Connectez-vous S'inscrire
Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Publicité

Lundi 21 Avril 2014
16:59
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)

Cléoma Bissonnette

Renault F1 : un patron de Genii

24/08/2010
Lu par 3177 visiteurs web

Il s'intéresse aussi à la sécurité de tous les jours.


Gérard Lopez, une autre idée de l'entreprise et de la vie

Il y a moins d'un an, personne ne donnait très cher de la peau de l'écurie de Formule 1 de la marque française.

En effet, alors confiée à un célèbre comédien-people que pudiquement la presse qualifiait de flamboyant, cette écurie allait droit dans le mur : celui de Singapour 2008. C'était la triste histoire du Crashgate suivie de ses conséquences sportives et judiciaires.

Une de ces conséquences a été la décision de Renault-Nissan et de son président, Carlos Ghosn, de - plutôt que de fuir lâchement le monde de la compétition après l'échec de ses fantasques subordonnés - redéfinir une nouvelle forme de participation, en confiant la gestion de son équipe à une société... de gestion : Genii Capital, laquelle s'est portée acquéreur d'une partie du capital de Renault F1.

Une nouvelle approche qui risque de devenir l'exemple à suivre en F1 ou en sport de haut niveau, tant le redressement de l'écurie Renault F1 et de son image, en seulement quelques mois, est spectaculaire.

Il est trop tôt pour affirmer que la formule est la panacée ; par contre, une telle formule entre les mains d'un personnage comme Gérard Lopez, patron de Genii Capital, oui.

En effet, Gérard Lopez, luxembourgeois créateur de nombreuses entreprises d'ailleurs éloignées du monde exclusif - et autarcique ! - de la F1, a la qualité, sans doute rare, de s'intéresser à tout, et, apparemment, de s'inspirer modestement de ce qu'il apprend pour mettre en œuvre les politiques adaptées à ses initiatives tout en gardant les pieds sur terre. Pas de culture de l'apparence et de l'extravagance avec lui : seulement du réalisme. Et c'est déjà beaucoup. C'est même énorme.

En fait, rapporté au monde de tous les jours, ça donne ceci, extrait d'une interview accordée à notre confrère Auto-Hebdo, le 21 juillet dernier :

A une question d'Auto-Hebdo, "L'automobile est devenue politiquement incorrecte en France, et le sport automobile diabolisé en France. Quel avenir lui prédisez-vous ?", réponse de Gérard Lopez :

"Cette mentalité est regrettable, j'en suis malheureux, comme tout amoureux de l'automobile. J'aime les belles voitures, que'elles soient anciennes, modernes, de course ou pas ! J'ai vu arriver les premières voitures au fin fond de la Galice, pour des gens émerveillés de pouvoir aller à la ville, à la mer, voir la famille...
Outil de déplacement, de liberté, de plaisir, diabolisé pour quelques raisons simples. La vitesse tue. Oui, elle tue. Mais n'y a-t-il pas des choses qui tuent plus et plus souvent et dont les gouvernements ne veulent pas parler ? L'alcool et les drogues tuent également, en voiture. Elle n'y est pour rien.

La pollution ? Oui, c'est un problème et il est logique de s'y intéresser, mais en prenant des mesures efficaces et concrètes. Ce n'est pas en faisant payer des taxes que l'on diminuera la production de carbone. C'est en adoptant de nouvelles technologies, en faisant évoluer la motorisation automobile. La file, parfois la double file de poids lourds qui traverse la France du nord au sud ou d'est en ouest n'est-elle pas plus polluante que l'automobile ? Malheureusement, les mesures à prendre réclameraient de lourdes remises en question d'infrastructures et coûteraient de l'argent au lieu d'en rapporter...

L'automobile est facile à attaquer. Produit de grande consommation, indispensable, facile à taxer, facile à piéger avec un radar... On a un trou dans le budget ? Tiens, que peut-on tirer de plus de l'automobile ? Excellente source de revenus. Au bout du compte, les gens s'en détournent, même inconsciemment."


Cette réponse, pleine de lucidité et de respect envers les citoyens les moins aisés - qui ont droit eux aussi à se déplacer -, correspond bien sûr à notre état d'esprit. Renault, et Renault F1 remontent d'autant dans notre estime !

La lucidité de Gérard Lopez - qui réussit là où les fonctionnaires-avocats-politiciens qui nous dirigent ne comprennent rien, et qu'ils ne pourront donc même pas traiter de "populiste" - nous donne du baume au cœur.

www.diabloto.info


Par Cléoma Bissonnette — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 3177 fois — Contenu mis à jour le 24/08/2010




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 14













Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents