effarée par un tel discours aux relents de police religieuse" et refusant de se faire "dicter sa façon de se vêtir".

Un différend sur fond d'intolérance religieuse - la laïcité étant très à la mode - et un lynchage en public: il n'en fallait pas plus pour enflammer la toile. Voilà repartie, aussi, à travers cette occasion en or, la surenchère politique.
En quelques heures, "l'affaire" est relayée sur les réseaux sociaux et les médias nationaux. La machine s'emballe. Tellement que L'Union décide de nuancer son récit en retirant la partie sur "les relents de police religieuse". Mais trop tard, la querelle 2.0 est en marche.

Que de précipitation... pour rien

Tout le week-end suivant l'article de L'Union, se succèdent indignation des politiques, témoignages acerbes d'anonymes et rassemblement de soutien. Sans surprise, Florian Philippot, vice-président du Front National, s'empare de la polémique. Sur Twitter, son commentaire "Lynchée car en maillot de bain... il faut entendre lynchée car vivant à la française" attise le scandale. Éric Ciotti, Nadine Morano et le sénateur Stéphane Ravier, entre autres, montent au créneau. Ce dernier allant même jusqu'à employer le terme de "charia". Le hashtag #jeportemonmaillotauparcleo fait un malheur.
SOS Racisme appelle au rassemblement pour dire "oui à la liberté". Mais le dimanche, les journalistes sont plus nombreux que la petite dizaine de manifestants, qui grelottent de froid en maillot de bain sur les pelouses du parc Léo Lagrange...
Dommage, car très rapidement, les déclarations officielles de sources judiciaires affluent, écartant complètement la thèse du motif religieux. S'appuyant sur les éléments du dossier, la vice-procureure Hélène Morton a affirmé que celui-ci "ne démontre absolument pas de mobile religieux, que ce soit dans les déclarations de la victime, des témoins ou des mises en cause".
Une des cinq jeunes filles interpellées, après plusieurs jours de silence, a même déclaré à Buzzfeed avoir écopé de dix jours d'ITT, soit six de plus que la "victime" elle-même. Et d'ajouter "Je suis la première à aller bronzer en maillot de bain au parc Léo Lagrange".

Du mauvais usage des réseaux sociaux, on retiendra cela: notre capacité à s'inventer des histoires. Pourvu que dure le débat, aussi stérile soit-il, la réalité des faits aurait désormais moins de valeur qu'un tweet assassin. La raison? Notre éternel intérêt pour les affrontements publics, et cela quelles qu’en soient les bassesses pitoyables. Il se pourrait même, au vue du spectacle qui se joue quotidiennement, que cela dure.


Par (dernière modification le 06/08/2015)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Vies de chiens - 17/09/2016

Bretagne est morte - 19/06/2016

Harry Potter revit - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 11




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :