Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Témoignage d’une victime égyptienne de la torture

Communication de notre partenaire


Un lycéen de 18 ans originaire du Caire a dit à Amnesty International qu’il avait été torturé après avoir été arrêté par des soldats à proximité de la place Tahrir, le 3 février 2011 vers 15 heures.
"Je marchais vers la place avec un copain lorsque des soldats nous ont demandé de nous arrêter et de leur montrer nos papiers d'identité. Ils avaient l’air soupçonneux à l’égard de mon ami parce qu’il a une autorisation de séjour au Royaume-Uni. Ils nous ont emmenés au musée tout près qui est contrôlé par l’armée et nous ont gardés là dans une zone en plein air. Au bout d’un moment ils nous ont mis un bandeau sur les yeux et menottés, et je n’ai pas pu voir ce qui est arrivé à mon ami. Je l’ai seulement entendu hurler et je pense qu’il a été sauvagement battu. J’ai seulement reçu une gifle, mais je n’ai pas pris de coups violents tant que j’étais détenu au musée".


"Cette nuit-là, on nous a conduits dans un autre endroit, à environ 30 minutes de la place Tahrir. Lorsque nous sommes sortis, nous avons dû nous allonger par terre et nous avons été frappés. Puis ils m'ont emmené pour me faire subir un interrogatoire, pendant lequel ils m’ont insulté ainsi que ma famille. Ils ont dit des choses qu’il ne faut pas dire. Ils m’ont retiré les menottes, parce qu’ils m’avaient ordonné d’enlever mes habits, à l’exception de mes sous-vêtements, mais j'avais encore les yeux bandés. Puis ils m’ont remis les menottes et m’ont entravé les jambes. Ils m’ont attaché les jambes avec une chaîne ou une corde, puis m’ont suspendu la tête en bas. De temps en temps, ils me faisaient descendre dans un tonneau rempli d’eau. Ils m’ont dit d’avouer que j’avais été formé par Israël ou par l’Iran.

Ils m’ont aussi envoyé des décharges électriques sur le corps et je me suis évanoui. Ça a duré plusieurs heures. Une fois que la torture a cessé, j’étais tellement épuisé que j’ai dormi pendant des heures.

"Le lendemain, j’ai été emmené avec une trentaine de personnes vers un autre lieu, qui - je l'ai appris plus tard – s’est avéré être Sign al Harbi [une prison militaire située à El Heiksteb, au nord-est du Caire]. Lorsque nous sommes sortis du véhicule, on nous a enlevé nos bandeaux et les soldats ont commencé à nous donner des coups de fouet et de matraque.

J’ai encore des cicatrices sur le dos, restes de ces passages à tabac. On nous a emmenés dans nos cellules, où je me suis vite endormi. Ils ont continué à nous frapper, notamment lorsque nous allions aux toilettes. Les derniers jours de ma détention, j’ai refusé de manger afin de protester contre ce traitement. Ils nous ont finalement relâchés. Ils nous ont laissés sur la route du Caire et nous ont dit de rentrer à pied".

Il a quitté la prison militaire avec des centaines d’autres détenus le 10 février 2011. Quand les délégués d’Amnesty International ont recueilli son témoignage quelques jours plus tard, il avait encore des cicatrices sur le dos.

egyptetorture.mp3 egyptetorture.mp3  (846.13 Ko)



26/02/2011




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 31





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :