Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Podcast Journal
23/02/2009

Sondage: Qui se ronge les ongles aujourd’hui et pourquoi ?


Si le fait de se ronger les ongles est une attitude très répandue, aucune étude n’avait jusqu’à aujourd’hui été réalisée pour connaître le pourcentage et les catégories de Français concernés ainsi que les raisons de l’onychophagie. Seprem Études a réalisé un sondage dont les résultats donnent des informations inédites sur une pathologie de société très répandue.


Sexe, âge, profession, amour, famille, travail, conjoncture...

(Image wikimedia communs)
(Image wikimedia communs)
Sondage exclusif Skin Nail / Seprem Etudes

Onychophagie : attitude compulsive consistant à se ronger les ongles – parfois jusqu’à la racine des phalanges – souvent provoquée par le stress et l’anxiété. L’onychophagie est une véritable maladie à la fois physique et sociale : physique, car provoquant des microlésions cutanées répétées ouvrant la voie aux infections locales ; sociale, car l’onycophage a du mal à assumer des mains abîmées, ce qui peut se traduire par des conduites agressives ou d’isolement du monde extérieur, renforcées par la difficulté à arrêter.

QUI SE RONGE LES ONGLES ?

Près d’un Français sur trois (32,7 %) est ou a été concerné par l’onychophagie. La pratique de l’onychophagie diffère fortement selon les sexes, âges, et situations familiales.


POURQUOI SE RONGE-T-ON LES ONGLES ?


Le travail est actuellement la première raison de se ronger les ongles (26,5 %), suivi à quasi égalité par le pouvoir d’achat, les enfants, la conjoncture économique. Viennent ensuite les amours, les parents et, en dernier le manque de cigarettes. L’importance de ces différentes raisons varie fortement selon les sexes et les âges.


QUI VEUT ARRÊTER ?


10,3 % des Français qui se rongent les ongles essaient d’arrêter. 61,2 % sont des femmes mais le désir d’arrêter varie profondément selon l’âge et la situation familiale.



Sondage: Qui se ronge les ongles aujourd’hui et pourquoi ?
www.skinnail.com





Répondez vous aussi au sondage anonyme du Podcast Journal sur la page d'accueil, en descendant dans la colonne de droite!


Par Podcast Journal (dernière modification le 23/02/2009)





1.Posté par Sab Bestel le 12/01/2012 15:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Facebook
bjr, j'ai 31 ans et je me ronge les ongles depuis l'age de 6 ans, ce qui fait 25 année ...c'est l...  

Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Le pied - 02/07/2016

La vitamine D - 17/05/2016

1 2 3 4 5 » ... 13




Dans nos blogs :

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...

L’Amérique post-Trump [Revue de presse]

Trois semaines après l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, le monde entier s’étonne encore de ce résultat inattendu....



Le Podcast Journal sur :