Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
22/03/2016

Une victoire de Trump fera-t-elle fuir les Américains?


Le favori de la primaire républicaine à l’élection présidentielle américaine, Donald Trump, ne laisse décidément personne indifférent. En effet, s'il fait la course en tête et a notamment remporté 7 des 12 États lors du "Super Tuesday" le 1er mars 2016, il semble que le milliardaire fasse presque aussi peur qu'il ne plaît outre-Atlantique. En effet, pendant que le magnat de l'immobilier accentuait son avance sur ses concurrents républicains, les requêtes "Comment déménager au Canada?" connaissaient un boom sans précédent sur le moteur de recherche Google.


Une explosion des recherches Google pour émigrer au Canada

Recherche Google "How to move to Canada", capture d'écran
Recherche Google "How to move to Canada", capture d'écran

effet_trump.mp3 Trump.mp3  (234.53 Ko)


Comme l'indiquait Google Trends, outil permettant de connaître la fréquence à laquelle un terme a été tapé dans le Google, les recherches pour "Move to Canada (Déménager au Canada)" ont atteint le niveau le plus élevé de toute l'histoire du moteur de recherche dans la foulée du "Super Tuesday". Vers minuit, soit juste après l'annonce des résultats, la hausse de la recherche a ainsi atteint 1150% par rapport à la moyenne du jour. Et d'ailleurs, c'est du Massachusetts, État relativement proche de la frontière avec le Québec et où Donald Trump l'a emporté largement avec 49% des voix, que la majorité des recherches semblait venir.
Autre preuve de la ruée de certains Américains pour se renseigner sur les possibilités d'émigration vers le voisin canadien, le site du gouvernement de ce dernier subissait quelques problèmes techniques, probablement liés à l'afflux massif et inhabituel de visiteurs.


L'exhortation des Canadiens à fuir la "menace" Trump

Les Canadiens ne se privent d'ailleurs pas pour faire des appels du pied à tous ceux qui se sentent menacés par une arrivée - de plus en plus probable - de Donald Trump à la Maison Blanche. Le conseiller municipal de Toronto, Norm Kelly, a ainsi vu son message invitant les Américains à remplir le formulaire d'immigration re-tweeté près de 50.000 fois.
C'est néanmoins une autre initiative plus loufoque qui a fait le buzz, celle de l'animateur radio canadien Rob Calabrese, qui a lancé le site cbiftrumpwins.com (Cap Breton si Donald Trump gagne) afin d'inciter les Américains à venir vivre sur son île de Cap-Breton (à l'Est du Canada) si Donald Trump devenait le nouveau président américain.
Conçu le 15 février 2016 comme une blague, le site a rapidement reçu des milliers de messages de citoyens américains posant des questions tout à fait sérieuses sur les conditions d'installation sur l'île. Comme l'explique le fondateur du site "Ils me posent des vraies questions sur le processus d'immigration, la situation économique. Certains ont pris ça très au sérieux, ce que je n'avais pas prévu. Mais c'est super, je vais les aider du mieux que je peux". Peu après sa création, le site ainsi que celui de l'office de tourisme de Cap-Breton ont reçu plus de 300.000 visites en une semaine, soit autant que toute l'année 2015; une aubaine pour une île de seulement 135.000 habitants avec une population en chute libre.

D'autres destinations envisagées

Le Canada n'est d'ailleurs pas la seule destination envisagée par les Américains effrayés par la "menace" Trump. Une étude datant de septembre 2015, et portant sur 200.000 tweets d'Américains prévoyant de partir si Trump était élu, a révélé que le Mexique était leur destination préférée - 75.000 mentions - et que le Canada arrivait second avec 25.000 mentions. En outre, la plateforme statistique Google Trends a aussi enregistré des chiffres recors pour la recherche "How to move to England? (Comment émigrer en Angleterre)", preuve de la diversité des destinations envisagées par ceux effrayés par Donald Trump.

Quitter le pays: une menace redondante

Bien que particulièrement visible cette année, en raison notamment du discours extrêmement clivant du candidat Trump, la menace de quitter le sol américain si le "mauvais" candidat est élu est en réalité un phénomène récurrent. Ainsi, en 2004, quand George W. Bush a commencé à distancer le démocrate John Kerry, les demandes d'émigration au Canada on triplé. Idem en 2012 où de nombreux démocrates avaient juré de fuir le pays en cas de présidence de Mitt Romney qui a perdu face à Barack Obama. Dans l'autre camp, certains conservateurs avaient eux aussi promis de déménager si la réforme du système de santé - l'Obamacare - était adoptée.

Un passage à l'acte très rare

En réalité, la très grande majorité de ces menaces ne sont pas mises à exécution, à l'image de la stabilité des migrations vers le Canada l'année suivant la réélection de George W. Bush fin 2004. Au final, le nombre d'Américains partis vivre au Canada a certes doublé sous le mandat du président Bush mais, selon les experts, cette augmentation n'avait presque rien à voir avec les élections.

Peu de gens sont en réalité prêts à passer de la parole aux actes et à se déraciner, notamment parce qu'ils ont tendance à surestimer leur souffrance si l'issue redoutée se matérialise. Pourquoi cette exagération? Parce que les moments prosaïques de notre vie quotidienne - aller au travail, rentrer chez soi - ont plus d'effet sur notre esprit que des résultats politiques et que notre vie est largement dominée par les événements ordinaires. De plus, une défaite est souvent moins douloureuse qu'on ne l'imagine parce que les êtres humains ont tendance à surévaluer la durée d'une souffrance psychologique.

Le traumatisme sera donc certainement fort pour les démocrates les plus fervents si Trump accède à la Maison Blanche mais celui-ci sera probablement estompé très vite par le fonctionnement normal et banal de leur vie quotidienne. Peu de chances donc de voir les nombreuses célébrités américaines, de Whoopi Goldberg à Michael Moore en passant par Cher ou Miley Cyrus - cette dernière est même apparue en larmes sur Instagram pour expliquer son choix - effectivement quitter le territoire américain.

A moins que, pour une fois, la réalité d'une présidence Trump soit à la hauteur de la menace que laisse planer le discours du candidat. Dans ce cas alors, on pourrait s'attendre à une vague massive de départs, un phénomène observé une seule fois, lors de la guerre du Vietnam, lorsque de nombreux Américains voulaient échapper à la conscription...



Par (dernière modification le 22/03/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Journée des droits humains : les motards de noël embrasent les rues françaises

Ce samedi 10 Décembre, journée des droits humains, se déroulait la huitième parade de Noël des motards. Le principe est simple, chaque...

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...



Le Podcast Journal sur :