Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
13/05/2015

Un vent nouveau soufflerait-il dans les médias français?

Écoutez un regard décalé


Il semble décidément que les choses bougent dans le monde des médias. Deux femmes nommées coup sur coup pratiquement à la tête de France Télévisions pour l'une et à la présidence de LCP pour l'autre. Un vent nouveau soufflerait-il dans les médias français ?


medias_france.mp3 Médias France.mp3  (716.16 Ko)


Alors que la nomination de Delphine Ernotte par le CSA a causé quelques remous parce qu'estimée inexpérimentée par certains, cela ne semble pas être le cas pour Marie-Eve Malouines. Ne pouvant être décriée sur ses compétences professionnelles, celle-ci fut plutôt épinglée sur le fait que sa nomination fut sans surprise. Entendez par là, l'affaire était entendue à l'avance. Il faut bien trouver quelque chose à lui reprocher. Là aussi, l'on peut lire que Marie-Eve Malouines, encore actuelle directrice du service politique de France Info, doit sont poste en partie parce que femme. Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale n'a-t-il pas soutenu l'idée que ce serait bien que pour une fois le poste échu à une femme. Ce n'était d'ailleurs évidemment pas son seul soutien. Car la journaliste connaît bien la chaîne puisqu'elle participe déjà à une émission présentée par Frédéric Haziza, "Questions d'info". Mais c'est la seule remarque tendancieuse car elle semble faire l'unanimité autour d'elle. Spécialiste de la vie politique française, elle s'est surtout intéressée à Ségolène Royal, en lui consacrant deux livres. A noter, celle-ci a refusé la Légion d'honneur, "Je ne vois vraiment rien, dans mon parcours, qui puisse justifier une telle distinction". Curieusement le 15 avril dernier, Emmanuel Kessler, lui aussi journaliste a été nommé à la tête de l'autre chaîne parlementaire Public Sénat, sans cors ni trompettes. En effet, peu de média s'en sont fait l'écho par rapport à la nomination de la nouvelle présidente de LCP. Mais le principal est que la parité ait été respectée. Diffusé sur le même canal, le président de l'Assemblée nationale avait proposé à Gérard Larcher de fusionner les deux chaînes pour des raisons d'économies, mais cela a été refusé sous les différents prétextes: "faute de projet d'entreprise, faute de projet social, faute de projet éditorial aussi"; traduisez chacun reste chez soi avec son medium. En l'occurrence, les économies passent après la politique. L'argent public, n'est-ce pas...

Nous l'avons dit et nous l'avons lu, la nomination de Delphine Ernotte a fait plus de bruit. Les représentants syndicaux et les déçus ont su rappeler que celle-ci n'avait pas a priori l'expérience du monde de l'audiovisuel à première vue. On notera surtout que l'on a à faire à deux femmes compétentes et reconnues dans leur profession qui l'une comme l'autre ont sans aucun doute les capacités à intégrer rapidement le nouvel environnement dans lequel elles vont évoluer d'ici peu. Manque d'expérience certes pour l'une d'entre elle, mais pas manque de compétences. C'est là certainement où il faut voir l'évolution des mentalités et des commentaires dans les médias.
Toutes les deux seront les premières femmes à occuper leur poste respectivement de présidente de France Télévisions et de LCI.
De son côté Delphine Ernotte a déjà affiché la couleur. Déclarée féministe, elle a eu l'occasion dans le cadre de ses anciennes fonctions de s'engager pour l'égalité professionnelle homme-femme. Un combat qui reste d'actualité puisqu'il y a encore quelques jours, François Rebsamen osait penser que la lutte pour l'égalité était un sujet gagné et dépassé et n'estimait plus utile de conserver des outils de mesure de l'égalité professionnelle. Comme c'est maladroit et significatif d'une méconnaissance des faits sur le terrain. Heureusement, une levée immédiate de boucliers a fait reculer le gouvernement sur ce terrain.

Delphine Ernotte et Marie-Eve Malouines ont une occasion unique de présider des instances médiatiques d'importance et de faire, pourquoi pas, la différence ou non avec une présidence masculine.


Par (dernière modification le 13/05/2015)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Au spectacle ce soir - 28/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 6





Dans nos blogs :

« Un clip au poil » 22 juin

Un clip au poil #6 : Best Coast - Crazy For You En cas de canicule, il est fortement recommandé d'écouter Best Coast les doigts de pied en...



Le Podcast Journal sur :