Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Trois pays africains annoncent leur retrait de la Cour pénale internationale


Au cours du même mois, trois pays d’Afrique ont exprimé leur intention de départ de la Cour pénale internationale. Il s'agit du Burundi, de l’Afrique du Sud et de la Gambie qui ont annoncé leur retrait, l’un après l’autre.


Cour pénale internationale, La Haye. (c) Vincent van Zeijst
Cour pénale internationale, La Haye. (c) Vincent van Zeijst
retraits_pays_cpi.mp3 Retraits pays CPI.mp3  (102.24 Ko)

Suite au vote majoritaire de son parlement, le Burundi est le premier pays à annoncer son départ le mercredi 12 octobre 2016. Lorsqu’il rempile pour un troisième mandat en juillet 2015, le président burundais, Pierre Nkurunziza, fait face à une opposition tenace, contestant sa réélection. En fin avril 2016, la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, ouvre un examen préliminaire sur les crimes et violences qui auraient été commis, contraignant 230.000 Burundais à se réfugier dans des pays voisins, selon les chiffres communiqués par la CPI.

Ensuite, c’est l’Afrique du Sud qui annonce le vendredi 21 octobre 2016 son retrait de la CPI. Après avoir été critiquée pour ne pas avoir appliqué un mandat d’arrêt lancé contre le président du Soudan, Omar Hassan Al-Bachir, lors de sa visite dans le pays en 2015, l’Afrique du Sud décide de rejoindre le mouvement de rupture avec la CPI. Le président soudanais serait derrière "de nombreuses attaques illégales, suivies par des actes systématiques de pillage de villes et de villages (…) d’actes de tortures, d’extermination, de meurtres ou de viols subis par des milliers de civils", selon une fiche d’information de la CPI.

Ce mouvement de rupture s’élargit très rapidement et c’est ainsi que la Gambie, elle aussi, annonce son retrait de la CPI le mardi 25 octobre 2016, accusant la juridiction de n’inculper que les États africains tandis qu’elle laisse les pays occidentaux - d’où vient son budget principal - dans l’impunité totale.

Les intentions de départ s’enchaînent en un temps record et la CPI est de plus en plus contestée en Afrique.Toutefois, cette série d’événements ne peut pas être qualifiée d’inattendue: après les inculpations qui ont eu lieu au Soudan, en Libye, et au Kenya, l’Union Africaine avait déjà annoncé son opposition à l'inculpation de chefs d'État africains il y a quelques années, en 2013.



30/10/2016




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Keep calm and think - 15/08/2017

1 2 3 4 5 » ... 62





Dans nos blogs :

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...



Le Podcast Journal sur :