Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Recours systématique et généralisé à la torture en Syrie

Communication de notre partenaire


"Les personnes visées par la vague d'arrestations ayant fait suite au soulèvement syrien se sont retrouvées projetées dans le cauchemar éveillé de la torture systématique", écrit Amnesty International dans un nouveau rapport publié mercredi 14 mars.


L'ampleur du recours à la torture et à d'autres formes de mauvais traitements en Syrie a atteint un niveau qui n'avait pas été vu depuis des années, et qui rappelle la sombre période des années 70 et 80.
Diffusé la veille de la date anniversaire des premières manifestations de masse en Syrie, ce document, intitulé "‘I wanted to die': Syria's torture survivors speak out" (partiellement traduit en français sous le titre "Je voulais mourir". Témoignages de survivants de la torture en Syrie), recense 31 méthodes de torture et d'autres formes de mauvais traitements attribuées aux forces de sécurité, à l'armée et aux bandes armées pro-gouvernementales connues sous le nom de shabiha, telles que les ont décrites des témoins ou des victimes à des délégués d'Amnesty International en Jordanie, en février 2012.

"Ce qu'ont traversé les nombreuses personnes visées par la vague d'arrestations qui a marqué l'année écoulée est très similaire à ce que les détenus enduraient sous l'ancien président Hafez el Assad – le cauchemar éveillé de la torture systématique. Les témoignages que nous avons recueillis nous ont donné un aperçu choquant d'un système de détention et d'interrogatoire qui, un an après le début des manifestations, semble avoir pour but premier de dégrader, d'humilier et de terrifier ses victimes afin de les contraindre au silence"
, a déclaré Ann Harrison, directrice adjointe par intérim du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

Amnesty International a indiqué que la torture et les autres formes de mauvais traitements infligées aux détenus suivaient généralement un modèle établi. De nombreuses victimes ont dit que les violences physiques avaient commencé dès leur arrestation, puis qu'elles avaient été sauvagement frappées – à coups de bâton, de crosse de fusil, de fouet, de poing, de câble tressé – à leur arrivée dans les centres de détention, une pratique parfois nommée haflet al istiqbal (accueil). Les nouveaux détenus doivent généralement retirer tous leurs habits sauf leurs sous-vêtements et sont parfois laissés dehors pendant des périodes pouvant aller jusqu'à 24 heures.
Selon les témoignages recueillis par Amnesty International, c'est lors des interrogatoires que le danger est le plus grand.
"Karim", 18 ans, étudiant originaire d'al Taybeh (gouvernorat de Deraa), a dit à Amnesty International que les personnes chargées de son interrogatoire ont utilisé des tenailles pour arracher des lambeaux de peau de ses jambes alors qu'il était détenu dans des locaux des services de renseignement de l'armée de l'air, à Deraa en décembre 2011.

La torture à l'électricité semble être fréquemment utilisée lors des interrogatoires. D'anciens détenus ont décrit trois méthodes: asperger d'eau la victime ou le sol, puis infliger des décharges à la victime en utilisant l'eau comme conducteur; la "chaise électrique", où des électrodes sont apposées sur le corps; et l'utilisation d'aiguillons électriques.
La torture liée au genre ainsi que d'autres crimes de violence sexuelle sont semble-t-il devenus plus fréquents au cours de l'année écoulée. "Tareq" a raconté à Amnesty International que lors de son interrogatoire à l'antenne du Renseignement militaire de Kafr Sousseh (Damas) en juillet 2011, on l'a forcé à regarder "Khalid", un autre détenu, se faire violer: "Ils ont baissé son pantalon. Il avait une blessure en haut de la jambe gauche. Puis le fonctionnaire l'a violé contre le mur. Khalid pleurait, se cognant la tête contre le mur."

Amnesty International a déclaré que ces témoignages de victimes de la torture ne faisaient que confirmer que des crimes contre l'humanité sont bel et bien commis en Syrie.

3.mp3 Syrie.mp3  (389.51 Ko)



17/03/2012




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 31





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :