Connectez-vous S'inscrire
Le Podcast Journal - podcastjournal.net 


Mardi 21 Octobre 2014
0:44
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)
J.N.B.L.

Somalie: Impunité des meurtriers de journalistes

Communication de notre partenaire

18/08/2012
Lu par 525 visiteurs web

Yusuf Ali Osman, ancien journaliste chevronné et agent du ministère de l'Information, a été abattu dans la matinée du dimanche 12 août 2012, dans le quartier de Dharkenley, par deux jeunes hommes vêtus, semble-t-il, d'un uniforme scolaire. Un autre journaliste, Mohamoud Ali Keyre (Buneyste), aurait été tué par des balles perdues lors d'un affrontement entre des soldats de l'armée gouvernementale dans le quartier de Yaqshid, toujours à Mogadiscio, dans l'après-midi du même jour.


Les deux décès de dimanche portent à 10 le nombre de membres de la presse tués en Somalie depuis décembre 2011. Personne n'a été traduit en justice pour les meurtres de journalistes commis dans ce pays cette année ou les années précédentes.
Plusieurs autres membres des médias somaliens ont été tués récemment. Il y a quelques jours, Abdi Jeylani Malaq "Marshale", célèbre humoriste somalien, a été abattu par deux hommes armés alors qu'il rentrait chez lui dans le quartier de Waberi, à Mogadiscio. On ignore le mobile du meurtre, mais cet homme avait produit et diffusé des programmes satiriques pour la radio somalienne Kulmiye et pour la chaîne télévisée Universal TV. Al Shabab lui avait adressé des menaces de mort. En mai dernier, le journaliste Farhan Jemiis Abdulle, qui travaillait à Radio Daljir, a été abattu par deux hommes armés à Galkayo, dans le centre du pays.

"Le gouvernement fédéral de transition (GFT) doit de toute urgence mener des enquêtes minutieuses sur tous les homicides dont ont été victimes des membres des médias en Somalie. Il faut que les responsables présumés de ces agissements soient déférés à la justice et que les autorités prennent des mesures pour protéger la vie des journalistes. Le gouvernement somalien n'a nullement montré qu'il avait la volonté de réagir dans ce domaine. La communauté internationale doit donc instaurer une commission indépendante pour enquêter sur les crimes de droit international commis en Somalie, en particulier contre les journalistes", a déclaré Bénédicte Goderiaux, chercheuse sur la Somalie à Amnesty International.

Une Constitution provisoire pour la Somalie a été adoptée le 1er août par l'Assemblée constituante nationale à Mogadiscio. Il s'agit de l'une des dispositions convenues par le GFT et la communauté internationale pour mettre fin à la période de transition dans le pays. Amnesty International engage les autorités somaliennes actuelles et futures à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer les droits à la vie, à la liberté d'expression et à la liberté de la presse, qui sont garantis par la Constitution provisoire.

somalie_2.mp3 Somalie.mp3  (557.27 Ko)


Par J.N.B.L. — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 525 fois — Contenu mis à jour le 17/08/2012




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 37











Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents